PARLONS PICARD : Éd Picard en dit…

jp-semblat-conteur-diseu-picard-2Chés Francs-Picards : Ch’est dés Picards tout fraincs tout ronds, n’font pos d’mangnières, point d’fachon. Por értreuver leus mâtes, chés quiens normainds ravisent in heut, chés quiens picards érbaitent in bas, porquo ?

 
Pache que chés Normainds is méritent souvint d’ête pindus pis chés Picards is sont quitefos couqués mitan morts-ives. – Tut bon Picard és ravise ! (raviser franchais s’érprin-ne, in picard se regarder). – Pitchié éd Lombard ; rabour éd Picard ; érténue d’Normaind ; patiïnche d’Allemainds ; larguesse éd Frainchois ; loéyeuté d’Ainglois ; bondiuseté éd Bordjignon : chés 8 coses làlles éne veutent mie ein bouchon ! Tut Picard équ j’étos, j’étos ein bon apeute (Racine). La Fontain-ne él dit itou : Biaux chires leups, n’écoutez mie mère tenchent chen fieux qui crie !
Écange : Picard étte mason brûle ! Fuche, j’a l’clef dins m’poque !
Tiête pis fiête éd Picard : éch Picard i l’airot s’tiête tout conte sin bonichon pis i serot bénaise éd bin minger pis boère : chés princhipes éd cabotan d’Lafleur n’él ditent-ti pos : Bin matcher, bin boère pis n’érien foère !
Tut cha ch’est d’l'humard pis cour, i feut éne ête por comprin-ne. Ej sus éd cheutes qu’is ditent : Sez-vus porquo qu’i n’a pos bécoeup d’solél in Picardie ? Bin pache que chés Picards is ont peur éd leu ombe

!

 

GLOSSAIRE :
Bondiuseté : piété
Bonichon : bonnet
Érbayer : regarder
Fieux : fils
Fuche : que ce soit
Humard pis cour : humour picard
Morts-ive : saoul
Rabour : labour
Tenchent : grondant
Veutent : valent

Anizy-le-Château: Une soirée contes divertissante

picture-1La seconde édition du « Mois du conte », organisé par l’association Lire et Savoir, a débuté vendredi soir à la salle Marcel-Pagnol pour le grand public.
Des seaux, une valise, des cloches de différentes grosseurs, des poupées, des vêtements, quelques outils et ustensiles usuels et le décor était posé pour le spectacle proposé par Jean-Pierre Semblat et évoquant des légendes et histoires dans un village picard.
Il n’aura guère fallu attendre longtemps pour que le rire s’installe dans la salle des fêtes et pour un bon moment.
Le diseux s’est exprimé en picard et a mis à contribution quelques-unes de la trentaine de personnes qui ont assisté à un moment de bonheur comme il devrait y en avoir plus souvent.
L’équipe de Marie- Laure Rouyer, présidente de l’association cantonale peut être satisfaite de cette initiative qui a fait des heureux aussi bien chez les grands que chez les plus jeunes.

Article paru le : 9 novembre 2009 dans l’Union

Élle Tus-lés-Sints: PARLONS PICARD AISNE NOUVELLE

4495a

I n’avot-ti ein intérremint… en étot éd seurviche, bin seur ; en laissiot ch’l'éschoïer pis en édvnot éfant éd tchœur aveuc nos noères soutan-nes. À l’fan d’élle chélémon-nie, i né n’a ein qui portot élle crox, l’eute éch bénitchier.

En allot padvant, mossieu l’tchuré qui chuivot li, pis ch’corbillard par drière. En’n'avot quind meume por ein but éd timps, meume chi qu’élle rue alle dévalot por arrivier à Tchot-Veux.
Darnier de profundis et pis en érvnot nus-eutes dins l’carrette-d’chés-morts, par drière, à l’plache d’éch défuncté. Ch’Cadet, pusque ch’étot li qui moénot éch gveu, i l’fasot coeurir in érmontant élle coste ; cha nos allot cha ! en s’débillot pis en értornot dés fos à ch’l'éschole. Vlà, aveuc élle Tus-lés-Sints qu’alle arrive, ch’est dés affares qu’is armontent, pis itou chés gins qu’en a moénés à leu darnière mason conme en dit. Nostalgie qu’en dit !
Souveninches ! ch’est l’momint quinte chés jurs is sont courts, qu’chés feulles is quêtent, d’érvive ésse jon-nesse, chin qu’en y fasot du timps d’où qu’chés défunctés is prindaint leu timps por d’aller rester dins leu darnière catoire, dzous tierre. Qu’is érpostent in paix… in nos attindaint… mains él pus tard possibe, forchémint, nos ons tut nos timps !

GLOSSAIRECadet : un surnom
Catoire : demeure
Chuire :

suivre
Défuncté : défunt
Dévaler : descendre
Es Débiller : se déshabiller
Surpiquet : surnom
Tchot-Veux : cimetière