Elle rintrée

 

Toute i l’est conme i feut ! élle carnasse alle est conme neuve, ch’est chelle équ chés tros freures is ont étrinnée quinte is étaint pus jon-nes. Dés fos ch’est chelle qu’éch grind-père i prindot quinte i l’étot varlet qu’en a rébeubie aveuc du chirage obin d’élle chire. Éddins,

 

ch’ést ringé conme ein paquetache éd souldat : élle boête aveuc élle loque fraique, éch l’ardoèse qu’alle a ein-ne drôle éd fidjure : ch’est ein-ne neuve ardoèse d’éch tot qu’éch père i l’a értaillée, pis fat rintrer éd forche dins ch’rintourache in bos. In bos itou élle règue qu’alle trache dés droètes lines conme ein i.
Éch crayon d’bos i l’a té taillé conme i feut par éch coutieu d’éch père aveuc, por préservier élle mine élle buselle qu’en cache toudis apreus. Dins lés énées 1880, à l’éschole éd chés sœurs, en mettot in heut d’chés gardins chés éfants qu’is n’avaint pos éd crayons d’bos, ch’étot dés sortes d’acouteux libes chi qu’en vut, mains pos bécoeup évingélique cha amon ! Éch crayon d’ardoèdse i l’est itou à s’plache, dins ch’plémier aveuc ein-ne vielle pare éd cisieux qu’en s’lègue dins l’famile. Ein cahier éd 25 paches, aveuc chés taves éd multiplicachion par drière. Ein-ne courtée marron-ne, dés groches galoches o solers, ein-ne grisse blousse, ein-ne calotte pis s’carnette fate padzous, sés éralles nettiées au crouchet à cavieux… ch’étot l’éschole du timps passié !
Achteure en cange

éd carnassière conme en cange éd cmise, tout cha ch’est in couleur, ploein-ne conme ein u, élle carte : ein-ne cartchulatriche, dés classeux, d’interbouteusses por matte dins l’mitan, ein-ne ardoèse arléctron-nique, ein téléphon-ne portabe, ein clef CSB (Conducteux Série Universel) por ordinateux, él chic d’élle techenique quo ! Seulemint, i n’a-ti core dins l’tiête éd chés tchots dés canchons bubuches ? « A l’éschole panche molle, tchul battu éj n’irai pus, à coeups d’cachoère j’y courrirai coère, à coeups d’bâton j’dirai non ! » obin « Miroulet pis Paimperbole is ont mainqué à l’éschole, ch’est por eusses d’aller pêquer d’z'épinoques au rieu croqué… », cha, j’n'in sus pos seur !

 

GLOSSAIRE :
carnasse, carnassière : cartable / étrinnée : utiliser la 1ère fois / rébeubir : rénover / fraique : humide / rintourache : cadre / buselle : capuchon / cache : cherche / gardin : gradin / acouteux libes : auditeurs libres / amon : n’est-ce pas / par drière : au dos / interbouteusse : intercalaire / bubuche : buissonnière  / cachoère : fouet / épinoques :

poissons-chats

Leus dicchion-naires pis nos lifamotes

Quinte en ouvère él Tchot-Robert, en treuve qu’i n’a ploein éd mouts qui nos vien-ntent du picard : boulanger, caillou, rescapé, rémoulade, oyat, flaque, fabliau, cloque…, pis core bécoeup d’eutes.
Él Larousse éd l’Inchien frainchais, i n’est parellemint ploein : tesson, toudis, gave, cair, craon… Ch’est tut conme éch Larousse d’achteure : canevas, cauchemar, étalon, marquer, pouliche. Cha put nos don-ner dés idées, en n’put-ti pos fare sin prope glossaire à li, in picard à pus forte coeuse. En put dés fos s’y matte à pus d’ein, obin core rélver chés expressions d’sin grind-père obin d’ésse gramère qu’is parlaint o parltent écore picard (o patos, bécoeup éd gins ésses s’servent d’éch mot-làl : patos !). Chi qu’is avaint ein métchier qu’i n’ézisse pus, conme varlet, lancheux, marichat, berquier, gorier et pis core. Sin grind-père i l’a té varlet ! alorse, ch’est dés : gveu, éttlées, porteux, dzous-vergue, jornieu, coffin… I l’a té marichat, ch’est dés inclème, martieu, fu, traval,  »marichat bat l’martieu, courtées fesses pis long boéyeu » ; s’gra-mère alle étot-ti laveusse, vlà du noér savelon obin verd, planque, brouche éd quien-poéls, cuvelée, sieu, trimper, tirer d’ieue… I l’étot-ti clerc o marister : rintrée, buselle, tableu, plèmes, biles, préeu… ; sache-fenme : berche, langeron, boudain-ne, püinte, ieu coeude,
tète… bocquillon : caignie, équette, baru, abatte, picavet, laches…
Souvint meume, quinte en est ein-ne miette conserveux, ch’est dés coses qu’is nos vien-ntent d’eusses eutes par générachion qu’is sont évnues édvant nus, pis qu’en warde dins ein bâtimint, dins sin guernier : ein-ne galétchière à ponmes-ét-tierre, ein-ne prussièn-ne por cauffer, ein cauffe-ieu à bos, ein-ne fourque à béttrafes, ein-ne mésure à lat, ein patin à bourbe, ein-ne passette à z’éscorbiles, ein ramon d’bouilleu.

GLOSSAIRE :
lifamote : glossaire / pus forte coeuse : a fortiori / varlet : laboureur / jornieu : journal (superficie) /quien-poéls : chiendent / craon : craie / tesson : blaireau / gave : gosier / toudis : toujours / boudain-ne : nombril / picavet : fagot / lache : collet / éscorbiles : scories / ramon : balai / tète : sein.

Saveurs d’ici / La pâte levée de Marie-Lise Semblat

Avec la pâte levée, Marie-Lise Semblat décline les tartes en sucré-salé !
Marie-Lise Semblat est une fille du Nord et sa pâtisserie a la générosité des Ch’tis.
Pas besoin de bouquins de cuisine, elle travaille « au pif », enfin presque parce qu’elle a hérité du savoir-faire de ses grands-mères et le cultive avec saveur.
Pour nous recevoir ce jour-là, elle a choisi la pâte levée, préparée dans un gros saladier en terre – venant de la commune de Sars-Poterie dans le Nord -, qui lui permet ainsi de décliner ses tartes en salé ou sucré.
Marie-Lise Semblat travaille un kilo de farine. Elle y ajoute la traditionnelle pincée de sel, cinq œufs – en réalité trois œufs entiers et deux jaunes – et 250 grammes de beurre fondu. Elle pétrit.
Puis la pâte doit lever durant deux heures avec cette recommandation importante : à température ambiante certes, mais surtout à l’abri des courants d’air, sinon la pâte retombe.
Voilà matière à confectionner quatre à cinq tartes. Ce soir-là, nous avons donc profité d’une flamiche au maroilles en entrée – petit conseil : ajouter la crème fraîche à mi-cuisson -, d’une tarte à la rhubarbe en dessert – la rhubarbe du jardin ! – et en petit cadeau d’amitié des nœuds d’amour.
Marie-Lise Semblat roule entre ses mains des boudins de pâte qu’elle tourne en suite comme un nœud et qu’elle cuit au four.
Enfin, non sans y avoir ajouté un peu de sucre et de beurre.
C’est délicieux chaud, mais cela s’apprécie aussi le lendemain matin au petit-déjeuner accompagné d’une confiture à l’abricot – maison elle aussi !
Marie-Lise Semblat dit que ses petits-enfants en raffolent ! Maintenant qu’on les a goûtés, on sait pourquoi !

G.B.

Saveurs d’ici / Le pigeon « maison » de Jean-Pierre Semblat

Publié le jeudi 19 août 2010 à 11H00

Le pigeon comme les fruits qui accompagnent le plat sont issus de la production de Jean-Pierre Semblat !
Au menu du jour, une recette sucrée-salée du terroir proposée par Jean-Pierre Semblat : le pigeon au vin blanc (vin d’Alsace pour l’occasion) et raisins (du muscat).
Difficile de suivre les recommandations du chef cuisinier à la lettre, à moins que vous ne soyez vous-même un éleveur de pigeons. Une tradition forte dans le nord de la France que celle des « Coulonneux ».
Jean-Pierre Semblat entonne d’ailleurs, tout en parlant de ce plat, une chanson emblématique bien connu dans le Nord sur l’air de « La Madelon ». Et si les colombophiles élèvent les pigeons pour les concours, les colombiculteurs, eux, les apprivoisent pour les… glisser dans l’assiette.
Et comme Jean-Pierre Semblat milite pour les produits du cru, il vous propose d’opter pour l’une des races locales : le carneau rouge ou le mondin picard, par exemple.
Jean-Pierre Semblat doit sans doute à son frère aîné cette passion pour l’élevage du pigeon. Une activité simple et facile pour des gamins de 8 à 10 ans, confie-t-il et qui est intéressante en matière de productivité : de 14 à 16 pigeonneaux par an et par couple.
Petit conseil, donc, du spécialiste : sacrifier le pigeon jeune, « avant qu’il ne vole, sinon la poitrine durcit ». Et puis, autre problème qui se pose ensuite, celui du sexe, il devient plus difficile de distinguer les mâles des femelles.
Une fois le pigeon déplumé, il reste à le glisser dans la casserole, vous pouvez l’accommoder (en plus des petits pois !) avec des fruits de saison : abricots, cerises ou raisins, au choix !

G.B.