Dico de l’Aisne

« El vlà, édpis él timps qu’en ’l’attindot ! Mains, i n’a ein-ne tchotte affare à arringer dins l’darnière éd coverture :
Jean-Pierre Semblat i l’a té chroniqueux à Frainche Blu Picardie, mains ch’est défini cha, ch’est du passié, i n’él l’est pus !
I ’l’est achteure à l’Aisn-ne Nouvielle tus lés sanmedis ! Pis core crotcheux éd mots dsur www.saintquentin.tv  él vindérdi
in fin éd jornal. »

toponymes

toponymes

TREFCON (02) La culture picarde sous l’œil des caméras

La marionnette et reporter Lafleur, prêt à questionner le maître d'école patoisant, Jean-Pierre Semblat.

La marionnette et reporter Lafleur, prêt à questionner le maître d’école patoisant, Jean-Pierre Semblat.

Le temps d’un après-midi, le cours de langue picarde de Jean-Pierre Semblat a été suivi par les caméras de France 3 et du conseil régional de Picardie. Il faudra attendre septembre pour le découvrir sur les écrans.

Tables d’écoliers en bois, poêle Godin, maître en veston bleu, bibliothèque vitrée… Meublée et décorée telle une école du temps jadis, la petite salle adjacente de la mairie de Trefcon a connu le feu des projecteurs.

À l’occasion d’une série de reportages sur la culture et la langue picarde commandée par le conseil régional de Picardie et en partenariat avec France 3, l’école où l’on apprend le picard était à l’honneur hier après-midi.

C’est Laurent Devime, conteur et marionnettiste patoisant, qui conçoit les reportages d’une minute et quatorze secondes. « À chaque tournage, nous recherchons des thèmes originaux et insolites », précise-t-il.

Le conteur va donc parcourir la région durant tout le mois d’août (voir ci-contre).

C’est donc la marionnette Lafleur, reporter, qui présentera les anecdotes picardes, dûment actionné par Laurent Devime.

Dès le 6 septembre, les spectateurs découvriront les programmes courts diffusés en début de soirée, quelques instants avant le journal de France 3 mais aussi sur la web TV du conseil régional*. Et si Trefcon fait partie du casting, c’est grâce à ses cours de picard.

Eschole Picarte Perluète

L’eschole Picarte Perluète (pirouette en picard) s’est fait une petite réputation grâce aux cours patoisants.

Chaque dimanche matin, « sauf quand je ne suis pas là », précise le maître et référent picard, Jean-Pierre Semblat, les curieux se massent sur les bancs en bois, derrière leur encrier, pour apprendre la langue picarde à Trefcon.

Ces derniers n’ont, semble-t-il, pas attendu les caméras pour jouir des cours de Jean-Pierre Semblat. Brut de décoffrage, celui-ci avoue ne plus pouvoir répondre entièrement à la demande, victime de son succès. « Ils viennent à tout âge, même des tchiots de maternelle », sourit-il.

Tous espèrent décrocher le sésame régional : le certificat d’études picard. Et pour sa douzième édition, le diplôme a déjà sa date : le 25 juin 2011.

TATIANA VASSELIÈRE  Courrier Picard du Mardi 03 Août 2010

À l’chimintchière

cimetiere_

Qu’en porrot lire dsur ein-ne tonme : «Vus qui passez par ichi – Qui seuche matan obin midi – Pinsez por seur à mi – Mains itou à ch’z'eutes ilà – Pinsez à vos parints – Vos voésins vos anmis – Qui sont d’allés, partis – Pis qu’is n’érviendront pas ! »

Dsur éch tombeu à Poiteux d’Brouchy en lit : « Ilà, ch’Tchottain l’est bin obligié d’és taire – Au mitan d’lés veurs, à six piids dzous tierre – I vos a fat rire et pis amusiés – Par sés contes itou, por vus – Él vlà roède conme ein pitchet, pis frod conme ein-ne glache – Aveuc s’bon-ne Lalie, tus dux étnant peu éd plache – Is ont fat leu timps, cha érmonte à jadis – Arrtez-vus por leu dire De Profundis – D’avanche merci toudis » http://www.chespicards.fr/articles-et-textes/dech-poiteux-dbrouchy.

Dsur chelle à Hector Crinon, écriveux picard : « Hector Crinon 1807 – 1870 Haricotchi – Écriveux – Intailleux d’éstatues ». À ein-ne ratayon-ne qu’en n’a janmas con-nue pusque défunctée in 1904 : « À nos ratayon-ne – Arméline Juïa Idez 1840 – 1904». Vlà conme quo en put évnir au mon-ne aveuc ein fare-savoèr in picard, pis parellemint passier éd l’eute côtié d’éch miro, aveuc ein-ne an-nonche, pis ein-ne plaque aveuc chin qu’éch défuncté i vaulot qu’en mèche audzeur éd li. Él tus-lés-sints ch’est ein momint trisse, mains itou ch’est l’jur qu’en érvot dés gins qu’en n’avot pos croésés dpis ein-ne énée, qu’is vien-ntent vire pis intértnir chés tonmes éd leus parintés, pis y posier quites potées. À l’but d’ein momint, en s’dit conme cha qu’i feut qu’en s’laisse, qu’en y voiche, qu’en zés laisse, dzous l’préteste qu’i n’fat pos coeud (ch’est l’autonme amon !) qu’en attind du mon-ne et pis qu’en n’va quind meume pos passier ésse vie dins l’chimintchière ! Conme i disot chti d-làl : «En y passe édjà nos mort ! ». Décidémint l’humour éd chés picards i s’gliche tut partout, même à  »ch’camp à carottes » conme alle airot dit Denise Denisse.

GLOSSAIRE
- tonme : tombe ; – seuche : soit ; – mitan : milieu ; – veurs : vôtres
- pitchet : piquet ; – Lalie : Eulalie ; – toudis : toujours ; – ratayon-ne : trisaïeule
- fare-savoèr : faire-part ; – défuncté : défunt ; – mèche : mette
- amon : n’est-ce