La Fontaine (Aisne Nouvelle PARLONS PICARD)

564px-jean_de_la_fontaine1

Jean éd sin tchot-nom, né natif à Câtieu-Tchierry, fabulisse pis faseux d’diries itou qu’en con-not émoinse dzous ch’jour-làl. I dévot, i m’sian-ne con-noîte ein-ne miette él picard pusque dins ein-ne éd sés fabes i fat dire conme cha : 1 – « …et ce dicton picard tracé  »Biaux chires leups, n’écoutez mie mère tenchant chen fieus qui crie. » ».
En treuve itou quites mots picards répards, et pis sés fabes en put fachilemint zés mette in picard, i n’a bécoeup d’Picards qui ‘l’ont fat. Ravisons ein-ne miette dzous qué tite éd fabe en porrot mette : 2] Rin éne serve éd coeurir, i feut d’aller à puint. 3] Elle coeuse d’éch pus rétu i parot qu’ch’est l’meillieure, en va vos l’amoutrer d’t'à l’heure. 4] Vos caintiez, j’in sus bénaise. Eh bin dinsez l’heure qu’i l’est. 5] Oeuvrez, prindez don pus éd poein-ne, ch’est ch’fin fonds qui mainque él moinse. 6] In toute affare i feut bin seur pinsier à l’fan. 7] Met chés ploaindeux accordés, in maquant l’ein pis l’eute 8] Putout souffère qu’éd moérir ch’est toudis l’édvise éd chés honmes 9] I n’feut pos vin-ne élle pieue d’éch l’our, chi qu’en n’él l’a pos twé 10] Pache que ch’est doube plaisi d’érnarer éch

traîte.
I n’a chés fabes, seur, mains n’oblions pos, bin édvant La Fontaine, chés cousans éd chés fabes, chés fabliaux équ ch’est ein d’chés mots picards qui ont passié dins la lan-ne frainchaise !
Au côtié d’chés biêtes picardes aleuette, érnard, leup, crinon, coulon, bourrique… nos fabulisse i l’a mis quites biêtes horsain-nes : ion, sinche, pis gazèle.
Tut cha cha nos in ramintue dés souveninches !
*en boéra-ti d’ésse ieu-làlle ?

  • CHES TITES ED FABES
    Ech cat, élle margote pis ch’tchot lapan (7)
    Ech l’érnard pis ch’maguet (6)
    Ech leup, élle mère pis ch’l'éfant (1)
    Ech yeuve et pis l’tortuse (2)
    Ech leup pis ch’aignieu (3)
    Ech crinon et pis ch’frémion (4)
    Ech raboureu pis sés éfants (5)
    La mort et pis ch’bocquillon (8)
    L’our pis chés dux compaingnons (9)
    Ch’co pis ch’l'érnard (10)

 

Chés sints éd glache (Aisne Nouvelle PARLONS PICARD, le 11 mai)

picture-11

I né n’a tros grinds pis en porrot dire au moinse tros tchottains.
Chés tros prumiers is sont ensian-ne, leu diton i dit conme cha :« Chés tros sints au saing éd navet, Paincrache, Mamert pis Seurvais. Is sont bin lonmés chés sints éd glache, Mamert, Seurvais pis Paincrache !» por chés 11, 12 pis 13 du mos éd mai.
Pis i n’a chés tros tchottains, équ meume, chuivant chés payis is peuvtent ête huit in toute.
En vot qu’ch’est dés tchots pusque leu nom i l’est défini aveuc éch suffisque -et, en porrot dire qu’ch’est dés hypocoristiques (tchots-noms amiteux obin rapiots) : « Georget, Marquet pis Urbanet, Cha n’est équ vilans garchon-nets. Qui gonfèltent chés robinets !» 23, 25 d’avri, 25 éd mai.
I put n’avoér écore Croéset (Sinte Croix), Colinet, Jean-net, Phalet, Vitalet.
En zés lonme ainchi pache qu’au momint d’où qu’is sont, ch’est chés abes in flours, chés ésmis obin chés plaintes dins chés camps is éyeuvtent pis ein coeup d’gélée obin d’grélée, tout i l’est foutu obin i feut érsmer !
Héreusemint cha n’est pos caque énée parel, pis chés gins, quite part, is croétent qu’éd dire éch diton conme cha, cha n’aira pos iu, pis chi qu’cha arrive quind meume is porrot pététe pos meudire chés sints-làl, mains-pététe és soulager en lés applant sints éd navet obin mécants garchon-nets.
Ech l’énée-chi i sian-ne qu’en est in avanche, pis qu’en n’airot pus grind cose à crain-ne.

  • GLOSSAIRE :
    amiteux amical
    caque chaque
    chuire suivre
    éyeuver lever
    mécant méchant
    rapiot mignon
    sian-ner sembler

Drapieu pis eute ourliflanme (Aisne Nouvelle Parlons picard)

picardieMai, ch’est itou l’mos éd chés drapieux ! Qu’en ravise chés édvaintures éd mairries, d’masons-d’ville, en y vot déclaquer au vint éch drapieu frainchais ; en oblie souvint qu’i l’est conme chés camps éd bléd flouris : blu éch bluet, blainc élle magrite, rouche éch mahon, ésses eutes is ditent qu’ch’est chés coleurs éd Paris aveuc chelle d’élle royeuté au mitan (éch bléd ch’est pus poeutique !). En y vot itou éch l’imbleume éd l’Urope, sin padzous blu pis sés 12 gan-nes étoêles.
En dévrot y rajouter chti d’nos région Picardie (surtoute par chés timps qu’i n’in coeurt !) pis en porrot itou vire batte au vint chti d’nos « payis » pache que, conme él ditent chés Picards quinte en yeus édman-ne » : «Dins qué payis équ tu resses ? », is répon-nent él nom d’leu ville, leu villache. Is ont don dux payis, ch’tchot qui lés a vu évnir au mon-ne, qui yeus a don-né leu lan-ne maternelle (él picard dés fos), pis ch’grind, éd leu lan-ne paternelle : él frainchais. Ch’est itou tchurieux éd pinsier équ chés tchots i n’a quites dizoain-nes d’énées, en zés langeot seur dins dés langerons écore dits drapieux !

Por quére dins ‘légin-ne dourée, en dit équ Marie, quinte sin fius i l’étot tchot, alle méttot séquir sés drapieux dsur ein-ne haisette d’épin-ne, i parot équ ch’est por cha équ chés fleurs d’élle blanque épin-ne is airaint seur ein bon sintimint au cminchemint pis à mésure, ein érlent ! Et portant ch’étot i n’a pus éd dux mil énées !

GLOSSAIRE :

  • Epin-ne : aubépine
  • Erlent : odeur
  • Gan-ne : jaune
  • Haisette : haie (petite)
  • Langeron : lange
  • Magrite : marguerite
  • Mahon : coquelicot
  • Ourliflanme : oriflamme
  • Padzous : fond
  • Payis : village ou ville