Crinon et Frémion (La cigale et la fourmis)

crinonfermion1Éch Crinon1,conme i l’avot cainté
Tut l’éüt,
N’és treuve don pos fourt rétu
Quinte élle ferlée alle est évnue :
Pos ein malhéreux tchot mourcheu
Éd seuve2 obin d’jus d’bouyeu3.
I l’allot crii : « J’a fam ! »
Mon ch’frémion4 sin voésin,
Li dmindant éd li prêtier
Quite cose por d’aller
Jusqu’à l’eute énée.
« Éj vos payerai, qu’i li dit,
Avint l’éüt, fo éd bétal,
Ch’l'intérêt pis ch’princhipal ! »
Ch’Frémion n’est pos prêteux :
Ch’est ilà sin pus tchot défeut.
« Quo qu’vos fasiez pa timps coeud ?
Qu’i l’édmin-ne à ch’l'imprinteux.
Nut pis jur, él pus héreux,
Ej caintos, éne vos déplaise.
Vos caintiez ? J’in sus bénaise :
Éh bin ! dinsez l’heure qu’i l’est. »

  1. Grillon obin cricri, chti qui cante chi qu’en
  2. li don-ne d’élle frain-ne à mier.
    Itou él nom d’ein écriveux picard :
    Hector Crinon éd Vraingnes-in-Vérmindos.

  3. Sève, i l’est végétarien.
  4. Idem, bouleau = bouille o bouillu
  5. Fourmiïon.

 

 

Ech tchot quinquin

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

Ainchi l’eute jur, ein-ne peuve dintélière,
In amiclotant sin tchot garchonQui dpus tros quarts d’heure, én fasot qu’braire,
Tâchot d’l'indourmir par ein-ne canchon.
Alle li disot : Min Narcisse,
Édmain t’aras du pain d’épiche
Du chuque à gogo
Chi t’es sache et qu’te fas dodo.

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

Et chi te m’laiche fare ein-ne bon-ne semoain-ne,
J’irai dégager tin bieu sarau,
Tin patalon d’drap, tin gillet d’loaine
Conme ein tchot milord te s’ras farau
J’t'acaterai, l’jur d’élle ducasse
Ein porlichinel cocasse,
Ein turlutu,
Por juer l’air d’éch capieu-pointu.

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

Nous irons dins l’cour Jean-nette-à-Vaques,
Vir chés marion-nettes. Conme te riras,
Quinte t’intindras dire : ein doube pou Jacques
Pa d’porlichinel qui parle magas.
Te li mettras dins s’menotte,
Au iu d’doupe, ein rond d’carotte
I T’dira merchi
Pinse conme nos arons du plaisi

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

Et chi par hasard sin mâte i s’fâche,
Ch’est alorse Narcisse équ nous rirons !
Sins n’avoir invie, j’prindrai m’n'air mache
J’li dirai sin nom et ses sournoms,
J’li dirai dés faribolles
I m’in répondra des drôles ;
Infin ein chacun
Voéra dux pestaques ou iu d’ein

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

Allons serre tés zius, dors min bonhonme
J’vas dire ein-ne prière à Tchot-Jésus
Pou qu’i vienche ichi, pindaint tin sonme,
T’fare’ reuver qu’j'ai més mans ploein-nes d’écus,
Pou qu’i t’apporte ein-ne coquile,
Aveuc du chirop qui guile
Tout l’long d’tin minton
Te pourléqueras tros heures éd long

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

L’mos qui vient, d’Saint-Nicoulas ch’est l’fâte.
Por seur, au nuit, i viendra t’treuver.
I’ t’fera ein sermon, et t’laichera matte
In d’zous du ballot, ein grind pénnier.
I l’rimplira, chii t’es sache
D’séquois qui t’rindront bénache,
Sins cha, sin beudet
T’invoira ein grind martinet.

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

Ni chés marion-nettes, ni ch’pan d’épiche
N’ont produit d’effet. Mais ch’martinet
A vite rappagé éch tchot Narcisse,
Qui craingnot d’vir arriver ch’beudet
I’l'a dit s’canchon dormoire
S’mère, l’a mis dins s’nochinoire
A érpris sin coussin,
Pis répétié vingt fos ch’l'érfrain.

Dors min tchot Quinquin Min tchot pouchin min grous rojin
Te m’fras du chagrin chi te n’dors point ch’qu’à d’main.

Notère Danme éd ‘Iesse – Notre Dame de Liesse

marie
Notère Danme éd ‘Iesse [02]

Éj vos prouclanme Maérie
Ploein-ne éd bieuté
Él Bon Diu l’est aveuc vus
Vos êtes luée inter tus chés fenmes
Pis Jésus él frut éd vos tète
I l’est bénit
Sinte-Maérie, man d’éch Boin Diu
Prii por nus, peuves péccabes
Achteure, pis à nos darniis moumints
Qu’i n’in seuche ainchi !

Amen
Jean-Pierre Semblat – Tertous Gadrus

Notère père – Notre père

notrepere
Éch Bieu Diu d’Anmiens
Notère père

Notère père qu’i l’est tout là heut
Équ tin nom seuche rindu sint
Équ tin roéyaunme i vienche
Qu’tin édsir i seuche foèt dsur élle tierre
Conme dins chés chiux

Don-ne-nus achteure équ quo minger
Défoèt-nus d’nos offinches
Conme nos lés déloéyons itou
À cheutes qu’is nos ont déméprisiés

Éne nos foèt pos quére dins ch’l'épreufe
Mains délibère nus du mâ

Qu’i n’in seuche ainchi !

Jean-Pierre Semblat – Tertous Gadrus