Acandémie d’chés Lafleur

lafleurIn Picardie, i n’a pos d’Acandémie frainchaise, forchémint, mains i n’a ein-ne éd  »chés Lafleur » ! Ein-ne acandémie picarde chi vos ainmez miux.
A s’rasian-ne ein-ne fos dins l’énée por don-ner ein-ne récompinse : ein Lafleur éd chuque, pis ein câtimint : ein Lafleur éd bren !
Éch votache és fat aveuc dés geuques pis dés noésettes (fruts éd geuquier pis d’coudrier).
Chés acandémichiens is vien-ntent éd tut la Picardie, és rasian-ntent alintour d’ein-ne tave por mier pis boère, pis proposier leus idées à chés eutes : cha put ête dins n’impourte qué donmain-ne : ein-ne gins, ein-ne conmeune, quitezein d’Paris obin d’par i…chi ; élle frichetoulle, chés bâtimints, décrits, idées et pis core.
À Anmiens chés jurs-chi, éch l’Acandémie alle a fat fort puque pos moinse éd 9 Lafleur éd bren is ont té proposiés, aveuc élle plame à l’directrice d’élle tchulture au Consel général éd l’Oèse por dux coeuses. Pos d’lonminés éd l’Aisn-ne éddins.
Por chés Lafleur éd chuque ch’est Annette Hilscher, étudiainte alleman-ne éd Berlin, por sin mémoère éd

maîtrise sur élle lan-ne picarde, érchue inter eutes in Quiérache pis Vermindos.
À propous d’Acandémie, en s’aperchot itou équ chi qu’élle région Picardie, pis l’départémint éd la Sonme is aidièdent granmint lan-ne pis tchulture picarde, cha n’est pos l’meume cose dins l’Oèse pis dins l’Aisn-ne, d’où qu’él Picard ch’est ch’peuve parint.
Ravisons aincchi éch festival éd chés conteux dins l’Aisn-ne : éz-vus vu bécoeup d’conteux picards invitiés ?
Nan ! portant is sont édmindés dins chés festivals internationals obin dins dés tornées organisiées obin écmandées.
Ch’est qu’en n’est pos propheute dins sin prope payis !

GLOSSAIRE
Câtimint : mauvais point
Coeuse : chose
Coudrier : noisetier
Décrit : écrit
Écman-ne : commande
Érchue : accueillie
Frichetoulle : cuisine
Gueuques : noix
Lafleur : marionnetet picarde
Lonminer : nommer
Mier : manger
Rasian-ner (és) : réunir (se)
Tornée :

circuit

Épluquures, plates pis écossins

1vol5En n’épluque pus ! obin alorse pus bécoeup ! Ch’étot souvint d’l'ouvrache matineux. Chés lédgeumes por chés soupes, qu’en ‘n’avot sin peuche gueuche souvint chiqueté, éch coutieu raguisié conme i feut por fare chés plates chés pus tchottes possibe (achteure en a dés économiseux).

I fallot itou épluquer chés gohets sés, qu’en avot laissié pin-ne dins ch’guernier o padzous éch l’avainchée d’tot d’éch bâtimint : cha piquot sés dogts, nus qu’en étot galmites, aveuc dés mans tères pis dsur li ein écourcheu éd grisse toêle, cha sian-nant dés traveux forchiés. En s’seurvot éd chés écossins vuides-làl por allémer éch poêle, aveuc ein-ne torquette éd papier, pis du tchot bos qu’en avot findu dsur éch billot aveuc ein-ne hapiette. Rin n’és perd, rin n’s'éjette, toute i serve : chés épluquures is étaint ércyquées, chelles qu’is allaint dsur éch fémier, pis ésses eutes qu’en don-not fuche à chés lapans, fuche à chés glain-nes, aisons, quinte en n’avot pos d’pourcheu, pache qu’ein-ne bon-ne part éd leu norriture, ch’étot épluquures et pis ieux d’érlavures. Qui qu’ch’est qu’i n’a pos épluqué ein-ne ponme d’ein-ne seule épluquure, tout d’ein-ne pièche ? Qui qui n’a pos fat dés bonhonmes aveuc dés plates éd paturons ? En cope itou l’édbout d’chés verds gohets. En épluque écore, chés glain-nes quinte en inyeuve chés buhots obin quinte en cope chés pleumions dsur

chés toêles. A proupos d’épluquures, Molière i dit dins chés  »Fenmes qui saitent toute » : « J’a bécoeup pusse quér, por mi, qu’en épluquant chés herbes – Alles aroutent mau chés noms d’aveuc chés verbes ! ». Conme quo, cha n’est pos nouvieu d’épluquer !

GLOSSAIRE :
Arouter : accorder
Chiqueter : hâcher
Ecossins : pieds de haricots écossés
Mau : mal
Pleumion : bourre
Raguisier : aiguiser
Tère : tendre
Torquette : tortillon

PARLONS PICARD / Quiérache

2894_1Quinte en y rinte, cha s’vot, pos tout in allant, nan mains quasimint d’ein seul coeup. Pos d’camp obin bécoeup moinse éd camps pis por n’in définir, dés pâtures, dés pâtures, et pis dés hayures forchémint por zés frémer, dés fos dés haisettes qu’en a érplinté sur l’bourdure d’élle rute. Mitan d’cha i n’a dés ponmiers, queuts à terre, étampis, nouvieux quitefos, qui don-ntent dés ponmes au coutieu, du chide, d’élle goutte. Por porchuire éch tableu, dés vaques, noères pis blanques d’ein côtié, blanques pis noères éd l’eute, o core bleuses du Nord, dés vieux, dés jniches.
Dés toérs en n’in vot mie pus, édpis él timps qu’is sont dins chés busettes. Cha, cha don-ne : éch bos por éch cauffache, ch’est chés hayes – éch chide pis chés ponmes pis l’goutte por chés frutchiers – éch lat, élle creume, burre pis formache (éd marolles forchémint) por chés vaques, pis d’élle vian-ne ! I n’a itou achteure dés berbis, à coeuse qu’éch lat i n’norrit pus és n’honme et pis chés gveus éd La Capelle. Tiens ein nom éd iu picard (obin quiérachien chi vos éz pusse quér !) conme itou : Hirchon, La

Vaqueresse, Erloy…pis dés métchiers d’édvant, core d’achteure ? ! : hayeux, cinsier, teupier, mandier, chabotier…
Quinte en monte éd Quiérache, en rinte dins l’Avesnos, quinte en dévale éd l’Avesnos, en rinte in Quiérache : i n’a qu’éch liméro éd départemint qui cange, pis en n’él vot meume pus dsur chés carrettes édpis qu’en a inyeuvé éch liméro 02 pis 59. Mains conme ch’est él meume payis, él meume payisache, lés meumes gins, en dit l’Avesnos-Quiérache…

GLOSSAIRE
Au coutieu : à croquer
Bleuse du Nord : vache régionale
Busette : éprouvette
Carrette : voiture
Goutte : alcool de prune, de pomme
Hayeux : bûcheron de haies
Jniche : génisse
Mandier : vannier
Teupier : taupier
Toér : taureau-
Vieu : veau

Boin-nes jornées chés fenmes, chelle du 8, mains itou chés chint quatér-vingt dix huit jornées…

image183Tchottain-ne, tchotte, file, jon-ne-file, jon-ne-file prolongée, fenme, vielle fenme et pis file, mère, ème n’ante, gra-mère, tayon-ne, ratayon-ne, nièche, bielle-file, sœurette, bielle-mère cousin-ne…
Mains itou cinsière, cérusien-ne, marquande, boulingère tut conme achteure dépeutée, moénuse d’autobuses, soldate, manchon-ne, carpintière.
Ch’est élle jornée internachionale éd chés fenmes d’où qu’en s’arrte ein momint por pinser équ chi qu’as n’séraint pos ilà, chés fenmes, i n’airot pus d’Mon-ne : ein, pache que ch’est eusses eutes qui mattent él mon-ne au Mon-ne, dux, pache que ch’est chés fenmes qui font torner élle boutique d’élle mason : élle buée, ch’l'érlaverie, nettier à tierre, fare à minger, ténir éch porte-mon-noie, mains itou qui s’otchuppent éd chés pus jon-nes, éd chés pus viux, d’cheutes qui sont malates, pis éd pusse in pluque d’chés interprisses, l’éducachion, élle sainté. I n’a core dés plaches d’où qu’is n’ont pos leu plache, obin alorse ein-ne tiu tchotte plache, i feudra bin ein jur équ cha cange, nos sons dsur éch cmin, seulemint, quinte en est dsur éch cmin i n’a dés fos core ein-ne lon-ne

rute à fare.
Chi qu’en l’fasot aveuc eusses eutes alle yeu sian-nerot seuremint pos chi tant lon-ne, pis pos chi tant durte. Boin-nes jornées chés fenmes, chelle du 8, mains itou chés chint quatér-vingt dix huit jornées qu’i n’in resse por vire élle fan éd l’énée.

 

GLOSSAIRE
Arrter (s’) : arrêter (s’)
Buée : lessive
Canger : changer
Carpintière : charpentière
Cérusien-ne : médecin
Ed pusse in pluque : de plus en plus
Erlaverie : vaisselle
Fare à minger : cuisiner
Jon-ne-file prolongée : vieille fille
Manchon-ne : maçonne
Moéneuse d’autobuse : conductrice de bus
Mon-ne : monde
Nettier : nettoyer
Sian-ner : sembler
Tayon-ne : arrière-grand-mère bisaïeule

Vocation obin révélation…

picture-1

Merci… pour cette encyclopédie picarde que je maîtrise mal et qui m’a occupé deux bonnes soirées ; à vrai dire, j’ai encore du vocabulaire qui me vient de ma grand-mère maternelle mais,  qu’en bon instituteur républicain, j’ai refoulé tout au long de ma carrière. J’étais de ceux qui pensaient que la maîtrise de la « belle langue » était un  élément de promotion pour les enfants du peuple modeste dont je viens. Mais ce week-end, pardon, cette fin de semaine, la maison a résonné  des accents picards et Lucas  est reparti en chantant  min tchot quinquin… Allez bonne semaine. Mes amitiés.

Le regard d’expert: Guy Fontaine dans Le Monde du 3 Février

lettreseuropennesVous avez créé, sous l’impulsion de l’Académie de Lille, un enseignement de lettres et cultures d’Europe. Y a-t-il une traduction, sur le plan culturel et linguistique, de l’ouverture de la région, souhaitée par les élus, aux pays de l’Europe du Nord ?

Certains aspects positifs sautent aux yeux. En matière culturelle, tous partis confondus, deBienvenue chez les Ch’tis à l’implantation du Louvre à Lens, les élus ont fait des choix qui se sont révélés ou qui se révéleront payants. Si vous allez au théâtre à Douai, vous pouvez voir des pièces en néerlandais surtitrées en français. Et j’ai vu, à Lille, du Labiche surtitré en néerlandais. C’est passé dans les moeurs.

Paradoxalement, la politique linguistique de la région est calamiteuse. A la fois par un irrespect total vis-à-vis des langues régionales, picard et flamand, et par l’ignorance des langues européennes frontalières ainsi que du polonais. J’insiste sur le polonais. Parmi les 4 millions d’habitants de la région, c’est peut-être la langue la plus parlée après le français. Il n’y a pas une seule famille qui n’a pas au moins un parent polonais. La Pologne cherche une tête de pont qui lui fournisse des cadres parlant polonais. Or, l’université est incapable de satisfaire ce débouché énorme : aucune des six universités publiques de la région ne propose un master de langue polonaise appliquée. Le département du Pas-de-Calais et la ville de Lille développent des partenariats avec la Pologne, mais les élus régionaux sont incapables de dire aux présidents d’université : « On vous donne de l’argent, donnez-nous des formations en adéquation avec les besoins de la région. » Et c’est tout aussi vrai pour l’allemand et le néerlandais. Alors que l’on fait de l’anglais renforcé, ce qui est peut-être intéressant mais qui ne fait pas ce « plus » décisif pour les demandeurs d’emploi. Quant aux langues régionales, elles sont tout bonnement ignorées. Parce que nos élus, qui eux-mêmes parlent le picard, sont complètement jacobins. Pas un ne défend au conseil régional le picard ou le flamand, ou ne cherche à développer une politique de l’édition dans ces langues, alors que nous avons 500 000 locuteurs du picard et 80 000 du flamand.