Capelle Saint-Quentin din éch bous d’Hourlon

saintquentinholnon-d53ef
Qui qu’ch’est qui s’in ramintuve écore ?
In ploein mitan d’éch bous d’Hourlon, i n’a yeu ein-ne capelle : élle capelle Sint-Quintin, qu’alle fasot évnir, i n’a core dins lés énées chinquainte ét dés (mi j’élle l’ai core con-nue étampie), tut ploein éd gins qu’is avaint la foe, qu’is y vnaint él judi éd l’Ascinchion in pocéchion. L’implachemint d’élle capelle i s’avot fat conte ein-ne source (chin qu’i l’ésplique qu’éch l’érémite d’élle légin-ne i s’y avot értiré pos d’lon !).
Élle légin-ne (dourée, forchémint pusqu’éd Sint) alle dit conme cha équ Sint-Quintin qu’i vaulot s’écaper éd cheutes qu’is l’porchuivaint, lés tandis qu’i l’indurot él frod pis él mainque d’ieu, seuremint éd norriture, sin gveu i l’a acoppé pis s’a (obin i s’airot) impiérgé dins ein-ne roque pis éd cha, ein-ne source d’ieu alle s’a mis à coeuler.
Ch’est don à l’plache-làlle qu’en a élvée élle capelle-chi, pis qu’éch ieu d’élle source alle a té rade ércon-nue conme à miraques, él pus por chés mâs éd zius (alorse équ éch sint Quintin i l’étot, li, ércon-nu, dins s’basiléique conme djérisseux éd chés mâs d’ieu (hydropsie conme en dit par ichi) ; chés gins du Vérmindos is n’ont té tout d’chuite rudemint contints pis meume incantés, itou d’eute paért cheutes qu’is étaint amoénés à œuvrer dins, obin alintour, d’éch bos, qu’is croéchaint obin pos ; pus équ cha à n’in boère, à n’in ramoéner à leu mason.
Inhui, achteure, élle capelle alle a té dévian-née par chés timps qu’i n’a fat, pis itou par dés qu’is n’avaint pos grind respect, pis pos miux à fare… Por tut dire chés aurorités éne s’in sont pos non pus grinmint otchuppés.
Élle source alle coeule toudis achteure dins ch’padzous d’élle crype in voussure, qu’alle y ézisse écore. Dés pocéchions d’éch judi d’élle Montiée, i né n’a pus !

 

chapelleholnon3-d5c19

VIRELANGUES

GRAIND* GRIS CARDON

Graind gris cardon

Quinte qu’ch’est qu’tu dégraindgriscardon-néra ?

J’éme dégraindgriscardon-nérai

Quinte tus chés graindgriscardons

Is yeus dégraindgriscardon-néront.

POR DÉLOYER[i] S’LAN-NE

Élle loéyure,

Élle baindure**

Élle califalimalibature

Por échti qu’i l’a bin loéyé

Bin baindé

Bin califalimalibaté
EIN BOUTCHET**

J’a ein bouquet

Bin loéyé

Bin bourdé

Bin califalibouté

Chi j’ avos élle loéyure

Élle bourdure

Élle califalibouture

J’él loéyros

J’él bourdros

J’él califalibouteros

Tout parél qu’éch loéyeu

Qu’éch bourdeu

Qu’éch califalibouteu.

* Graind o grind

** Baibdure o bindure

*** Boutchet o bouquet

Érprisse J.P.SEMBLAT éd Tertous Gadrus

I n’a core

J’A EIN BIEU PLAT…

 

——————————————————————————–

[i] Por fare parler dés osieux, en yeu copot él chifflet, équ ch’est ein titrant qu’is ont padzous leu lan-ne. Chés virelan-nes is avaint normalemint él le meume foncchion.

Chuques

chuqueChuques du Nord
Chuque Candi
Chiques éd Bavay
Bonbons d’éch mineu
Bêtises éd Caimbrai
Pimperboles (pain d’épiches – nozette)
Bren d’diabe ( mélasse)
Boudain-nes éd file (con-nique, pâte rouche)

Ronds éd maguette
Crotelettes éd gate

Béhourdis et brandons

Récapitulation à partir de Corblet, Hécart, Debrie, Lachiver et autres ouvrages et dictionnaires, revues et souvenirs personnels…

 

 

BEHOURS

 Joutes qu’on faisait à la lance le jour du BEHOURDIS

 

BOUHOURDIS ou BEHOURDIS
- BOHOURDIS – BOUHARDY – Jour des BURES – Jour des VALENTINS – Dimanche des BRANDONS

 Les Rituels[1] le désignent sous le nom de dominica de lignis orditis  ; ce jour-là, on faisait des BEHOURS (joûtes, tournois) et c’est de là que viendrait BOUHOURDIS. À Amiens le mayeur et les échevins buvaient à la violette[2] à l’hôtel des cloquiers (clochers).

 

BOUHOUR ou BOUBOUR 

Et par apocope BOUR (on n’aurait jamais dit BOURDICH, mais bien BOUHOURDI)

Feu de paille ou de mauvaises herbes (Fresnoy-le-Grand) (Saint-Quentin)

 

BOUHOURDER

 Verbe, pousser, écarter la foule avec des gestes de menace et des cris.

 

BOUHOURS

 Feu de la Saint-Jean = BOUBOURS

 

BOUR

 Foin, paille

 

BOUR

Filasse trempée dans du goudron que les enfants brûlent le premier dimanche de carême en chantant :

Bour peumes poires

 Des chérisses toutes noires

Énne bone tartène

Pour no méhène

Un bon gros pet

Pour no varlet

 

BOURBOUR

Du côté de Frévent (62), les enfants vont faire BOURBOUR dans les pâtures, en promenant des torches allumées sous les arbres fruitiers en chantant :

 Bour, bour, Saint-Chritophe,

 Pour avoèr des ponmes groches

  Des tchots cafignons,

  Pour chés tchots garchons ;

  Dés tchottes rougettes

Pour chés tchottes fillettes

A Lens, on va bourder les 3 premiers dimanches de Carême ; les enfants des différents villages luttent entre eux, en tenant des bourdées (bottes de paille allumées).

A Béthune le dimanche des Brandons c’est Bourdalenne.

 

 

BOURDIT

 Feu allumé dans les champs pour brûler les fanes.

 

Il semble donc bien donc sûr, qu’on choisissait la première

 

BRANDONS

Dimanche des BRANDONS[3]  : C’est le premier dimanche de carême, les jeunes gens de la campagne allaient dans les vergers, les rues, les champs avec des brandons allumés, qu’ils agitaient sous les arbres pour brûler les chenilles.

On appelle aussi ce temps le dimanche BURE ou BOUHOURDIS. On danse parfois, la nuit venue sur le refrain de cette chanson :

 Breaudé, Breaudon

 Par mandelée[4], par quarteron[5],

Pour les enfants de no moison

 

Mardi gras

Mercredi des cendres

Dimanche de Pâques

1ier dimanche de carême

Années

         

3 février

4 février

@ 22 mars

8 février

Le plus tôt

6 mars

7 mars

@ 25 avril

11 mars

Le plus tard

20 février

21 février

8 avril

25 février

2007

 

Tableau tout à fait théorique et approximatif qui montre que le 1ier dimanche de carême peut se situer du 8 février au 11 mars, période où les arbres n’ont pas de feuilles et où les « nids » de chenilles (cazés) se trouve sur les arbres fruitiers, matière cotonneuse proche de la toile d’araignée au toucher et qui s’enflamme facilement en crépitant.

Par la suite on a utilisé les échenilloirs pour les couper et brûler ensuite branchettes et chenilles.

On en voit moins semble-t-il de nos jours ; les insectivores, en particulier en Picardie les mésanges, bleues ou charbonnières, véritables acrobates, en font grand cas. Peut-être aussi l’environnement général ou…

 

 

Jean-Pierre Semblat – avril 2007

 


 

[1] Recueils qui contiennent les rites des sacrements, les sacramentaux et diverses formules.

[2] C’est de cette façon qu’on nommait le premier dimanche de carême. C’est l’époque où fleurissent les violettes et ce dans l’hôtel des cloquiers.

[3] Au XIIe vient du francique BRAND « tison » et du vieux français BRANS.

[4] Contenu d’une manne.

[5] Par un quart de cent, soit 25.

Les armoiries de Saint-Quentin

Les armoiries de Saint-Quentin sont :

 

è d’AZUR[1]

è à un CHEF[2] de Saint-Quentin

 d’ARGENT[3]

èaccompagné de 3 fleurs de LYS d’OR[4]

posées deux en CHEF une en POINTE[6]

 

Jean-Pierre Semblat de TERTOUS GADRUS

 

*émaux : Nom de certaines couleurs dont l’écu est chargé (azur, gueules, orangé, pourpre, sable, sinople).

 

 

 

 

*Émaux :

 

Nom de certaines couleurs et signification :

·  Azur

Le bleu, l’un des neuf émaux des armoiries.

 

·  Gueules

Rouge (petits morcheux éd pieue décopés dins l’gasiot d’ein-ne biête)

 

·  Orangé

 

·  Pourpre

Couleur rouge, représentée en héraldique par des traits en diagonale, montant de gauche à droite.

 

·  Sable

Noir (couleur de la zibeline).

 

·  Sinople

Un des émaux héraldiques, de couleur verte (représenté par des lignes diagonales descendant de gauche à droite

 

 

J.P.Semblat éd TERTOUS GADRUS


[1] Le bleu, l’un des neuf émaux des armoiries.

[2] Vieille expression = Tête (exemple Le chef de saint Quentin, relique). 

[3] Un des métaux employés dans les armoiries, représenté par de l’argent, du blanc.

[4] Un des deux métaux héraldiques (héraldique = science des blasons) avec l’argent.

[5] Partie haute et honorable de l’écu.

[6] C’est la partie inférieure de l’écu.

Jeu de grille Vervins

image002

Chés mouts d’élle mason BRAILLON is sont décrits :

·  éd bas in heut

·  d’droète à gueuche 

·  d’bas in heut

·  d’gueuche à droète

·  ein ² ch’est qu’élle meume inichiale alle sert por dux mouts

·  chés preumes-lettes alles sont in cras

·  Vos éz don 21 mouts à treuver

 

liméros

Mouts

Sins o signifiïnche

1

NAVARIN

Aveuc dés naviots bin seur

2

GIGOUT

Ganme d’aignieu

3

TONDEU

Chi qui débile chés berbis éd leu loain-ne

4

EPEULE

2 épeules par aignieu

5

FORCHES

O éfforches, grinds cisieux d’ein-ne pièche por ton-ne

6

BERBIS

D’éch latan berbix

7

BEE

El cri d’chés berleudes

8

CABIN-NE

D’où qu’éch berquier i dourt par nut

9

CHOULETTE

Ju qu’en patriquot dins chés éteules

10

HOULETTE

Baston éd berquier, d’éch veurbe picard houler

11

AIGNIEU

Echti qu’éch leup i l’a maqué

12

LOAIN-NE

Mintieu d’aignieu

13

NOËLS

Canchons éd Neué aveuc bécoeup d’étoêles pis d’aignieux

14

PARC

D’où qu’en rasion-not chés berbis dins chés camps por élle nut

15

BERQUIER

Métchier éd wardeu d’berbis

16

BLU

Rache éd berleudes du Maine

17

UZERNE

Por zés norrir dins l’hiver

18

GLEE

Gélée blanque obin à glaches

19

RAN

Marle éd berbis

20

FIN

Foin

21

ANDELER

Matte bas por chés berbis