Cachoère

In arringint ein-ne intervinchion dsur Sint-Nicolas, en s’disot, l’eute jur équ cha serot dés miux d’avoèr ein-ne cachoère por échti qu’i l’est toudis dins l’ombe éd Nicolas : ch’Père-cachoère. Alorse en s’a mis à cacher ein-ne cachoère, in s’disant équ dins chés cinses éd par ichi i ‘n’airot core bin ein-ne, ahoquée dins ein-ne vielle étchurie, aveuc dés coiïers éd gveux, dés couvertes, quites musettes, quaîn-nes et pis core nos cachoire, bernique ! Chés cinsiers qu’en yeus a édmindée, is ‘n’avint pus ; portant cha fasot partie d’éch l’atrinquillache d’éch varlet, quinte i partot dins chés camps, infiquée dsur éch coiïer d’éch gveu porteux, qu’éch cachuron qu’i n’avot au d’but i fasot claquer (en a du passier por dés éluminiés !). Ch’est conme chés sérinques qu’en don-not dés lavemints à chés gveux, chés jurs-chi en nos n’a értapée ein-ne qu’alle étot démanchée. En porra s’in seurvir dins chés jux tradichionnels picards, quinte él quatorze éd juïet, en bindot chés zius à quitezein pis i faulot qu’i l’étoinche ein-ne candelle allémée dins ein-ne boête cleuée dsur ein potieu. Souvint chés gins alintour is étaint noéyés, pis l’candelle a n’étot pos souvint détointe. Pusqu’en est dins chés gveux, tout l’mon-ne i n’connot pététe pos éch ju éd fiers à, gveux, d’où qu’i faulot, aveuc dés viux fiers usiés, lés éjeter por rintourer ein piquet d’fier qu’en avot intiqué dins l’tierre. Chés coïers éd gveux eusses, is ont souvint té montés in rintourache éd glache qu’en povot és mirer éddins. Ch’est dés coses du timps passié qui servtent core achteure, mains i n’a éch l’impalpabe, conme éch brut d’chés coeups d’pieds dins chés bas-flancs d’étchurie, él brut d’chés gveux qu’is boêtent dins ch’flot, échti d’leus pas dsur chés pavés qu’cha fasot souvint dés étinchelles (l’peu qu’is euchaint té ferrer à glache !), chti d’éch sintimint d’élle corne azie quinte en zés ferrot, d’chti d’leu hin-nichemint quinte is s’appelaint l’ein l’eute ; pis leu nom, pache qu’is avaint caquun él leur : Bijou, Gamin, Brillant… Cha, ch’est dins l’tiête éd cheutes
qu’is lés ont aouis, sintus. Élle civilisation d’éch gveu ch’étot quitecose pis chés varlets, ch’étot quitezeins !  »Proute à proute à min bidet… », qu’en fasot canter, pis fare à chés tchots…

GLOSSAIRE
cachoère : fouet
Père-cachoère : Père fouettard
cacher : chercher
ahoquer : accrocher
coiïer : collier
couverte : couverture
musette : sacoche
quaîn-ne : chaîne
atrinquillache : attirail
varlet : laboureur
infiquer : engager
éluminié : fantasque
sérinque : clystère
intiquer : enfoncer
azi : brûlé
hin-nichemint : hennissement
aouir : entendre
cachuron :cordonnet

Nos éfants

Lés veurs, lés leurs, lés neurs ? chi qu’en n’a, bin seur ! D’où qu’is ressent (vos sez équ chés picards is n’habitent janmas, is n’demeurtent point, is ressent ! Vos n’éz mettons ein dsur Paris, qui s’in va au Chili (chi, li !) fare ein-ne conférinche.

Vos ‘n’ez ein eute qu’i l’est mettons dins l’Ontario ? i va évnir li, por ein coédviserie in Eutriche ! Vos n’ez ein-ne eute qu’alle va d’aller au solel du Mexique ! élle tchotte incarder ein-ne clache éd neiches dins chés Pyrénées… Conme alle disot ein-ne mère :  »dés éfants, en n’vos zés don-ne pos, en vos zés prête!  » Él pus dur, in Picardie, à Sint-Quintin itou, ch’est qu’bécoeup d’chés éfants is s’in vont. Is s’in vont à chés éscholes à Anmiens, à Lille, à Paris (pos bécoeup à Sint-Quintin) et pis is n’érvien-ntent janmas, obin pus, obin quitesfos (à l’ducasse, à Neuël et écore !). Nos éfants ch’est conme nos seuve, nos saing, chi qu’is s’in vont cmint qu’éch payis picard, sint-quintinos i porrot-ti vraimint avaincher. Souvint, pis malhéreusemint, i ‘n’nos resse équ cheutes qu’is n’ont pos seu, pos peu avoèr d’assiez éd cartes dins leu ju por treuver ein-ne voe, leu voe, leu plache. Ch’est vrai dins chés villes, mains core pus dins chés villaches, d’où qu’i n’avot bécoeup éd jon-nesse, pis achteure bécoeup éd viux. En y ouvère dés masons d’értraite por qu’justémint, is y fuchaint au grind air ! ! ! En est conme chés payis in voe éd déverloppemint, nos jon-nes is s’in vont et cmint avoèr ichi dés tchots-éfants (tchots-fius, tchottes-files) chi leus parints éne vivtent pos ichi ? Seur, i feut qu’is vivechaint leu vie, mains d’où qu’is sont chés sohaits éd  »vive pis d’œuvrer à ch’payis » ? Qué déverloppemint rural, pérmanabe, agrihabe aveuc dés moéyin-nes d’âche éd gins éd soéxinte énées pis pus ? chés comptaches is amoutent itou qu’él nombe d’habitints i dégriboule conme

échti d’chés éscholes, éstaminets, tchuré, alimintachions, cérusien, atéliers, boulinger, pércepchions, meume gindarméries achteure : i n’aira-ti alorse dés dmi-jornées cadoreux, pis ch’resse por chés rapineux, voleux pis eutes ferlapiers ?

GLOSSAIRE :
veurs : vôtres
neurs : nôtres
coédviserie : colloque ducasse : fête
seu : su
peu : pu
agriabe : harmonieux
pérmanabe : durable
dégriboule : s’effondre
cadoreux : gendarmes
ferlapier : bandit

Qui qu’ch’est qu’i l’aidiède él picard ?

Por cmincher, quo qu’ch’est d’aidier ? seur ch’est quitefos don-ner ein mollet d’argint, mains itou ch’est fare conme dins chés eutes Régions éd Frainche, ch’est don-ner élle plache à ch’l'affare-làl. I ‘né n’a faulu du timps por qu’élle chron-nique-chi alle ezisse, chi qu’en in crot éch toèle-mâte cha continte chés gins : i né n’a qu’is litent, qu’is décoptent, qu’is l’décopent por élle l’invoéyer qu’est-che in Bertangne, d’z'eutes in Lan-ne d’Oc, meume au Québec, i né n’a qu’is l’litent ! Élle térévision éd Sint-Quintin (saintquentin.tv) alle li fat ein-ne plache dins ch’jornal d’éch vinderdi. Ein-ne abjointe alle mat dins l’jornée d’chés quartchiers. Ouais ? mains apreus cha… L’Éducachion Nachion-nale alle y va coeup à coeup : ein coeup pététe, porquo pos, ouais chi, mains l’pus souvint nan ! Nos parlémintaires en n’zés vot pos core bécoeup dins cheutes qu’is ont singné por éch projet éd lo qu’i l’a té posié et cha por don-ner ein coeup d’peuche à nos lan-ne région-nale ( i n’est pos tchestchion éd rimplacher él frainchais, bin seur !!!!!!). Élle Région alle a fat ein tchot quite cose, l’départemint d’la Sonme itou, l’Oèse ? l’Aisn-ne ?!?!?! Élle térévision région-nale, héreusemint qu’i n’a quites jornalisses qui pousstent au tchul ! I parot itou qu’i n’a ein-ne radio région-nale éd Seurviche public ! ? Acoutez por intin-ne parler éd la Sonme, ouais, éd l’Aisn-ne ? janmas ! Pos pus qu’éd l’Oèse ! Ravisons dins nos bibiothèques éd villes pis d’villache : érien o pos grind cose, conme dsur chés planques éd chés CDI éd lyciées éd colleuges ! Quites auberches is ont ein émnu picard, ein-ne tchotte poégnie ein émnu in picard. Pis portant élle marque Picard alle est érlonmée, meume chi éch bâtimint i l’a yeu ichi dés misères avecu chés neiches ! Héreusemint qu’en a él Picard guilié à nos carcasse !

GLOSSAIRE

aidiède : aide                 
ein mollet : un peu
toèle-mate : webmaster     
qu’est-che : qui
Bertangne : Bretagne          
érlonmée : renommée         
guilié : chevillé             
carcasse : corps

Lettre Marie-Odile Morin de Archive et Cultute : Appel au Peuple !

ARCHIVES & CULTURE

26 bis, rue Paul Barruel, 75015 Paris

Tél : 01 48 28 59 29

Fax : 01 45 30 38 99

www.archivesetculture.fr

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Archives & Culture – SARL d’édition au capital de 41 850 euros – Siège : 26 bis, rue Paul Barruel, 75015 Paris – RCS Paris B 405 259 706 – APE 5819Z

Madame, Monsieur,

Notre maison d’édition (voir l’ensemble de notre catalogue sur w.archivesetculture.fr)

a entrepris en 2007 d’éditer une collection d’ouvrages sur les mariages d’autrefois, département par département, à travers la reproduction de photos et de cartes postales anciennes. Ils reprendront, commune par commune, pour environ 150 communes de chaque département, des photos de mariage (groupes de préférence, mais aussi des photos de couple) de la fin du XIXe siècle aux années 1930 incluses. Les premiers titres sortiront début 2009. Nous vous remercions d’apporter, avec une photo qui vous appartient, votre pierre à cet ouvrage collectif de mémoire. En début de livre, tous ceux qui auront prêté des photos pour qu’elles soient reproduites seront cités et remerciés ; un exemplaire de l’ouvrage vous sera adressé dès parution. Enfin, si vous souhaitez ensuite acquérir d’autres exemplaires du livre (ce qui n’est absolument pas une obligation), vous pourrez l’obtenir à demi-tarif.

Côté pratique, les photos peuvent être transmises sous forme de reproduction

photographique (le document vous sera ensuite retourné) ou sur un CD ou par mail (scan à 300 dpi (points par pouce), format réel, poids d’image au moins 1 Mo) à M. Jean-Pierre Semblat, qui assure la collecte et la coordination, et se chargera de la rédaction des légendes par commune.

En annexe, à moins que les noms ne soient oubliés ou que vous ne le souhaitiez pas, seront mentionnés en petits caractères, mariage après mariage, les noms des personnes présentes sur la photo (ou d’une partie des personnes présentes si toutes ne sont plus connues). Merci de nous communiquer ceux que vous connaissez (en les inscrivant sur une photocopie de la photo par exemple, mais pas sur la photo elle-même). Une façon d’éviter que la mémoire de tous ces anciens portraits ne se perde définitivement d’ici quelques années…

En vous remerciant encore pour votre contribution à ce travail de mémoire, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos meilleures salutations.

Marie-Odile MORIN

Directrice éditoriale

Pour que vous puissiez recevoir un exemplaire du livre gratuitement à parution, merci de nous retourner un double de cette lettre, en complétant les lignes suivantes :

Photo prêtée (nom de la commune, des mariés, date du mariage) : …………………………..

………………………………………………………………………………………………

Dans les remerciements en début de livre, je souhaite que le (ou les) prénom(s) et nom(s)

figurant pour le prêt de cette photo soient les suivants : …………………………………..……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Je serai informé régulièrement de l’avancée du livre et de sa date de parution. Je souhaite que l’exemplaire gratuit du livre envoyé à parution me parvienne à l’adresse suivante :

Nom………………………………… Prénom ……………………..

Adresse ………………………………………………………………

Code postal ……………… Ville …………………………………..

Date et signature

PARLONS PICARD – Quo qu’ch’est d’ein-ne énée ?

Éj vauros bin ête ein-ne énée pus viux, quinte en a ein-ne meuvaise passe à passier. Éch l’énée-chi alle a passié conme ein-ne lette à la posse. I n’a d’z'énées qu’en n’a mie vu cha (chés neiches) ! Ch’l'énée-làlle ch’étot l’énée dés énées. I l’est défuncté dins s’quatér-vingt chinquiènme énée. Ch’est l’énée qu’en s’a marié. Ch’l'énée-chi. L’énée qui vient. L’énée passiée. L’énée, ch’est l’caimpangne dins l’mon-ne rural. Éch bout d’l'An i nos ramintue l’mort éd quitezein. « Més jon-nes énées coraint dins élle caimpangne… », por chés Compagnons d’élle canchon. Dés fos ch’l'énée ch’est ein-ne date ; quitefos ch’est ein an. Éd l’an pis i n’a l’énée, quée différinche ? L’ein i l’est mastchulin l’eute du bieu sesque. « Vingt ans pus lon », ch’est ein roman d’capuchon pis d’épée. L’An Mil en croéyot qu’cha allot ête él fan du mon-ne. Ein an ch’est 365 jornées, pis nuts, chinquinte-dux ésmoain-nes, quate trimesses, dux ésmestres, Chés viux, ch’est comme chés jon-nes is veutent és viézir, is ditent éj sus dins m’quatér-vingtiènme énée, alorse qu’is né n’ont équ soéxinte-dix-neu pis tros jurs. N’édvisons pos éd cheutes qu’is sont évnus au mon-ne ein vingt-neu éd févérier, is sont-is cancheux obin pos ? Inter él 31 éd déchinme pis él prumier éd l’An i n’a qu’ein-ne jornée pis inter él prumier éd l’An pis él 31 éd déchinme i n’a tros chint soéxinte-tros jornées, portant, ein-ne fos passié l’ein n’parot pos pus long équ l’eute ! Por n’in finir : Bon-ne énée, bon-ne sainté ! Ti parellemint min fius (obinfile, chi file i n’a !) ! An nouvieu, toute i l’est bieu ! Porvu qu’cha durche !

TRADUCTION DU TEXTE AUDIO

GLOSSAIRE
vauros : voudrais
défuncté : mort (adjectif)
viézir : vieillir       
cancheux : chanceux
durche : dure (du verbe « durer)