Atélier Tchuisine Picarte à Trefcon Vindérdi 28 éd novinme 2008

 
Atélier Tchuisine Picarte
Aveuc ein érpas qui chira au nut
Émnu : Flamique à poérets, capon d’éch l’abbayie
Flan à l’caston-nade pis à ch’confit d’chicons
Animachion : picarte chuira aveuc
Jean-Pierre SEMBLAT
Vindérdi 28 éd novinme 2008
édpis 2 heures édmie apreus non-ne
TREFCON
Gîte « Le VAL D’OMIGNON
Atélier miton-né avec Danièle WYNANDS
Nos préparons éch l’érpas ensian-ne à 2 heures édmie
pis él miérons à 8 heures au nut
Conterbuchion 20 uros/person-ne

Boéchons in pus

 

cuisine2-28nov 

 

Bière éd Neuél mon l’Brasserie Declerck à Péronne él samedi 15 éd novinme 13 h 30 à 18 heures

 

 bieres_accueil

Visite d’élle brassérie, gustassion pis animachion picarde
dins ch’l’estaminet d’élle brassérie
Fanette, Colvert, Poppy (qu’alle airot peu s’prélonmer
Mahon in picard), Belle Siska…
Et pis coére padzous éch portrait d’ein-ne fenme illusse :
 Hildégarde de Binden.
 
Qu’élle Colvert
Nos warde nos tchoeur ouvère !
Qu’aveuc élle Bielle Siska
En peuche canter alléluïa !
Boère élle Fanette
Et pis érdrécher s’tiête !
Quinte vient chelle éd Neué
En treuve tertous à s’rassian-ner !
Équ chelle éd Mar
Nos fache dés Francs Picards !
Pis qu’chés Brasseux Déclerck[1]
Is crèchtent[2] toudis d’neuves bières ! ! !
Ch’est à l’heure qu’i l’est, fat
Élle tchotte darnière qu’alle a vu l’jur
Ch’est l’Poppy
J’airos yeu pus quér élle Mahon
Ein nom picard….
Cha séra por élle prochain-ne fos[3] !
 
Que la Colvert
Garde notre cœur accueillant !
Qu’avec la Belle Siska
On puisse chanter alléluia !
Boire la Fanette
Et redresser la tête !
Quand arrive celle de Noël
On trouve à se rassembler tous !
Que celle de Mars
Nous fasse Francs Picards !
Que la Brasserie Declerck
Crée encore de nouvelles bières ! ! !

[1] Prononcé à la picarde.
[2] D’éch veurbe créer ou sugjontif.
[3] Chés six darniers vers décrits él 28 mars 2007.

CH’BUVEUX D’BIÈRE

I n’ vit qu’por ch’cabaret. Dsitôt qu’i l’y rinte,
I éjette sés ziux dsur élle pompe inmainchée dins ch’comptoèr.
D’ein-ne groche vox grasseyinte i cminde ein-ne grin-ne pinte
Pis fat claquer ésse lan-ne in attindint d’l’avoèr.
 
En l’sert. I saque élle chope conme chi en dévot li érprin-ne.
I souffèlle dsur élle mousse qu’alle éspite in arrousoèr,
I bot. L’bière dégriboule in gargouillant dins s’vinte :
En crot qu’éch verre i va fon-ne dins s’bouque in inton-noèr.
 
L’pinte est vuide. Guife-à-bière i chuche l’érbord d’ésse moustache,
Buque ésse chope ein bon coeup dsur élle tave, aveuc tapache,
Et l’cabartchière alle rapplique à ch’singne d’éch buveux.
 
En rimplit… Nos guerlaffeux, l’ziu milant d’gormindisse,
Éjette élle bière à grinds flouts dins s’gasiot in manche éd cmisse,
Et l’bon jus s’évapore conme ein-ne goutte d’ieu dsur l’fu.
 
Erprisse éd Jules Mousseron, Éclats de Gaillettes (1913)
Michel Fouilley
Promenades littéraires dans le Nord de 1850 à 1914
 
 

ÉLLE BIÈRE

 biere

ÉLLE BIÈRE
 
Ch’est éch vin d’nos masons. Ch’est éch vin éd nos taves,
Ech vin d’chés pots d’éstain pis éd chés chopes in grès,
Qu’en vuide à l’ron-ne dins nos viux cabarets,
éch boin vin d’chés houbrons, d’chés éscourgeons délectables.
 
Vin d’anmour, vin éd joe, adoré des buveurs
éd Teniers, éd Brauwer, pis qui tchient sés promesses,
vin équ sin franc aronme, dins ch’l’air éd nos kermesses,
por nus aira toudis d’indicibles saveurs.
 
Eslon Paul-Auguste Massy, Au Pays des Carillons (1898)