Contes in picard et dans la joie

 

Contes in picard et dans la joie

Agrandir la photo

Les enfants et les parents ont apprécié les contes, les jeux de mots et l’humour du conteur picard.

Après les petits écoliers de la commune dans la journée, vendredi soir c’était au tour de leurs parents d’apprécier le talent de conteur de Jean-Pierre Semblat.
Depuis un peu plus de deux ans, c’est devenu une habitude, Bichancourt Lecture invite des conteurs pour partager des moments de tradition et de rêve avec les Bichancourtois. Pour la première fois, l’association a souhaité faire venir à la salle municipale le conteur à la barbe blanche.
Revêtu de sa rouillère (la blouse du roulier) de son chapeau, le truculent amoureux de la langue picarde a offert au public pendant un peu plus de deux heures, des contes de l’oralité, sur les gens, sur les animaux, la nature et l’altruisme.
En guise d’échauffement, le conteur a fait jouer ses spectateurs avec les patronymes de tous les jours, trouvés ça et là, et des définitions picardes. « Ch’est-ti Alain Couchant ? nan !….LEVANT », ou encore « Poussent édsur chés peupliers por l’An…GUY ». Et comme pour les enfants, les adultes ont pris du plaisir à écouter le conteur poète et boute-en-train picard qui avoue qu’il est difficile de stopper l’envie de contes des spectateurs : « Les contres c’est comme les accordéons, ça a tendance à s’allonger. »
Dans un autre registre, le 18 mars,

Bichancourt Lecture s’intéressera au thème de l’exclusion.

En costume traditionnel ou presque, Jean-Pierre Semblat a joué avec les mots picards et les noms de famille.

Interventions scolaires déjà prévues

chespicards100  Bichancourt école rurale – toutes les classes – le vendredi 18 février en ouvertured’une soirée Diries

Monchy-Lagache & Devise : intervention ciblée sur les trois classes du
regroupement après préparation avec les enseignants Mars 2011

École d’Essigny-le-Grand en pourparler, probablement en avril

Autour d’une action Culture à Puzeaux (Somme) interventions dans l’ensemble
des CM 1 – CM 2 des villages partenaires de l’action – octobre 2011

En amorce d’une soirée oralité et musique traditionnelle picarde à Origny-
Sainte-Benoïte, intervention dans l’ensemble des classes du groupe scolaire.
octobre 2011

D’autres actions (collège de Bohain – Lycée de Ham sont en amorce)

Intervention déjà réalisée à l’école de Manicamp CM 1 CM 2 (voir photos)

PARLONS PICARD – Ein eute mos i cminche

3552298962_e8f8d4d116 

« Févérier, févériout, n’ingèles pos més tchouts !» «Févérier, éd chés mos él pus tchot, mains bin souvint éd chés mos él pus frod ! » Ch’est itou élle candeleur à d’où qu’l'hivier i passe o rprind ridjeur, pis qu’chés jurs is rallongetent d’ein-ne heure.

Chuit Blaise équ Patrick R. i dit « Tchot Blais, i nei ! Rétons couqués, nos srons bénais ! » Agathe alle nos promet « dés oégnons grous conme dés gattes » ; pis core élle Valintin : « Chi m’don-nes pos t’bouque, don-nes-mé étte main ! » et pis core ésses eutes, dés Gleude, cheutes qui bagueneudent o core Mathias qu’i l’est à glache.
Mains févérier, ch’est itou pronmesse : dés moénets canteux à zizique qu’cha s’met à canter : élle lutron-ne toute in heut d’ein abe, d’éch noérmerle qui rapprind ésse canchon tout douchemint padzous quite buchon. D’chés marles éd gris-moénéts qu’is porchuitent chés fémelles. D’éch pinchon qui l’ércminche él cminchemint d’ésse canchon : «Pirlouït rintintin… » sins értreuver la fin. Chés perque-chés-neiches is amoutent él but d’leu nez por vire chi ch’est él momint d’s'amoutrer.
Chés marles éd coulons is balitent aveuc leus tcheues in tornint alintour d’chés bielles aveuc leus gaves « gave-éd-coulons ». Cha n’est pos core la fin, ch’n'est pos core él cminchemint ! Ch’est inter lés dux ! Cha balinche, cha bastchule. En n’a pos core inyeuvé éch maintieu, en n’a pos core indossié élle casaque. En fat itou él compte éd chés courts-jurs : chés marquants is ont souffère éd chés neiches, chés peuves éch cauffache yeus a maqué chés écolonmies qu’is

n’avaint pos ; cheutes qu’is n’avaint pos d’ouvrache, is n’in cachent toudis, chés jon-nes is déprimtent, chés viux s’déblamintent ! pis nus-eutes, quo qu’en fat por qu’cha voiche émiux ?
dins chés achuchons, dins nos ouvrache, dins nos villache, dins chés quartchiers ? En vos l’édmin-ne, pache qu’édman, ch’est core itou ein jur, ein eute jur, mains ein jur quind meume ! Équ cha n’a érien à vire aveuc chin pus heut, él picard i l’est souvint pus riche qu’él frainchais qui dit tout seul, bin, in picard en dit « in part mi, in part ti, in part li, in part nus eutes… »
En sait, alorse qui qu’ch’est qu’i l’est abaindon-né. En vos l’érdit core, por cheutes qu’is ont du mâ à comprin-ne toute, acoutez dsur éch sissite aisnenouvelle.fr l’inrégistrémint in frainchais, pis in picard d’élle chrounique-làlle, cha put aidier !

GLOSSAIRE :

Blais : Blaise     
nei :neige
bénais : bien aise                 
gatte : jatte
lutron-ne : grive musicienne             
s’amoutrer : apparaître
gave-éd-coulon : gorge-de-pigeon   
voiche : aille
és déblaminter : se lamenter            
achuchon :

association

L’Aisne Nouvelle : Article : PARLONS PICARD – Ein eute mos i cminche

PARLONS PICARD – Is ont-ti dés noms d’famile picards ?

02

 

Dins l’Aisn-ne nos ons tros sénateux, pis chinq dépeutés, meume qu’éddins, i n’a dux dépeutées. Cha fat huit in toute. Conme nus-eutes tertous is ont ein nom éd famile. Éddins i ‘n’a-ti qu’is airaint ein nom picard ? Ravisons cha éd pus preus !

Prindons és zés dins l’orde d’éch l’abebibobu por éne pos fare éd différinche. Cheutes d’élle Heute-assimblée por cmincher, chi vos volez, pis d’apreus cheutes d’élle Nachion-nale. Nos n’prindrons pos chés élus d’l'assimblée départémintale étaint don-né qu’i va n’avoèr dés érlections cainton-nales au preume-timps ! ? »Viril » (1), ch’est itou ein d’chés dousse apeutes, vos voéyez-ti qui qu’ch’est ? Sin tchot-nom ch’est itou chti d’ein eute apeute ? ?Chti qui chuit (2), sin nom ch’est chti d’ein village d’éch cainton éd Guise éd d’où qu’ch’est qu’ésse famile alle vérot ? ?Éch troésiènme (3), sin nom ch’est l’pus don-né dins la Picardie, ch’est ch’marichat, ch’l'ouvérier qui travalle él fier. Sin nom i porrot core és décrire aveuc ein  »-b- » o core ein  »-bu- » éddins ? Chés dépeutés achteure ! ?In Normindie pis Picardie (4) en treuve éch nom d’famile-làl, conme dins chés canchons éd gesse, nos n’osons meume pos dire quée signifiïnche équ cha a, por éne pos frossier ch’l'élu-làl ; chin qu’en put dire ch’est qu’sin nom pis éch sins d’échti-chi, cha s’définit l’ein pis l’eute par  »-and » ! ?Eute dépeuté (5), seuremint ouriginaire d’ein villache, élquel ? pusque sin nom i cminche par de-, él mon-ne d’éch cmin d’fier cha li dit quitecose ! ?Inchien frainchais (6), picard d’achteure nos eute dépeuté i l’a yeu ein tayon qui torsignot chés rameux qu’en fasot (fat core) dés péniers, dés man-nes, dés corbelles, qu’élle montan-ne couron-née i con-not itou. ?Ch’est ein villache éd la Sonme (7), aveuc  »-y » à l’fin, qu’i l’est à l’ourigine d’éch nom d’ein-ne dépeutée d’élle 2ème chirconscrichion éd l’Aisn-ne. ?Chti obin chelle qu’alle a ein arrière-fieuf (8), adon qu’alle dépindot d’échti qui dépindot, vlà por ch’darnier nom : vasseux éd vasseux. ?N’oblions pos non pus chti qui l’est  »courbeu illusse » ! (9) chi qu’i n’est pos dépeuté à ch’momint-chi, i l’a té, pis pus, pis core, pis pus ! Éz-vus

értreuvé lés eins pis lés eutes ? Forchémint, in déduisant l’ein pis l’eute.


GLOSSAIRE
abebibobu : alphabet
preume-timps : printemps
apeute : apôtre
vérot : viendrait
sins : sens, signification   
tayon : bisaïeul
torsigner : tresser            
man-ne : manne
arrière-fieuf : fief d’un autre fief

QUI EST-CE ?
(1) ANDRÉ Pierre
(2) DAUDIGNY Yves
(3) LEFÈVRE Antoine
(4) BALLIGAND Jean-Pierre
(5) DESALLANGRE Jacques
(6) DOSIÈRE René
(7) GRUNY Pascale
(8) VASSEUR Isabelle
(9) BERTRAND Xavier