PARLONS PICARD – Chés jon-nes

 

In Picardie itou i n’a dés jon-nes, gins obin files. Ch’est cheutes qu’is ont inter tchinze pis ein-ne vingtoain-ne d’énées.

Is sont apprintis, étuditent dins chés colleuges, lyciées obin cminchent l’universitié.
I né n’a itou ein-ne poégnie qui travalltent.
Edpis qu’él mon-ne i l’est mon-ne, él pus souvint, chés viux is ont déchidié conme cha qu’élle jon-nesse cha n’étot pus cha, éd leu timps à eusses eutes ch’étot eute cose.
Chés jon-nes eusses, éd leu fernète, is ditent qu’chés inchiens, is ont dés inchien-nes idiées, qu’is voètent aveuc dés viux zius.
Aveuc cha, d’ein côtié conme éd l’eute en est bin avinché.
Conme i disot l’eute : «En a élle jon-nesse qu’en mérite !».
Dins nos mon-ne i feut équ caquun y treuve ésse plache : chés honmes, chés jon-nes, chés viux, chés fenmes ; pis qu’en seuche, voiche, intinche chin qu’lés eins pis lés eutes font, pis chin qu’is sont.
En vot dés jon-nes fius pis files qui s’mattent à canter picard, à érnarrer dés contes pis dés légin-nes, ch’est bin équ quite part is ‘n’ont intindu du picard.
Seulemint souvint is l’font à leu mote : ch’est leu zizique, ch’est du schlam, ch’est dés contes d’achteure !
Chés jon-nes cha n’est pos dés jon-nieux, cha n’est pos dés galveudeux, cha n’est pos dés varoulles, dés érien-qui-valent…, ch’est chés honmes pis fenmes d’édmain, chés viux d’apreus-édmain ; ch’est chés parints à évnir éd nos

tchots-éfants o meume éd nos drière-tchots-éfants.
En put acouter éch teste inrégistré édsur éch sissite éd L’Aisne nouvielle, in picard pis in frainchais por cheutes qu’is ont du mâ fuche à l’lire o fuche à toute comprin-ne.

GLOSSAIRE
- jon-ne : jeune
ou petit de
- poégnie : partie
- seuche : sache
- voiche : voie
- intinche : entende
- érnarrer : raconter
- schlam : slam
- achteure : maintenant
- varoulle : traîne-
savates
- galveudeux : bon à rien
- érien-qui-valent : moins que

Écore du cafoué

cafeCafoué gormand d’achteure : en vos don-ne ein-ne gatte éd cafoué qu’i n’a pététe équ 2 cullères à soupe éd cafoué éddins, seulemint vos ez 2 fos 2 chuques inmarottés, vos ez ein chucolat dins du papii d’argint, ein-ne galette gueufrette, ein éspèche éd cake…

Élle canchon-ne (infin ein-ne éd chés canchon-nes picardes dsur élle noère boéchon), alle dit conme cha : »él cafoué ch’est chin qui nos rinforche, en in bot du nouvieu, du sins bécoeup d’ieu, arrosié éd vie… » obin core  »Viens don boère ein-ne goutte éd ju, profites qu’i l’est coère dsus ch’fu… »
Eslon éch l’abjectif qu’i ‘l’chuit par drière, en n’a du féroche (au iu éd ieu ch’est d’élle blanque goutte coeude qu’en passe édsur), boullu (qu’i l’est foutu), chirloute (qu’i n’a outaint à minger qu’à boère éddins), por chés parints du côtié d’éch l’honme (qu’en a passié pis érpassier édsur), grind noèr allongié (quinte éch serveux i l’est Afritchain), à l’chuchette, à l’crotchette, à l’barbelotte (aveuc éch chuque dins s’bouque), aveuc du chuque candi (qu’i pindot à l’poute aveuc ein-ne fichelle, pis qu’en chuchot l’ein d’apreus l’eute), dins ein verre (dins quites masons – mains ch’est miux dins ein-ne gatte en n’vot chin qu’en met conme goutte : dins cafoué mains itou d’apreus !)
En n’él grile pus achteure conme pindaint la djerre, quo qu’cha n’étot pos souvint du cafoué ! I définit éch l’érpas, quinte en n’a pos bécoeup d’argint ch’est chin qu’en cminde à ch’ouberche. Chi cafoué dins l’gatte i n’est pos émnaché, échti qui l’moute ésse rouche carotte dsur élle plache éd nos villaches, en n’put pos

n’in dire parellemeint ! Ch’est ti pos malhéreux !!!
Achteure ch’est dés cabutes éd Chinos*, du décafoué i ‘n’est*, arabe pis ch’cat*, robusse t’as*, libére éch cat*, qu’en y perd él peu qu’en con-not ; meume chés gramères is sont mis à contérbuchons.