2010 Dictée mots rares et précieux traduite en picard

picture-1Quérs parints

Mon-neux dins min lit, élle nut alle est queute, éch chiel i l’est noér : éch ridieu éd Vénisse i n’est pos frémé. Éj romion-ne pis, d’ein seul coeup, ein lémeron : l’éspoèr ! Ein-ne neuve étoêle alle s’a amoutré et alle mile seulemint por mi !

J’éne vux mie arrter més tormints pis més érnus ; j’éne sais mie zés rapager. Éj sus mis à l’huche du mon-ne, quind, apreus l’armontée, à gvaillon dsur éch l’éscabelle éd quêne, éj ravise él vint és feufiler dins chés feulles ; éch l’érmède ch’est d’s’aboedir, d’éne pos d’trop pinsier. À cmin piéton-né, éne pousse pus d’herpe ! Ch’l’herpe éd min voésin éd canme alle est toudis pus verde, meume chi nos ons lés meumes cadots sins qu’en euche lés meumes inchèpes ! In part eusses eutes, nos gin-nes is porraint don-ner ein cmin obin ein moinse à ch’pus-làl d’arnioques. Élle patienche alle est surte, mains sin frut i l’est douche. Chés sourties alles sont ein-ne miette quéres.

Éch cheuf, arnippé d’ésse toque pis d’ésse casaque blanques, i l’est évnu éme vire. Por min avint-darnier érpas, j’a sohaité ein-ne mise-in-bouque por apprin-ne : flamiquette rélvé d’articheuts, chuits d’ein vélours éd chalotes à chés groains éd ricotta pis d’aroumates éd lédgeumes. J’a cédié à chés déliches d’ein-ne terrine éd berniques arringées éd cambrons iotés à s’mote.Conme platrée, j’él l’ai laissié quésir fuche ein chayot in castrollée o au rouche van ; o core ein kénard gormand conseurvé d’éclette o d’ein-ne carcalle farchie éd cras foée.

Chés formaches : ein sousmaintrain pis ein foét marolles éd Quiérache maérié aveuc ein-ne fourme d’Aimbert. J’éne n’érbayerai pos dsur ein flan tatin o core ein watieu doubèllemint burré.

Pos ein-ne érmoutranche éd vus-eutes, pos pus qu’éd « va-t-in » ; éj m’érvas édman dsur dés gveux rades conme dés éclites (qu’j’éne mierai pos !). J’éne pux pus édmuré dins ch’mont éd fils, éd lémières qu’alles cloégnotent ! L’Éspérinche, chuitée d’éspoèr, ch’est chin qu’i l’est m’hourizon. Quites raisons qu’éch cérusien m’euche don-nées, éne m’ont pos fat canger d’avisse ! Infin, éj rinte pis éj VIS. Fuchez rasseurés.

Au rados d’éch moncheu souffrinche, j’a pus quér l’solel d’éch moncheu éspérinche !

Vos fius.

Traduction Jean-Pierre Semblat

This entry was posted in Articles et textes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>