LA PICARDIE (Parlons Picard Aisne Nouvelle du 27 juin 2009)

picardieÉd quée Picardie qu’vos volez don édviser ? Élle juographique, qu’alle va jusqu’à Boulongne, aveuc plain-nes pis platieux ? Obin alorse volez-vus nos intértnir éd chelle éd l’Histoère, aveuc nobes, djerres, honmes pis fenmes chélèbes, câtieux, cathesdrales, camps pis payisaches ? Elle région-nale ? Ch’lécolomique ? Obin alorse, ch’est-ti qu’vos volez nos amoutrer élle grin-ne Picardie, qu’en dit lindjuistique, aveuc ésse Picardie du Sud (Aisn-ne, Oèse, Sonme) pis chelle d’in heut (Nord, Pas-d’Calais) pis core chelle Oute-frontchière d’élle Wallon-nie picarde ? Passons dsur chés tchots buts d’Arden-nes pis d’Sein-ne-éd-Mér.

Vlà chin qu’en put dire éd nos Picardie au purïel, mains ch’est quind meume élle darnière qu’alle est l’pus grin-ne pis chelle qu’alle est pus quère à nos tchoeur : chelle qu’en s’ércon-not d’aveuc nos lan-ne pis nos acchint, qu’en minge souvint parel, qu’en cante lés meumes canchons. Chés canchons is s’adrèchent à nus quinte is ditent : »Révillez-vus Picards, Picards… » obin »Por fare un bon Picard, feut savoér boère ein-ne pinte éd bière, éne pos s’couquer d’troup tard et pis minger chin qu’en a quére, pos rire quinte i feut braire, pis travailli dare dare por fare ein bon picard !  » Tout ein progranme ! En a Picarde, Picard, picardirie, picardissant, picardfaisant. Tchiens ! sez-vus combin qu’i n’a éd Picard à Montréal ? Vos m’ez bin compris : éd gins qui s’appelltent Picard ? Eh bin, i né n’a 610 qui s’lonmtent Picard pis ein qui s’décrit Picart. Chi vos y allez cha fera 612 in toute aveuc vus-meume, meume chi vos n’vos appélez pos Picard, vos n’êtes ein, forchémint !

GLOSSAIRE
Braire : pleurer ; But : bout, morceau ; Camps : champs ; Couquer : coucher ; Djerre : guerre
En a quére : on aime ; Picardfaisant

: qui fait ce qui est picard ; Picardisant : qui parle picard ; Picart : au Moyen Age ; Quér(e) : cher(e).

Estaminet, cabareu ? : (Parlons Picard – Aisne Nouvelle du 20 Juin)

estaminetDe profundis ! quo core éd pus qu’en va povoér intérrer dins nos villaches ?

 

Chés églisses, tempes is ont quasi frémé feute éd tchuré, éd pasteur ; chés bouqueries is ont vu leus avant-toute érployés por tojours ; marquants d’couleurs, reugratchiers, coéffeux, marichats, is ont frémé leus griles, leus huches, leus contervints ; pus d’lat dins chés cinses coeuse, pus éd vaques ; pus d’marquands éd lédjeumes, éd galettes, pis darnier dsur élle lisse, pus d’clercs o d’maristers : en érgroupe, en rintabilisse. Ah seur ! flouritent chés communeutés éd commeunes, dés trottoérs, du fleurissemint, dés gan-nes pis dés blus sas por barocher papiis, boutelles pis boêtes, dés zon-nes écolomiques… !
Mains passe-tout-toute, pus d’éstaminet o ouberche. Asseuré, en y bot, pos chi tant qu’en n’crot, mains en sait-ti tout ch’contaque human qu’i n’a éddins ? Gins vien-ntent quér éch jornal por leu viux voésin ; nouvielles don-née d’élle sainté d’ein tel ; écanges éd poérets à érpiquer, d’us à couver ; infin iu éd rinconte, i n’a pus qu’échti-chi ; iu éd tchulture itou, en y édvise meume quitefos picard. En put core dire iu chitoéyin, d’où qu’ch’és gins qui n’ont pos él meume avisse, is

écangent ; iu d’où qu’en ébeuche meume dés lisses por chés érlections. Ech darnier iu éd rinconte cha va ête éch l’hayure audzeur élquélle en passera sin cabut por dire tros mots à sin voésin.
Quée vie qu’en vit ! Chés gramères is disaint conme cha : »Nos voérons toute !  », en n’a pos core toute vu, mains en est dsur éch cmin : él jur d’où qu’en n’voéra pus person-ne, à part li-meume, au matan, quinte en gratte ésse couen-ne aveuc sin raso édvant sin miro. 
   

GLOSSAIRE
Avant-toute : Auvent
Barocher : Collecter
Cabut : Tête
Cinse : Ferme
Clerc- marister : Instituteur
Édviser : Parler
Gan-ne : Jaune
Miro : Glace
Passe-tout-toute : Bouquet (le)
Raso : Rasoir

Elle ternité d’chés formaches picards (PARLONS PICARD – Aisne Nouvelle)

« Au mariache du formache, du pâté por sin souper… ? ch’est conme cha équ cminche élle ritornelle qu’alle a pus conme sujit éch mariache qu’éch formache. Portant la Picardie a’n'a du formache, dés formaches ! Sins parler d’cheux pus heut d’élle Picardie lindjuistique du Nord.

En a éch trio, éch triplet : Marolles por cmincher, mains itou rollot pis manicamp. Por chés tros i n’a tros villaches qui portent éch nom : Marolles dins l’Nord, Rollot dins la Sonme, pis Manicamp dins l’Aisn-ne.
Tros cousans chi qu’en put dire, is n’ont pos tertous él meume forme, él meume pods, él meume sintimint. 3000 tonnes por éch marolles dins ein-ne énée, padzous tros délonminachions : pavié 720 g inmarotté éd papii, Sorbais (core ein topon-nyme) 540 g, pis quart dins s’boête in bos 270 g.
Ch’rollot pus tchot obin rond por éch l’artinasal, fuche in tchoeur por éch l’industrieux. Pis manicamp conme ein tchot marolles, pus plat.
Quo qu’en fat aveuc chés cousans-làl ? ein bieu platieu éd formaches quinte en a du mon-ne, seur ! Mais itou d’élle flamique au marolles, ein-ne deusse, dés rôtoies, dés seuces, dés gueufes, i n’a meume dés tchots librets qu’en treuve dés érchettes édsur.
Ein pas drière o padvant l’eute, ch’est conme cha qu’en érmet dins nos tiêtes, qu’in Picardie en a tout chin qu’ésses eutes is ont, mains aveuc nos noms, nos érchettes. Bière, chide, van aveuc, à quésir éslon éch goût éd caquun, pis aveuc élle mode pis l’ration qu’en

modèrent conme is ditent !
SITE www.chespicards.fr« >
www.chespicards.fr

GLOSSAIRE
Caquun : chacun
Deusse : pain frotté d’ail
Fuche : fusse
Gueufe : gaufre
Inmarotté : enveloppé
Itou : aussi
Pods : poids
Quésir : choisir
Térnité : trinité
Tertous : tous

Avec la langue d’époque !

picture-11Les résidents de la maison de retraite Tiers-Temps étaient tous à l’écoute de Jean-Pierre Semblat. Le conteur a animé un après-midi en picard bien évidemment, et parmi les participants, c’était un retour aux racines.

Picard ou Patois, c’était la langue d’époque dans la région et les résidents le parlaient au quotidien… Aujourd’hui, la langue tend à disparaître mais Jean-Pierre Semblat et Christine Kreydie, directrice de l’établissement, veulent perpétrer les traditions et entretenir ce patrimoine historique, en réalisant ce genre d’intervention.
Une animation qui a ravi les résidents, leur faisant travailler une mémoire qu’ils n’ont pas perdu !

Ducasse pis rogaillots (PARLONS PICARD – Aisne Nouvelle)

location-manege-carrouselChés bieux jurs is sont ilà, en sorte caracots, saindalettes, courts- cotrons pis cmisettes. Dimainche ch’est ducasse ! Mardi i n’a édjà dés baraqueux qui arrivtent dsur élle plache : balainchoères pis tir is sont ilà. L’mércrédi ch’rogaillot i s’amoène, sés pourcheux, gveux pérqués éd leus tubes d’or qui vont monter pis dévaler. Judi ch’est ch’casse-djeule qui chuit, cha va vinvoler !

 

Vindérdi éch bal in bos Cazé qui va rade és monter, toute in planques. Cha n’est équ sanmedi au matin qu’éch barnunm d’élle marquan-ne éd galettes, Pauline i s’étampit. Sanmedi au nut, cha put cmincher : en va tirer élle floche, éch bal en intind sés raclots.
Chés mères, oèdes dsur chés bancs in bos, vont povoèr surquer leu file. Quinte l’heure alle i sera, alles lés feront rapostiller. En fat dés flans n’in vux-tu n’in vlà, chés darniis en lés foutera à chés glain-nes, él mércrédi i n’aira du poél éd musi édsur. Is airont té tchuits mon ch’boulinger pis chés wâtieux qu’en aira pourté chés us. Chés parintés is sont évnues conme tus lés ans.
Dimainche en va s’balaincher, monter dévaler in rougaillot, pis torner dins ch’casse-djeule. Bal écore. En fat él lundi d’élle fête, dés fos él mardi. En minge chés resses pis i feut érprin-ne quind meume éch coiïer. Dins dés villaches i n’a dés fos ch’l'érbond, ch’l'érquet, huit jurs pus lon. Ch’étot ein-ne eute vie, ein-ne eute sièque : cheux éd villache, du timps qu’en disot qu’ch’étot l’bon.Chés viux is étaint

jon-nes ! Chés jonnes n’él l’ont pos con-nu ! Is vont con-noîte eute cose.

 

  • GLOSSAIRE :
    Coiïer : collier
    Ducasse : fête patronale
    Érquet – érbond : octave de la fête
    Floche : pompon
    Marquande éd galettes : pâtissière
    Musi : moisi
    Raclots : flonflons
    Rapostiller : rentrer
    Rogaillot : manège
    Vinvoler : voler au vent

Déroulé de la journée patrimoine autour de la littérature et de la gastronomie picarde

à19 Septembre 2009

15h : Rendez vous à la salle des fêtes de Vraignes

  • Mot de bienvenue de Mme le Maire
  • Mot d’accueil du Président de la Communauté de Communes de Roisel :
    M. Blondelle
  • Explications sur le déroulement de l’après-midi

15h20 : Halte au buste de Crinon

  • Intervention de M. Semblat autour de la vie d’Hector Crinon +lecture de textes

16h : Exposition à l’église de Vraignes

  • Mot d’accueil en picard par l’Abbé
  • Exposition en 4 îlots :

 

  •  
    • Présentation des villages en picard par M. Moiret
    • Auteurs du canton : Devraine- Fagot-Desmée-Beaucourt  par Melle Lerebourg
    • « Agence pour le picard » par  M. Engelaere
    • « Autour de Crinon »

 
17h : Retour à la salle des fêtes de Vraignes

  • Projection d’une vidéo «  Romance et poésie picarde »
  • Pièce de théâtre jouée par la troupe de Templeux et mise en scène par Michel Delaire : Nou Mason de Gustave Devraine

18h : Conclusion de l’après midi

  • Mot de la fin par M. Morgant
  • Invitation à la dégustation du Buffet
  • Buffet autour de la Gastronomie Picarde :
    • Mini expo autour du buffet pour situer dans chaque région les spécialités.
    • Buffet froid autour de la cuisine picarde actuelle et ancienne.