Chértificat pis eutes

Ma a gni i fi cat i l’a yeu sin chérti i fi cat ! Ch’est l’momint, él fin d’juïn éd passier tut ploein d’égzamins ! dés bacs, dés bérvets pis core pus heut dés Be-Te-Se, dés lichinces,…
Décrit obin oural, tran-niche éd d’chés jon-nes, cavieux blincs d’chés parints pis élle tchotte dringuée qu’chés grinds-parints is vont don-ner chi cha a té conme i feut.
Et pis i né n’avot éd z’eutes d’ézamins : l’rintrée in 6 eume et pis éch férlu chértificat ! Chti qu’en passiot à l’fan d’éch l’éschole prumaire (élle clache éd Fan d’études 2 – bin ouais i n’avot itou édvant élle F.E. 1).
Cha s’passe à ch’cheuf-iu éd cainton (ch’est conme ein Consel éd Révision, à part qu’i n’a itou dés files !).
Tus chés fius, files d’ein-ne vingtoain-ne éd villaches rassian-nés aveuc chés clercs. Cheux-chi ch’est por eusses itou ein-ne épreufe, porvu qu’is fuchaint tertous érchus (chés pus meuvais, en ‘s’avot arringé por qu’is n’vienchaint pos).
Et pis chi qu’en povot avoèr por li, ésse n’éschole, sin villache éch prumier du cainton : pinsez don quée graindeur ! Cha ch’étot ein hon-neur équ

chés mâtes is s’disputaint.
Bin achteure, édpis pus d’10 énées, en ‘n’a érmis ein d’chértificat in cmin. Seulemint, ein in picard. I va és ténir à ch’l'éschole Perluète à Treufcon, él sanmedi 26 éd juïn, éd 10 h. à 4 heures apreus-non-ne.
Chés caindidats is mingeront insian-ne à midi. I n’aira du cartchul mintal, d’élle mourale, éd l’histoère, infin ein-ne miette éd toute !
En porrot raviser dsur www.chespicards.fr por és don-ner ein-ne tchotte idée aveuc chin qu’i l’étot édmindé l’énée passiée. Ch’est bécoeup pus simpe qu’en n’crot !
heutes qu’is ‘l’ont passié d’z'eutes énées, n’édmin-nent qu’à érvnir, alorse porquo pos mi, porquo pos ti, pos li obin élle ?

GLOSSAIRE
Be-Te-Se : BTS
Tran-niche : tremblote dringuée : récompense férlu : fameux -
clerc, mâte, marister : instituteur
érchu : reçu -
graindeur : honneur -
in cmin : en route – apreus-non-ne : après-midi

Musée de Vermand Juin 2010

dvci0598Bonjour Monsieur Semblat,

Je tiens personnellement à vous remercier de votre prestation au Musée du Vermandois.

Je ne parlerai pas de « conférence » selon vos dires.

Personnellement j’ai passé un moment très éducatif, très instructif, très intéressant, bref cela m’a plu énormément.

très personnalisé vous avez créé une ambiance très conviviale.

tout le monde a été ravi…………….

Le conseil d’administration et moi même vous remercions très sincèrement.

Je vous prie d’agréer, Monsieur Semblat, mes salutations distinguées

Ghislaine PEIFFER.

P.S. Vous serez toujours le bienvenu au Musée du Vermandois.

Je vous ai joint 4 photos pas des plus réussies malheureusement.

Bonjour Michel,dvci0596

Tu as loupé quelque chose, Monsieur SEMBLAT a été parfait dans son originalité d’esprit. Un humour et un style très personnels.

Il porte un regard d’analyste sur la société et ses acteurs. J’ai particulièrement apprécié !

Nous étions une quarantaine……….ouahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

Pour ma part j’ai été comblée, sous le charme par la prestance, l’éloquence, de ce Grand Monsieur des plus charmants.

Il a raconté, conté, l’histoire du Vermandois en picard, la situation géographique de la langue picarde en France, il a évoqué de nombreux ouvrages graphiques et picturaux, sans négliger la poésie, au travers de plusieurs écrivains de la littérature picarde.

Des fables, une des plus connues de « Jean de la Fontaine » Le Corbeau et le Renard… etc..

Il a déclamé aussi à la demande de Monsieur Cotin des poèmes en picard de sa défunte épouse, Jeannine Cotin.

Moment d’émotion !

Bren

picture-1Décidémint, nos vlà aveuc dés mots qui sont pus grous qu’és eutes, ein-ne sémoain-ne dsur l’eute ! Chi vos l’volez bin, inhui nos ‘n’édviserons, éd quo ? éd bin éd cha ! Éch cha-làl, cha n’est pos conme in frainchais, cha a pétète élle meume coleur, mains ch’est toute.

En restot dins chés villaches pis meume chés fourbours, en in voéyot tus lés jours. Ch’étot chés gveus qu’is passaint, éttlées, laissiaint par drière eusses eutes dés monts qu’en ramassot aveuc pelle à quérbon obin baliyette. Ch’étot échti d’chés vaques, bousats eutérmint dit, qu’en ranmenot por y trimper chés poérets à érpiquer. I n’avot core chés tchottes biles éd zan par drière berbis pis maguettes. Sez-vus qu’élle colombine alle fat poussier chés guernons ? Sez-vus qu’du bren, ch’est d’l'argint ? Ch’est-ti vrai dins l’eute sins ? À coeuse d’élle coleur, chin qu’i n’in coeule éd chés abes à noéyeux, conme éch chrisier, ch’est du bren d’agache. En nettiot-ti chés éralles d’ein tchot, en li disot qu’i faulot inyeuver ch’bren d’éralles. Cheutes aveuc dés cavieux rouches, is avaint souvint du bren d’Judas dsur leu figure. À ch’l'éstaminet, chés varlets is buvaint la goutte, du bren-d’vin (is n’in sortaint souvint bren-zingue) et pis chés tchots, mingeaint du bren d’diape, caramel qu’en coulot dsur éch marbe d’élle cminée. Quinte élle zizique d’éch 87ème alle sourtot dins chés rues éd Sint-Quintin, dés bin-nes éd

bréne-quiens zés chuivaint in cantant (qu’alle disot Denise Denisse) :  »T’as du bren tin tchul, tchot Bédu, d’élle morviatte à t’manche, t’élle réssuie à tin ziu cassiu, t’as du bren tin tchul tchot Bédu ! » I n’avot-ti quitezein qu’en n’povot pos vire, i vos dégoûtot pire équ du bren. Pis core in équémant élle confiture en disot « Hum, hum, du bren ch’n'est pos d’l'équeume ! » Pindint qu’vos y êtes, ravisez, en a vraimint du timps éd bren. Cha débernate, bernatier, berneux ! Voéyez qu’éch bren i put meume és matte in bern- (conme ein drapieu !)

GLOSSAIRE :
Guernons : moustaches
Bren d’agache : gomme Nettier : nettoyer
Bren d’éralles : cérumen
Bren d’Judas : taches de rousseur
Bren-d’van : digestif
Bren-d’zingue : soûl
Bréne-quiens : galopins Morviatte : chandelle
Equeume : écume de confiture

Grind dépindeux d’indoulle…

Chés Picards is ont toudis yeu ein ziu critiqueux por vire és eutes : él miloèr éd leus zius i dot défourmer chin qu’is voètent.

Équ cha fuche conmint qu’chés gins is sont atouzelés, quée l’allure qu’is ont o core conmint qu’is palent, is ‘n’ont-ti dés défeuts… ! Au phusique i né n’a dés tchots-nains o core bas-du-tchul. Quinte is n’ont qu’élle pieue dsur leus ous, ch’est dés minguerlots o dés séquehérons. Éch ziu i tient ein-ne grin-ne plache, édpis chés calouches, ziu-d’verre, éd nounoute o core éd tôle. I l’est dossu o core pus, bochu conme porichinelle. Élle fachon équ chés gins is ont d’édviser, souvint tornée in riditchule : i n’a pos moéyin d’fare taire éch baveux pis Marie quatère-lan-nes obin Marie tchia-tchia. En n’él comprind pos quinte i berton-ne, berdoulle et pis mangon-ne pos pus équ chés ronchon-neux pis chés gins d’Elverzies. Is n’y vont pos par quate cmins quinte is paltent d’élle gogotte qu’a n’dégote pos o d’l'eute groche troulle. Chés honmes cha n’est pos souvint miux, qu’is ont pus quére éch l’estaminet qu’leu ouvrache o leu gardin. ch’est dés gobloteux, guerlafeux, ferlapiers, soulots, buvaqueux d’bren-d’vin. Is ont té seuvrés aveuc ein-ne douzoain-ne éd soérets. Is sont conme chés quiens : « Ah, chti qu’i l’a bu aboéra (ah ! boéra) ». Comme

Cafougnette, i l’acate six lites éd vin par jour, mains i l’a tellemint élle tran-niche, qu’i n’in bot qu’él mitan (i rinveurse éch resse in buvaquant !)
Ch’est ein vadrouilleux , élle ein-ne archelle, leu fius i l’est brousé, leu file gassouilleuse. Leu gra-mère ch’étot ein-ne chorchelle, pis grind-père ein cotron-neux. Merle-bren pis maque-bren leu ante pis oncque. Leu tchot cousin d’Attchy ch’est ch’gréffeux d’ortriles. Amusette, naïu, arnie-diu, arsoulle, bec-bos, brisaque, camamette, coureux, grignard, dricheux, innonchint, fier-tchul, flasseux, foustriqueux à cartes, gassouilleux d’és n’argint, laimbineux à l’ouvrache, mouseux, titisse : mon Diu, quée famile ! I ‘né n’a-ti ein qu’i l’est du sins ?

GLOSSAIRE :
atouzeler : vêtir / inguerlot : maigrichon / séquehérons : secs / conme des hérons – dossu : voûté / mangon-ner : parler entre les dents / dégoter : être bien vêtue / bren-d’vin : alcool fort / brousé : sâle / cotronn-neux : coureur de jupon / foustriqueux : tricheur aux cartes / mouseux : boudeur / du sins : normal.

Tchot-Jean

Ch’est dins chés habituanches éd chés Picards por délonmer ein honme, d’li don-ner du Tchot édvant sin tchot-nom o meume sin nom d’famile.

Cha put avoèr tros sins : chi qu’i n’est pos grind – chi qu’sin père i portot él meume tchot-nom équ li, o core ein nom amiteux. I n’a itou dés Tchots qu’is n’sont pos Jean, mains dés Tchot-Pierre, Tchot-Jules. En in con-not, en zés con-not, dés qu’is sont chés culots d’ein-ne grin-ne famile conme i né n’avot dins l’timps ! Qu’is ont yeu itou ein-ne forte famile. Is ont souvint fat dés métchiers pis dés plaches. Ch’est dés fidjures incontornabes dins ein villache : cha con-not ésse génésse éd tut l’mon-ne toute éoute ; cha don-ne la man à lés eins pis à lés eutes. Is sont gardiniers, élveux. Ro d’élle bérouette, moéneux éd gveu, câtreux éd lapans, danseux conme pos ein. Dés gins à tutes mans qu’is savtent feuquer, ésmer à l’volée… Et pis dés conteux d’histoères, pus incroéyabes lés ein-nes équ lés eutes, qu’alles font rire meume dés gins qu’is n’ritent équ quinte is s’brûltent. Quites proveurbes dins leu bouque, dés ditons éd leu père (qu’i l’airot té warde) obin d’leu grind-père – in édvisant éd quitezein qu’i n’a pos frémé ésse bistchière : « À l’mason d’ein honme mort, en put laissier éch l’huis ouvère ! » Chés Jean-làl ch’est

l’mémoère, l’huménité d’nos villaches. Souvint en rind honmache à chés gins quinte is n’sont pus ilà, por ein coeup fasons él-lé lés taindisse qu’en lés a core dzous la man. Éch l’abjectif-làl, tchot, i vut dire Grind ! N’zés cantons-nus pos itou dins chés canchons picardes conme « Ech l’érignie » obin dins « Tchot-Jean Israël pis s’casaque » o core « Tchot-Jean qui dinse dsur sin dogt ». Et pis dés Jean, cha n’est pos conme cheutes qu’is font él Jacques obin cheutes qu’is font él Gleude. Dins chés calindriers ch’est dés sints et pis is pren-ntent itou dins d’z'eutes lan-nes, d’eutes écrivaches : Yann berton, Yvan russe, Hans obin John…
En put proposier dés sujits éd chron-nique, dés érmarques, fuche dsur éch sissite d’l'Aisn-ne Nouvielle
GLOSSAIRE
Tchot-nom : prénom
Amiteux : affectueux
Culot : benjamin
Forte : nombreuse
Génésse : généalogie
Don-ne la man : aide
Câtreux : châtreur
Warde : garde
Huménité : humanité
Fare él jacques : faire
l’imbécile
Gleude : simple d’esprit
Ecrivaches :

formes