PICARD ésmoain-ne du 22 au 27 éd févérier

  • lundi 22 
          éschole d’Etreillers : CM 1 CM 2 (2 classes) à la demande de  Jean-Marie Braillon, présence d’une étudiante allemande qui  s’intéresse au picard (le picard à l’école élémentaire : initiation)
  • mardi 23
          intervention à saint-Quentin – salle Matisse pour l’association  France Alzheimer
  • mercredi 24
          Lycée  Sainte-Sophie – Bohain
          intervention contes-marionnette avec deux classes de lycéens
  • jeudi 25
          lycée Colart Noël - Saint-Quentin
  • intervention le Conte dans tous ses états
  • Lycée Vincent de Paul – Soissons
          intervention le conte pour un travail social

D’aignieu in gigout !

dsc05387Por cheutes éd chés bas-camps in Picardie. Éch marle ch’est ch’ran, l’fémelle élle berbis qu’alle andèle éch tchot, éch l’aignieu qu’éch leup i vaulot maquer mon Mossieu éd La Fontain-ne.

 

Élle famile, ch’est chés berleudes. Échti qu’i s’éne otchupe, éch berquier, sin grind paraplue, ésse n’houplan-ne pis ésse n’houlette. I resse l’sémoain-ne dins chés camps pis dours dins s’cabernette, sés quiens dins chés dux nichots padzous l’paillache. Au nut, en infrème chés biêtes drière dés cloyes por qu’is n’seuvchaint pos. Dins chés courts-jurs is ressent dins l’berquerie. Quinte ch’est l’momint, éch tondeux i vient aveuc sés éfforches por débiller chés biêtes, ch’est ein-ne rude ouvrache. Quinte i n’a dés doubes, ch’2ème ch’est quitefos por éch berquier qui sairot zés soégner : éch piétin, él mudjet, élle tran-niche… Chés berbis is font Bê pis chés maguettes is font Mê, ch’est comne cha qu’en z’ércon-not. Dins chés familes éd berquiers en mingeot souvint du bédot, surtoute élle tiête, chés gins is ‘n’étaint dégoûtés à forche ! En disot souvint chés berquiers chorchiers pache qu’is con-naissaint chés étoêles, chés herpes pis cmint qu’en s’in sert, érbouter chés foulanches et pis is n’savaint-ti pos élle lan-ne éd leus oualles, tut conme chélle éd leus quiens,

chés canteries d’chés moénets, élle musique d’chés vints pis d’ésse chifflotte, d’sin pipeau-sa. Alice élle berquière, ch’étot nos gramère !

 

GLOSSAIRE :
Andeler : mettre bas
Bas-camps : champs de bord de mer
Cabernette : cabane
Cloye : claie
Doubes : jumeaux
Efforches : ciseaux
Houlette : bâton de berger
Houplan-ne : houppelande
Muchosa : cornemuse
Tran-niche : tremblante

PINCHON D’CHÉS ABES

pinchon1El l’érvlà, obin putout en ’l’intind à nouvieu. Dins chés courts-jours en l’voéyot, surtoute li, élle, moinse souvint. I feut dire qu’en érmarque pus ésse gave lie-éd-van à li, qu’élle grisse d’ésse fenme.


El’a don ércminché à canter, dsur ein-ne branque pos trop heute, ni basse non pus. En ’l’intind ésse canchon-ne : « Pirlouït Rintintin, tchot Batisse touït ! » obin core « Sème, sème éj sèmerai bin éme tchotte canchon ! » J’a meume, ein bieu jur, dins l’cade d’éch Goncourt d’élle Nouvielle, à « Bellinglise, biélle églisse… » acouté ein décriveux belge, qui vivot dins l’sud-oues éd la Frainche pis qu’i l’étudiot chés cants régionals d’éch pinchon : pusqu’à caque région, i n’airot ein-ne fachon pinchon-ne éd canter (conme nus eutes !). Elle fémelle a n’cante pos, bin seur ! Chti d’chés Arden-nes i l’est édjà vinvolé à s’mason.

CH’est l’momint d’où qu’i va cmincher à niter, feudra qu’éj tirche él pourtrait d’éch nichot, d’chés us pis d’chés jon-nes quinte chés parints is seront d’allés quére éd quo yeu don-ner à fruquer.

picture-11

Quites coses

tapette_a_souris_lada_animal_3qdhygEn a tertous dés séquos qu’en y tient : monte, preume apparel à portraits qu’en nos a acatés et pis core ploein d’affares, mains, pététe chin qu’en y tient él pus, ch’est dés coses qu’en nos a don-nées, léguatées pis qu’chés don-neux is n’sont pus ichi, dés fos meume pus d’éch mon-ne-chi !

  Élle navette d’ein-ne vielle lancheuse, éch l’houlette obin éch paraplue éd quite berquier, pêqueux, ein live éd gardinage d’ein-ne vielle matante. Quite coutieu, éploingue à croate, pot à toubac. Ein briquet à amadou, élle chiflotte d’ein viux, gilliet éd cacheux, coupe-chu d’ein barbu : Coses inanimées ez-vus don ein-ne ânme… ? quinte en zés vot, quinte en zés prind, en pinse à chti-chi, à chelle-làlle qu’is ont apparténu, en zés vot, en lés intind core. Éd tut cha, en porrot fare ein-ne évintaire à l’Prévert : brique à treus por cauffer ch’lit, caquse d’élle djerre 14, compte pis cope-fils éd mulquinier, passette-à-z’éscorbiles, lance à bettrafes, baïon-nette, tire-plombs, bourselot, jornal éd nos naissainche, capieu, can-ne, blague à toubac ! Nus don quo qu’ch’est équ nos laisserons-ti ? I n’aira quind meume chin qu’nus eutes en ingrainge : cabotans, routelles, jux picards in bos, tapettes à séris, boutelle à genièfe, lives in picard, meules à cugnot et pis coére… Nus itou nos sérons dés légates por cheutes qui nos chuirons ! Pis n’oblions pos él Sint-Valintin!

 

GLOSSAIRE
Bourselot : pelote à épingles
Chiflotte : flûte
Coupe-chu : rasoir
Croate : cravate
Cugnot : cugnot 4 pattes de Saint-Quentin
Escorbiles : escarbilles
Evintaire : inventaire
Lancheuse : tisseuse
Mulquinier : tisseur de fins cotons
Séquo : chose

Saint-Valentin : la balade romantique se termine à l’hôtel de ville

image123Annette Poulet, guide conférencière à l’office de tourisme, n’en revenait toujours pas. Samedi, une quarantaine de personnes a participé à la visite insolite, organisée à l’occasion de la Saint-Valentin.

 

Quarante-huit personnes. Annette Poulet, guide conférencière, n’a pas caché sa joie en découvrant le groupe de visiteurs présents dans le hall de l’établissement, peu avant le début de la balade. « C’est un succès ! », annonçait la Saint-Quentinoise, tout sourire.
Encore échaudé par le circuit pédestre mis en place, l’an dernier, et que seule une douzaine de personnes avait suivi en raison du mauvais temps, l’office de tourisme a décidé, cette fois, de changer son fusil d’épaule. A juste titre, si l’on se réfère à la fréquentation.
La balade en ville a donc été remplacée par une visite insolite de cinq salles de l’Hôtel de ville, avec en prime les récits des histoires de cœur de personnalités ou d’anonymes de la cité des Pastels.
Annette Poulet était accompagnée, à cette occasion, de Jean-Pierre Semblat, le picardisant, et du musicien thiérachien, François Péry. Un trio que les visiteurs, venus en couples ou avec leurs enfants, ont plutôt apprécié si l’on juge par certains commentaires. « Je ne comprends pas trop le picard, mais le concept est sympa ! », chuchote l’un des participants à l’oreille de sa compagne. « C’est une bonne idée de sortie à faire en

famille. D’autant plus que durant les vacances scolaires, ce n’est pas toujours évident de trouver des occupations. Les intervenants sont accessibles, même pour les plus jeunes », glisse une maman.
Chacune des interventions de la guide-conférencière était en effet suivie d’un commentaire, en picard, s’il vous plaît, de Jean-Pierre Semblat, voire même d’une chanson wallonne, interprétée par François Péry. Lequel en a également pour jouer de la cornemuse… picarde. Plaisir des oreilles garanti !

PARLONS PICARD / Martchés

marchea

I n’a pos moinse équ quate dins l’sémoain-ne : mércrédi pis sanmedi au chinte, vindérdi à l’Urope, diminche à ch’feubourg d’Isle. Caquun i l’a sés rassotés : Cha dépind éd d’où qu’en resse pis chin qu’en cache, qu’en vut acater. Éch pus grind, chti qu’i n’a él pus éd mon-ne ch’est l’sanmedi. Bécoeup d’gins is y vont pététe por fare leus conmichons, mains seuremint por d’eutes coses : y édviser aveuc Jacques, Paul, Pierre, acater éch jornal pis y éjeter ein ziu, boère ein-ne pinte obin ein cafoué. Lés eins pis lés eutes en a nos labyrinque : éch marquand éd formache éd maguette, élle vindeuse éd banan-nes, chés hérbillers aveuc leus ponmes-poères, échti qu’i vind dés plintes dsur éch tchot parkinge. En y croèse, à l’intrée cheutes qui distributent chés tracs, éch l’honme ouriginaire du Sénégal qui présinte sés éstatues, sés maquses. Quites fos i n’a ein jueu d’orgue éd barou d’tôle ; mains itou dés fos dés gins qu’i veut miux qu’en n’lés croése pos pache qu’en n’a por au moinse ein-ne mi-heure, pis in pus, is ditent toudis élle meume cose. Chés éstaminets alintour is sont ploeins aveuc

lés meumes adités, en y écange. Dins chés courts-jurs en y va d’ein bon pas ; dins chés bieux-jurs en prind sin timps, en in fat dés éstations, i n’a pus éd mon-ne pis chés coleurs, chés fidjures is y sont pus gaies. Équ vivtent chés martchés !

GLOSSAIRE

Acater : acheter
Adité : habitué
Barou d’tôle : de barbarie
Cacher : cherche
Ecange : discute
Hérbiller : herbage
Labyrinque : circuit
Maguette : chèvre
Martché : marché
Rassotés : fans
Resse : habite

La cité contée en picard SAINT-QUENTIN

picture-2Sous un crachin battant, une dizaine de fervents amateurs d’histoire urbaine s’est donné rendez-vous, juste avant la nouvelle année, afin de suivre une visite guidée bilingue d’un quartier saint-quentinois.

Parmi l’auditoire, des visiteurs qui venaient pour la majeure partie de Douai et d’Arras. Les habitants de la cité des Pastels seraient-ils moins intéressés que leurs voisins nord-pas-de-calaisiens par l’histoire de leur propre ville ? Reste que pour cette première, organisée par l’office du tourisme, le quartier mis à l’honneur était celui de la rue Emile-Zola.
Rebelote cet été ?

A travers l’érudition d’un guide-conférencier, Annette Poulet, et d’anecdotes hautes en couleurs de Jean-Pierre Semblat, conteur en langue picarde, les touristes ont flâné durant une heure et demi dans les rues de la ville. Partant de l’office de tourisme, ils ont rejoint la place Henri-IV, où se tenait anciennement l’Hôtel-dieu, avant de redécouvrir l’histoire de Lyon-Jumentier puis de terminer sur la place de l’Hôtel-de-Ville, à la Taverne, pour partager un vin chaud.
Ces balades contées bilingues sont actuellement à l’étude pour être reconduites cet été…

Auteur : Aurélien WALTI

Article paru le : 8 janvier 2010 AISNE NOUVELLE

Un conteur picard anime les soirées de l’Auberge – BRISSY-HAMÉGICOURT

picture-1Depuis son installation il y a un an et demi, Stéphane, le propriétaire de L’Auberge, le dernier café du village (l’un des deux derniers commerces locaux), essaie d’animer le bourg par des soirées à thème.
Après le rock il y a quelques mois, c’est une soirée picarde qui était au programme de samedi. Et quand on parle de Picard, on pense tout de suite à Jean-Pierre Semblat, le célèbre conteur et agitateur culturel, membre de l’association Tertous Gadrus. Mais comme le confiait Stéphane, sa rencontre avec le conteur ne date pas d’hier. « Jean-Pierre Semblat a été mon professeur de français au lycée Henri-Martin. J’ai toujours eu un profond respect pour lui. Lorsqu’il a commencé ses activités de promotion de la langue picarde, j’ai tout de suite adhéré. Quand je lui ai demandé de venir, il a tout de suite répondu : « Pas de soucis, min tiot gamin ! »
Au cours de la soirée, à laquelle participaient le maire Jacques Caron et de nombreuses personnes, Jean-Pierre Semblat leur a conté et chanté quelques aventures, contes et bonnes histoires picardes avec beaucoup d’humour. Après quelques jeux dans la langue locale, ce dernier a traduit les noms et prénoms de quelques habitants du village en patois. Tous ont ensuite dégusté une tarte au maroilles et une flamiche picarde.