L’Aisne Nouvelle : Article : Le picard fait son cinéma

 

 

Trefcon

Le picard fait son cinéma

 

L’illustre Jean-Pierre Semblat, patoisant local, a joué les acteurs.

L’école du Temps passé à Trefcon a servi de cadre fin juillet au tournage de minis séquences sur le picard, sa langue, ses contes et sa musique.
Ce tournage d’une trentaine de clips fait suite à une commande du conseil régional. Le département de l’Aisne sera mis à l’honneur dès la rentrée à partir du 6 septembre sur France 3 Picardie dans l’édition du soir avec une séquence très courte entre la météo et le journal national.
Jean-Pierre Semblat, notre conteur patoisant, a été sollicité pour ce tournage par Laurent Devisme. Celui-ci est arrivé d’Amiens avec Lafleur, une marionnette tout en habit rouge mais aussi reporter cabotin amiénois.
Caméra au poing durant deux heures, Sébastien a filmé de nombreuses séquences dans l’école mettant en valeur la voix haute des propos tenus en picard à son bureau de notre acteur local. Ce cinquième tournage sera suivi par d’autres en août en Thiérache avec François Pery, conteur picard et musicien.

L’Aisne Nouvelle : Article : Le picard fait son cinéma

Hynme por La Picardie

france-picardie-2600bEn posot l’eute jure élle tchestion : Y n’a-ti ein hynme éd Picardie ? Ch’étot quitezein du Nord, i disot : Nus-eutes en a Min tchot Quinquin, pis vus ?

Ch’est seur, qu’en y ravisant éd pus preus, en s’rind compte équ chi qu’i n’a ein hynme uropéen : Quinte tus chés cmins du Mon-ne is canteront élle liberté… » ; qu’nos ons ein cant nachion-nal, élle Marseillaise… Ons-nus ein-ne canchon picarde région-nale conme chés Bertons is n’n'ont aveuc Bro Goz ma Zadoù – Viux payis éd més tayons ; obin la Provinche aveuc Coupo Santo – Coupe sinte, o core nos voésins Wallons aveuc Li tchant dès Walons – le chant des Wallons ? O core Ma normandie ? Portant dés canchons picardes, i né n’a pos lon éd 5 000, déteutées pa Philippe Boulfro, mains ein-ne équ tut l’mon-ne i sairot ! ? Ch’est vrai équ chés viles is ont souvint lés leurs, béyez Sint-Quintin aveuc Chés tros files, chés canchons éd carilion, Por fare in bon picard, Sint-Quintin min patelin, L’canchon d’Hérbert… Meume chés villaches is né n’ont : Bellinglise bielle église, O gai gai gai nos sons d’Etreillers, Ch’corbieu d’Hombières… Ouais mains por la Picardie ? en porrot prin-ne ein-ne canchon éd cabotan, Ouais ch’est mi Lafleur obin Elle cathédrale d’Anmiens cha, cha fat d’troup Sonme ! Ej cros qu’i né n’a équ tros qu’is porraint d’aller : Révillez-vus Picards pis Bordjignons, ch’est

pététe vrai qu’i feudrot équ la Picardie pis chés Picard(e)s is s’révilechaint (ein-ne miette éd troup djerrier ?) Rache picarde, équ Diu étte warde (éd troup patriote pis érligieux ? en l’apprindot portant dins dés éscholes, ch’étot i n’a longtimps, ch’est seur) et pis j’éme sus ramintue d’ein tchot live dsur Chés Roses éd Picardie, qu’cha a té composié par ein Inglais, Wood por élle zizique, paroles éd Weatherly, tradut par D’amor, en y édvise d’élle djerre 14, d’ein-ne bielle jon-ne fenme, d’ein offichier Inglais – ch’est-ti éd troup à ieu éd rose (humour picard !). Chés tros is n’sont pos simpes à canter ! Pis cha serot pététe él momint équ tertous en ravise quées canchons éd Picardie qu’en con-not, pis i n’airot-ti ein-ne qu’alle méritrot d’ête nos canchon région-nale ?

GLOSSAIRE :
quinquin : mot passe tout-partout
cmin : chemin
tayon : bisaïeul
sairot : saurait
cabotan : marionnette
Bordjignon : Bourguignon djerrier : guerrier
édviser : parler

Picardothérapie (si fat)

Tus chés mouts qu’is s’définitent pa -thérapie, cha vut dire équ quite part, en soégne chés gins. Sins vraimint zés soégner dés fos chin qu’en fat à chés gins, cha yeu fat du bien, cha yeu fat passier ein bon momint, cha yeu pale quinte en yeu pale. Eh bin, quinte en dit qu’en fat d’élle picardothérapie, ch’est ein-ne miette cha.

Vos m’direz putout aveuc dés viux gins, ouais, mains pos seulemint. Seur équ quinte en cante élle canchon-chi obin chelle-làlle, chés gins is font marcher leu mémoère, quinte is s’éfforchent éd vos comprin-ne, d’és fare itou eusses eutes comprin-ne, ch’est quite cose.
Dés iux, dés affares, dés gins qu’is ont con-nus, cha zés fat vive dés fos ein deuxiènme coeup quite cose qu’is ont vi. Cha n’est pos por cha qu’en est cérusien, mains en apporte quite s doucheurs o meume ein coeup éd chion à chés gins qui vos acoute. J’lisos l’eute jur dins ein dotchumint d’éch groupemint à la lan-ne frainchaise pis à chés lin-nes région-nales ein artique d’ein-ne cérusien-ne qu’alle disot conme cha qu’élle lan-ne berton-ne alle li seurvot por s’intértnir aveuc chés pinsion-naires d’mason d’értraite.
Quinte vos contez quite cose édvant dés gins, du tout vnant et bin, ch’est souvint parel ; j’diros meume miux, meume à dés tchots, quinte en édvise picard, cante ein-ne canchon dormoère, ein-ne seuteuse obin ein ju éd dogts, i n’a quite cose qui passe, meume chi qu’is n’ont pos intindu bécoeup éd picard dins leu tchotte vie.
Trachez ein-ne miette éd fare vos martché, vos conmichions

in picard, vos voérez équ chés gins is n’réagitent pos parel, qu’is sont pus amiteux, pus ouverts, moins pressiés.
Quinte en dit qu’él picard ch’est élle lan-ne d’aupreus, d’l'amitchié, d’chés métchiers, d’l'amusemint, d’élle caimpangne obin d’chés feubourgs. Itou qu’en touille quinte en marmiton-ne. Chelle d’chés gardiniers, d’chés biêtes. Chelle d’chés mouts dux. En nos dit-ti pos souvint : «Vos nos fasez pinsier à nos gramère, obin à ein viux nononcque. »


GLOSSAIRE
si fat : sic / tracher : essayer
d’aupreus : de proximité
viux gins : personnes âgées cérusien : médecin
coeup d’chion : regain d’énergie
marmiton-ner : cuisiner canchon dormoère : berceuse

TREFCON: Les aînés retrouvent l’école et le picard

Les résidents de la maison de retraite d’Etreillers Pommery ont participé aux épreuves du « chertificat d’étude » en picard. Accueillis par le maître des lieux Jean-Pierre Semblat, les épreuves écrites se sont déroulées dans un esprit bon enfant. La lecture du texte – une leçon de jardinage avec la traduction des mots picards en français – a laissé perplexe les anciens. Que de souvenirs pour nos aînés de faire travailler son cerveau ! Rien de tel avec la leçon de morale, maintes fois répétée et copiée sur le cahier à la plume en punition sur les pupitres en bois qu’ils ont bien connus. Pour information, lundi, à partir de 14 heures à Trefcon dans l’eschole Perluète (l’école du temps passé), aura lieu une séance pour filmer l’école et ce qui s’y fait. Renseignements au 03-23-66-57-94. Vous pourrez assister au tournage et vous retrouvez sur les bancs de l’école avec vos enfants et bénéficiez d’une séance ludique en picard.

« La guide ? Je vais lui couper le sifflet »

L’Office de Tourisme lance demain soir une visite « insolite » de la ville. Jean-Pierre Semblat, son bonimenteur, nous en livre quelques secrets.
Trois accompagnateurs pour le prix d’un *… Les touristes qui vont se rendre demain soir à la première et dernière visite insolite de l’été auront droit aux commentaires éclairés d’Annette Poulet, guide à l’Office de Tourisme. Mais aussi aux sonorités multiples de Robert Lamouret, musicien, qui manie la harpe aussi bien que l’accordéon et la vielle, et enfin au tempérament et à la voix de feu de Jean-Pierre Semblat, notre plus célèbre conteur picard.
L’hôtel de ville, ses 500 bougies, plus une, servira de point de départ à cet étrange attelage. Un bâtiment d’ailleurs inscrit depuis 1840 aux monuments historiques, aux sept arcades à la frise ouvragée, à l’architecture gothique…, où Jean-Pierre Semblat devrait trouver son bonheur de conteur à travers les figurines qui y traînent. « De toute façon, si je trouve que le temps est trop long, je lui couperai le sifflet à Annette Poulet – Elle aussi, d’ailleurs, mais en général, c’est vrai que c’est plutôt moi qui le fais », glisse-t-il avec sa légendaire roublardise.
À Fervaques, « mariage de justice et de fête », selon les mots du conteur, il doit aborder une anecdote. Une phrase prononcée par un juge au Moyen-Âge, mais qui, prise un peu trop
au pied de la lettre donne une curieuse histoire… Mais, chut !
On passe au musée Antoine-Lécuyer. Jean-Pierre Semblat devrait certainement avoir une histoire à raconter autour du miroir, et pourrait également y faire intervenir Quentin de la Tour. Les Halles, ensuite « Le lieu de l’oralité par définition, bien que maintenant à part la voix de la marchande de bananes et la mienne, il n’y ait plus beaucoup de bruit. C’est un endroit où il y a beaucoup de couleurs, des animaux, je ferai peut-être un retour dans le temps au moment où on entendait des poules et des canards… »
Après un vieil oncle qui intervient sur la basilique, entre les labyrinthes et les pèlerinages, le groupe fera enfin étape à l’ancien cinéma le Carillon. Ensuite ? « A Chauny, on s’était posé sur une terrasse à la fin d’une visite, et je m’étais mis à raconter des histoires, la musique suivait. La visite officielle s’est donc prolongée de deux heures… » Nul doute qu’avec un tel programme, l’alchimie entre tous les participants prenne rapidement.

*La seule visite insolite nocturne de l’été est programmée demain de 21 heures à 22 h 30. Départ de l’Hôtel-de-ville.