Chés outieux d’nos gardiniers

accueil-pap-becher-jardinEn n’est pus au sièque d’éch l’heulette d’éch l’heuleux du Moyin Ache por gardiner. Mains en a yeu, dins chés gardins d’nos éfanches, dés outieux por fare tus chés ouvraches.

 

I n’avot éch louchet aveuc sin fer pus obin moinse lon, sin manche aveuc ein-ne bourle au dbout obin (j’ai pus quére cha) ein potinton, élle fourque à quate dints pos réparde éch fien dins ch’roéyard. I né n’a, dins chés tierres à cailleux, qu’is avaint pus quére élle fourque à fouir. Ech greuet obin crocque à tros o quate dints (pusqu’i n’a d’dints, pus qu’élle tierre alle est fin-ne, mains pusqu’en a éd mâ à ratirer !), chés planques aveuc dés corroies à piids in tchuir obin ch’rouyeu, éch cordieu, éch rétieu, élle binette-trachoère por fare chés routes, pis ch’bol, car obin gate por mette chés groain-nes éddins. Ch’l'arrouso aveuc ésse ponme, élle bérouette aveuc sés planques. Ech pic i nos seurvira à piqueter, forchémint, élle binette à biner, élle feuchille à coper à l’man, élle feuque à feuquer. Ch’l'échnillo nos copera chés nichots à cazés, conme éch cuelle-fruts à cueillir in heuteur. Elle beuche, éch grattoèr…
Ein-ne caignie, ein-ne hapiette à tchot bos, ein-ne sarpe, ein billout. ein plaintoèr fat d’ein mourcheu éd bos tortu ; ein-ne cisalle, ein sécateu et pis core ein-ne

pelle, ein-ne fourque à cailleux, à bettrafes, ein-ne lance por ésses arracher. Ch’étot éch l’attrinquillache d’éch gardinier d’chés XIXiènme pis XXiènme sièque. Échti d’éch XXIiènme ch’est vraimint ein-ne eute histoère ! Vroum, vroum… !

El Pizon à l’Forcete

Pour la seconde année consécutive, la commune a le plaisir de proposer à la population ce soir, la veille de la fête nationale une manifestation afin de mettre à l’honneur les traditions culinaires et festives et en même temps animer le village.

 

image145Dans le cadre champêtre de la place verte, un repas avec des activités surprises précédera une promenade aux flambeaux dans les rues de la localité. L’apothéose de cette soirée sera un feu d’artifice en fin de soirée. Tout ce programme permettra aux habitants et ceux de l’extérieur qui le désirent, de s’amuser et de se restaurer dans une ambiance conviviale et festive. Les animations se feront en patois. Le programme est riche, il sera servi un apéritif d’accueil dès 18 heures « El breuvage d’Lverzies » suivra un intermède musical, contes et légendes du village avec Jean-Pierre Semblat, le patoisant au micro.
De 20 heures à 22 h 30 le repas « El pizon à l’forcète » sera fabriqué sur place. Puis à 22 h 45 rassemblement pour la retraite aux flambeaux avant le feu d’artifice. On attend du monde !

Article paru le : 14 juillet 2009 dans l’Aisne-Nouvelle

image1461

Fare l’éüt (PARLONS PICARD Aisne-Nouvelle du 13 juillet)

Dins l’Sonme is ditent moés-d’eut. Achteure ch’est l’affare éd quites jurs, en bat meume par nut, in ayaint cminché édvant-midi, quinte élle rousée alle a té cauffée au solel. Ch’est dés largueurs pos possibes qu’en feuque, qu’en bat, pis dés fos qu’en imballe par drière.

moissonneuse-batteuse En est lon d’élle moésson d’édvant, en n’parléra pos éd chelle à l’feuque quinte élle gadrème alle chuivot ch’feuqueux por loéyer chés guérbées, écore moinse à l’feuchille, mains d’chelle à l’moésson-neusse-loéyeuse. Souvint dux gveux, élle feuqueuse aveuc ch’moéneux d’gveus assis dsur ésse maquin-ne. Cha feuquot, cha loéyot.
En chuivot, nus-eutes chés ramasseux par drière, en rassian-not chés guérbes pis en fasot ein tas éd bottelées étampies aveuc ein-ne audzeur conme couvère o paraplue. Chés panmes in heut, bin seur ! I pluvot-i pindaint ein bon momint, en démontot chés dizieux por n’in fare dés cavaïers, dés quaîn-nes : dux guerbes bouque à bouque dsur ein rang éd chinq bottelées. Apreus cha i faulot quérrier, dins dés quérs, forchémint, aveuc dés ridelles.
Ch’étot toute ein-ne adrèche éd monter éch quér por pos qu’i n’cuélbute d’éch prumier tombercheut obin qu’i s’aniche dsus l’coutié dins ein-ne raque. Ch’étot itou toute ein-ne scïinche éd brêler éch combe qu’i tiendrot él toute. Dins l’cinse, chés gveus is sutent, éch varlet i raque outant qu’i

maquion-ne ésse chique ; ch’éttlée alle rinte par élle grin-ne-porte d’élle grainche.
Achteure i va falloèr fourquer aveuc ein-ne fourquière à dux dints. En éjette dsur élle cayelle, ein eute i l’éjette pus heut. Quinte élle darnière voéture alle a té rintrée, chelle aveuc éch boutchet, en fat éch l’érpas, por fâter cha, en a bin yeu du mérite. En attindra quites mos por batte au fieu o alle batterie, en est ércran !

Ech bos (Aisne Nouvelle PARLONS PICARD)

« Allons dins chés bos, éch leuwarou n’y est pos… »

 

Alorse éd quo qu’en porot y treuver ? Marie- Greuette qu’alle attind dsus l’bord éd l’Aisn-ne, d’l'Oèse, d’chés marais, por vos ratirer dins ieu. Au nuit éch cathouant qu’i l’houppe dsur cheutes qui passtent. Él vint i jure dins chés feulles, i l’aboe, i ton-ne. Quo qu’en treuve dins chés bos ? Cha dépind à qué momint qu’en y va ! I n’a por cmincher chin qu’en y vot ; chin qu’en y intind et pis bin seur chin qu’en y cuelle, ramasse, et pis achteure bin seur i n’a chés imaches qu’en in put ranmner, o core chés bruts, musiques obin cants qui y bruchent qu’en inrégisse dsur dés diquses.
Vos arrivez par ein tchot cmin, souvint ein-ne crox-diu sés tillus qui l’muchent, souvint core pus moégnons qu’élle crox meume. Ch’est l’bourdure, ch’cmin fat frontchière inter camps pis bos. Lapans éd warennes, érnards, quevreuls, couchons seuvaches, tessons, margotes…
Courbeux, agaches, mauviars, tortrelles éd bos… Ribeudes, mandlettes, quiébrou et pis dés filets-Madanme, ierre, lichen-ne, et pis chés bruts : élle caignie d’éch bocquillon, élle cornaillére, roucoulemints, chifflets, et pis ein-ne cloque (éd qué villache ?) qu’alle son-ne quite cose au lon. Pos farce équ chés métchiers d’bos ch’étot dés vies ein-part-li : carbon-nier, fagotchiers, warde-cache, bracon-neux, cacheux, ramasseux d’simpes. Ech bos ch’est vraimint ein eute mon-ne !

 

  • GLOSSAIRE
    Leuwarou : Loup-garou
    Ratirer : Tirer
    Houpper : Crie (sur)
    Jurer : Bourdonner
    Brucher : Bruire
    Crox-diu : Calvaire
    Waren-ne : Garenne
    Tesson : Putois
    Margote : Belette
    Farce : Drôle
    Simpe : Plante
    Ribeude : Muguet bleu
    Filets-Madanme : Fils de la Vierge

Les Chertificats picards fêtent leurs 10 ans

image130Une remise de certificats d’études en langue picarde sera réalisée aujourd’hui à l’école Perluète de Trefcon de 9 h 30 à 16 h 30. Ceux-ci récompensent symboliquement les amoureux de la langue régionale qui ont suivi tout au long de l’année les cours de Jean-Pierre Semblat à Saint-Quentin.

 Cet ancien professeur de Lettres, conteur et membre d’une troupe picarde, met en place ici sa 10e édition de remise de « diplômes ». Celle-ci se veut à la fois une reconnaissance pour les apprentis en picard et une promotion de la culture et de la langue locale. L’école Perluète accueille gratuitement tous les dimanches matins ceux qui désirent mieux connaître ce parler sous la houlette de Jean-Pierre Semblat qui se définit lui-même comme « l’un des derniers à avoir su parler le picard avant le français ». Et comme il le dit lui-même, « I n’a échti qui sait, pis chti qui n’sait pas ! » (« Il y a celui qui sait et celui qui ne sait pas ! »).

Jean-Pierre Semblat au 03-23-66-57-94 ; : www.chespicards.fr

 

Auteur : Aurélien WÄLTI
Article paru le : 29 juin 2009 dans l’Aisne-Nouvelle

Chértificat d’études picard verchion 2009: Don-nez vos avisse

Elle date d’éch darnier sanmedi éd juïn alle est-ti bin quésie conme édpis él cminchemint ?
Ainchi in 2010 cha porrot ête él sanmedi 26 juïn 2010…
obin pinsez-vus qu’i feudrot él mette à ein eute momint d’l’énée ?
quind chu ?
 
 
Chés fenmes applitchées amon !
Ech pus tchot d’éch l’énée !
Ech pus barbu dins ch’l’épreufe vissuelle !
Ein Picard éd la Sonme (du timps passié) pis par drière ein boéyeu rouche du 62
En va mette chés sujits dsur éch site pis dins ein momint chés corrigiés