PARLONS PICARD / Diverses in automne | Aisne Nouvelle

 

Jean-Pierre Semblat est insatiable dès qu'il s'agit de parler picard.	(Photo : Gaël HERISSE)

I n’a dés smoain-nes d’où qu’en vot pus éd gins, pis souvint quinte en zés vot en édvise ein-ne miette picard, forchémint !

Vos m’direz en édvise picard, mains pos toudis dsur él picard seulemint ; en n’est pos à caque coeup à fare ein-ne élchon éd mouts, éd conjudjaison, éd poeume… Nan en édvise éd chés batieux qu’is vont torniquer alintour d’élle réseurve d’éch mérais d’Isle, in teutant dins ch’l'histoère éd Sint-Quintin en va zés délonmer Quintinus, cha s’comprind pusqu’i l’a té ein rude momint dins ieu, mains Uzébie (él nom d’éch duxiènme batieu) porquo ? a n’a mie janmas té imérgée dins ch’ieu ! Ch’est pététe qu’achteure i feut élle paritié tout partoute. À ch’parc d’Isle en y voéyot diminche dés mucoloques aveuc dés noms picards qu’is fasaint pinsier à chés fruts qu’en cuelle apreus chés gélées : dés fourdrain-nes (conme Foudrain éch pays éd l’Aisn-ne) ; éh bin cheutes qu’is cuéllaint chés fruts-làl, en zés délonmot foudriniers. Aveuc chés fourdrain-nes, en fasot d’élle g…. (n’en disons pos pus !).
Souvint en cache éd quo fare aveuc ein paturon qu’en a intanmé por d’élle flamique obin du flan ; eh bin en put fare ein-ne couque aveuc dés rojins éddins (érchette don-née par ein-ne Quiérachien-ne). Eute cose qu’i n’a érien à vire, pinsons à fare attinchion à chés gins qu’is nos arrivent d’eute part (pos forchémint du but du mon-ne, nan !) d’ein-ne eute région, d’ein villache alorse qu’en est in ville, obin l’avers. Is sont perdus, éne con-noaîtent person-ne, racachons és zés dins ch’pays, chés achuchons. É’l timps i cange, apreus él solél, élle pleuve, chés gélées is ont amoutré él but d’leu nez, rouche forchémint. Chés glain-nes is s’érpostent, chés moénets is sont nougues, chés feulles is quêtent. Allons nos matte au coeud, fasons du cafoué, pis disons à nos voésin d’n'in évnir boère ein-ne gate. Nos ons yeu él timps éd déhors, achteure ch’est chti d’éddins. Conme alle dit élle canchon dsur-nom d’Hesdin dins l’62 « Dins l’cuin d’min fu j’a quér à m’matte, Titine éme fenme alle dit conme cha… »

GLOSSAIRE
torniquer : naviguer
mucoloque : amateur de champignons
fourdrain-ne : prunelle
fourdrinier : prunelier
couque : cake
avers : contraire
racacher : guider
nougue : muet
gate : jatte (tasse sans manche)
dsur-nom : éponyme

PARLONS PICARD / Ramintuve-ét-té | Aisne Nouvelle

 

Jean-Pierre Semblat est insatiable dès qu'il s'agit de parler picard.	(Photo : Gaël HERISSE)

Éch berquier éd Savy i l’est défuncté, en n’a pos yeu él timps éd d’aller él vire édvant qu’i n’passe, éch malhéreux.

En airot té ‘l’question-ner por rassaquer quites nouvieux mouts picards, quites pratiques, diries, cha n’airot-ti té équ dins éch camp lessical éd sin métchier : berquier, berbis, por seur, mains itou berleude, calein-ne, cafuse, aignieu, ran, pis écore doube, berquière, berquerie, houlette, éfforches, loain-ne, cabernette, quien, érgain, parc, éteules, minette, houppelan-ne, paraplue, andler, troupieu, en in passe pis core. Élle loche-queue, ch’étot aveuc chés pértrix, chés carcaillouts, aleuettes, émouquet pis eutes bougrons, sés moénets. Ein métier, berquier qu’i l’édvisot aveuc éch cinsier, pis aveuc sés biêtes pis aveuc sés quiens qu’is l’comprindaint conme chi qu’is airaint édvisé élle meume lan-ne. Chés peuves is mingeaint chés tiêtes éd berbis conme Gratien-ne ; chés familes is ‘n’étaint dégoûtées, ch’étot souvint l’seule vianne qu’alle quéyot dins leus écuelles. Éch doube ch’étot por éch berquier, en n’avot pos dés raches conme achteure aveuc dux o meume tros aignieux.
La Fontain-ne i mettot éch leup aveuc, à toutes lés seuces : aignieu, berbis, berquiers. Dins tut berquier i n’avot ein nougue, i n’parlot pos por né rin dire (Félicien i ‘l’avot té itou). Ch’étot ein fin con-naisseux d’éch terro, forchémint. Él nom d’chés bos, pièches, moénieux, inséques pis herbes. I savot soégner sés biêtes, sin coutieu i fasot mervelle, sés poques ch’étot dés musiées : fichelles, cailleux, feralles, pièches. En disot dés fos qu’ch’étot ein mitan éd chorchier pache qu’i n’in savot éd z’affares. Élle ploain-e qu’i parcourot, él lène pis chés étoêles qu’i yeu parlot.
Berquier, raboureux, manouvérier, beutier, varlet, porquier, feuqueux, moésson-neux, gadrème, gléneux, catreux, tondeux, méquain-ne, vaquère, laveusse, norriche, honme éd cour, domestique, métchiers d’édvant, métiers d’eutefos. Bin nos gra-mère sin surpiquet ch’étot-ti pos Alice élle berquière !

GLOSSAIRE
ramintuve-ét-té : souviens-toi
rassaquer : rassembler
éfforches : ciseaux à tondre
cabernette : roulotte
de berger
andler : agnelet
loche-queue : bergeronnette
carcaillout : caille
bougron : bruant
nougue : muet (taiseux)

PARLONS PICARD / Voésins voésines et pis | Aisne Nouvelle

 

Jean-Pierre Semblat est insatiable dès qu'il s'agit de parler picard.	(Photo : Gaël HERISSE)

Vos éz dés voésins ? dés fos meume dés voésines ?

Vos ez vos carrette dins vos cour, n’frémez pos vos grind-porte, ch’est bin pus fachile por rintrer éddins, sourtir déhors. Pis ein bieu jur, croéyant d’prin-ne vos carrette, i n’a pus ein-ne goutte éd gasoél éddins (dégarouché ?). Pos d’pompe, i l’est six heures au matin. En va son-ner mon chés voésins. « Éme n’honme i n’est pos ilà », qu’alle dit élle danme, en li esplique, alle vos acoute pis ch’est toute. Vos rintrez vos mason, cmint fare. En toque à vos mason : ch’est l’voésin-ne atouzelée, alle a ein bidon, ein inton-no, ésse chitron-én-n torne padvant vos grile : «Éj m’in vas vos quér du gasoél », qu’alle vos dit ! ». « Là où est-che ? », j’édman-ne. « À Hanm ! », ch’est à 14 km. Ein-ne édmie heure apreus, alle vos ramoène ein bidon tut ploein. J’n'in sus pos core érvnu. Capieu ! Eute cose, vos allez fare du picard dins ein-ne école dins la Sonme, vos n’ez pos yeu l’timps éd déjéner, rintrez dins ein-ne boulingerie : « J’porros-ti avoér dux croéssaints ? » ; au momint éd payer vos n’treuvez mie vos porte-monnoie… « J’porrais-ti érpasser payer édman ? » « Édman en est frémé ! » « Bin judi, pache qu’mércrédi i n’a pos d’éschole ? » « Bin ouais ! » i n’a core dés gins qui font confïinche ! eute cose chelle-làlle : dins chés villaches, i n’a dés cats, pis i n’a dés quiens. Malhéreusemint i n’a bécoeup d’cats qu’is s’promoètent, en n’yeus don-ne pos à maquer, chés minettes is ont dés jon-nées, n’in vux-tu n’in vlà… Alorse ? eh bin cha s’in va crotcher ein malhéreux jon-ne d’équerdon-net obin d’aron-ne qui cminche à voler, ein tchot poulet qu’i s’a élongné d’ésse mère. Dés quiens, i né n’a, cha s’promoéne, cha rinte dins chés cours, étran-ne tros quate coulons, dux malhéreuses pintardes qui n’in sont pos core érvnues. Nos ons dés biêtes, euchons zés quér, soégnons ésses zés dins tus lés sins d’éch mot  »soégner ». Seulemint pinsons équ dés biêtes cha put fare él mâ, sins l’savoér. Et pis n’euchons qu’él nombe éd biêtes qu’en put s’éne otchupper !

GLOSSAIRE :
carrette : voiture
grind-porte : porte cochère
dégaroucher : dérober
toquer : frapper
atouzelée : habillée
jon-née : portée
minette : chatte
équerdon-net : chardonneret
aron-ne : hirondelle

PARLONS PICARD / Hayures o hayes | Aisne Nouvelle

 

Jean-Pierre Semblat est insatiable dès qu'il s'agit de parler picard.	(Photo : Gaël HERISSE)

 

Devos (érnard in flamind) i dit qu’i n’a pos quére chés hayes pache que cha srot dés muralles aveuc dés hours pis des fourdriniers, bin seur.

Raymond i dit équ ch’est dés murs, cha érsian-ne à chés érfinds qu’en a dins nos tiête. Éddins i n’a capernotiers, aronches, aglacia… À quo qu’cha sert dés hayes ? Ch’est dés cope-vints, bin seur quinte i souffèltent, à don-ner du bos por és cauffer, à avoér aupreus éd li dés perques, dés ranmes à gohets, à tchots pos, por ésculpter ein-ne borlette éd marcheux ; itou por chés confitures séhus, gratte-tchul, catelain-nes ; coudriers pis nosettes ; en y cuéllera dés simpes por fare d’élle tisan-ne : épin-ne, tillu… Bin ouais, pache qu’en laissot (laisse souvint ein abe tus lés quites mètes). I n’est pus ilà él timps d’où qu’en tressot chés basses branques por rin-ne éch passache éd chés biêtes impossibe, mieux équ dés fils-à-picots ! I n’a itou chés tchottes hayes équ nos ons alintour éd nos gardin. Por cha i ‘né n’a éd dux sortes : cheutes qu’is veutent équ cha pousse rade, équ cha lés muche : alorse en a dés thuyas pis eutes parels, mains qu’audbut éd quites énées, quinte en zés raccorchies en dirot dés ésquelettes sins vian-ne. Obin, mains cha pousse émoinse rade, i n’a chés trohin-nes, chés bitaclés is sont pus bieux, éd l’épin-ne attinchion à ch’fu invlimeux, d’élle pasque qu’a s’talle conme i feut à s’mode, éd l’ivette parellemint. L’probleume, quind meume, aveuc chés hayures, hayes pis eutes haisettes, ch’est qu’i feut zés raccorchir, dés fos érplainter quinte él frod i l’a toute cuit por ein-ne espèche pus ingélife. Et pis surtoute, chés hayes is sont ein-ne értnue : d’chés tierres, d’éch ieue, cha jouque inséques, osieux, plaintes… is y vitent in achuchon conme i l’airot dit l’eute, mains sins pérsidinche pos pus qu’éd préséhinche !

GLOSSAIRE
hour : houx
fourdrinier : prunelier
érfind : cloison
capernotier : fusain
aronche : ronce
aglacia : acacia
perque : perche
borlette : bâton
gratte-tchul : cynorhodon
catelain-ne : mûre
coudrier : noisetier
simpe : plante médicinale
fil-à-picots : barbelé
sins vian-ne : décharné
trohin-ne : troène
invlimeux : bactérien
haisette : petite haie
bitaclé : panaché
ivette : if
ingélife : gélive
jouquer : loger
préséhinche : priorité

La Picardie lindjuistique | Aisne Nouvelle

 

Éne pos confon-ne aveuc chés Picardie histourique, juographique, région-nale… Chelle-làlle, ch’est d’où qu’ch’est qu’en pale picard.

Écore qu’éslon lés indrots, i né n’a qui diront qu’leu lan-ne ch’est du patos, patoés, du dialéque, du rouchi, du chti o chtimi, du parlache… Caquun volant s’amoutrer ein tchot molet différint d’ésses eutes. En dit qu’él picard i cminche dins ein viux teste : »Elle cantilène éd Sinte Ulalie », qu’éch live i l’est wardé à l’bibiotheuque éd Valinchien-nes dins chés inchiens lives. En dit itou équ ch’est ilà qu’en treuve él cminchemint du frainchais. Hainaut belge, départémints du Nord, du Pas-d’Calais, d’la Sonme, ein grind mourcheu éd l’Aisn-ne, éd l’Oèse, tchots buts d’la Sein-ne éd mér, dés Arden-nes, ch’est cha él donmaine d’où qu’en pale él picard. Ch’est ein-ne lan-ne d’oïl [oïl ch'étot élle fachon qu'en disot oui dins l'Nord éd la Frainche - dins ch'Midi en disot oc (itou por oui)]. Élle lan-ne d’élle capitale cha n’est adon itou ein-ne d’oïl ! À quo qu’en ércon-not cheutes qui paltent picard ? en a des a équ ch’est mitan des o ; éch picard i l’a bécoeup éd ch, él frainchais des s obin ss : en cache i chasse, en avinche en coeuchures, i chire sés chaussures… Le, la, l’, les, ce, c’… in frainchais, nus-eutes ch’est : éch, élle, l’, le, chés, ch’… La rue du Gué, ch’est élle rue du Wé, Guillaume ch’est Wuillaume… Nos ieu o nos iau sont dés eau… En a fenme, honme, prin-ne don-ne, bon-ne por leus femme, homme, prendre, donne, bonne. Nos imparfeut i l’est cantos, allot, avaint et pis bin seur él sugjontif qu’i peuche, voiche, seuche, diche… En sait-ti combin éd gins dins ch’l'éspache-làl is parlent-ti picard ? Élle forquette qu’alle est souvint don-née ch’est inter 500 000 et 2 miïons éd gins qu’is l’paltent, qu’is l’comprin-nent, i né n’a bécoeup pus ! J’con-nos ein grind-père qui cante :  »Éj sus picard, ch’est cha éme gloère, éme n’éspérinche pis min soutchien ». I né n’a qui gardinent picard, qui mingent picard, qu’is édvisent picard, él litent, pis meume i parot qu’ein-ne poégnie is pinstent picard (pinsez don !).

GLOSSAIRE
lindjuistique : de la langue
parlache : parler
rouchi, drochi : d’ici
chti : celui
chtimi : ce toi, moi
chirer : cirer
forquette : fourchette

PARLONS PICARD / Patrimoène, matrimoène | Aisne Nouvelle

 

Jean-Pierre Semblat est insatiable dès qu'il s'agit de parler picard.	(Photo : Gaël HERISSE)

I n’a conme cha dins l’énée dés événemints : dés érligieux aveuc chés grin-nes fâtes : Neuël, Pasques,… dés ésportifs : campion-nats d’chi o coupe éd cha, pis itou dés tchulturels : festingues, tornées. Bin chés jornées du patrimoène ch’est là-ddins qu’i zés feut ringer.

Alorse en ouvère chés portes qu’is sont normalemint frémées, en fat visitier chés molumints érmarquables, en fat découvère éch patrimoène naturel : chés bos, chés villaches, cha érsian-ne fort à chin qu’chés honmes, éj dis bin honmes, is ont fat. Chin qu’i l’est visibe, chin qu’is ont manchon-né. En n’pinse pos souvint à ch’matrimoène, chin qu’chés fenmes is ont fat, qu’i s’vot émoinse, qu’i l’est pus d’élle mason, d’l'éddins, éd l’ombe.
En dit souvint équ padzous l’Inchien Régime chés picards is étaint érlonmés por ête dés bons souldats, pis dés bons donmestiques, éne dit-on pos dins chés Plaideurs équ Tchot-Jean qu’en avot fat évnir d’Anmiens por ête Suisse i disot :  »Tut picard équ j’étos, j’étos ein bon apeute pis éj fasos claquer m’cachoère tut conme ein eute !  » pis chés picardes en zés con-naissot por ête dés bon-nes norriches pis dés bon-nes méquain-nes. Élle tchuisine, éch costeume, chés contes et bin, bin seur, élle lan-ne qu’en lonme él pus souvint maternelle, chelle éd chés mères o d’chés gra-mères. Chés gardins à lédjeumes ch’étot chés honmes, chés courtillets à fleurs ch’étot chés fenmes. Chés canchons à boère chés honmes, chés bercheuses chés fenmes.
À vos mason quo qu’ch’est qu’en a qui fat matrimoène-patrimoène ? dés viux lives, d’élle bimbloterie d’vos tayons, dés cabotans, ein-ne potchière, ein-ne traite, capieu merlon, draps broudés aveuc chés inichiales d’élle famile ; n’oblions quind meume pos non pus éch coulombier, élle crox-diu, élle vielle capelle, éch flot, éch cmin du tour-éd-ville, ein-ne vielle plaque éd rue, élle cloque d’éch warde-champète…
Pis n’oblions pos itou équ souvint él patrimoène cha n’est pos seulemint chin qu’i l’est visibe, ch’est audzeur, él resse qui nos resse, pis qu’en put fare érvive, chin qu’en a dins nos tiête, dins nos tchoeur.

GLOSSAIRE :
festigue : festival
manchon-ner : bâtir
cachoère : fouet
méquain-ne : servante         
courtillet : jardinet
bimbloterie : bibelot
potière : barre à pots