Édvnir d’ein-ne bérouette (Destinée d’une brouette)

brouette-1I n’avot dins l’timps ein ménusier béllovoésien, quérron-ménusier à l’mote éd l’inchien timps, qu’i l’a ménusié ein-ne bérouette por Christian obin putout sin père éj cros : bérouette in bos, solite, aveuc ein-ne reue conme chelle d’ein quér. Él timps i l’a passié, pis por dés animachions dins chés rues, en a yeu ébsoin d’ein-ne bérouette. Acater élle bérouette Christian cha n’étot pos Diu possibe, en a don déchidié ein écange : ein-ne neuve bérouette, grin-ne parellemint, bos pis fier, là conte élle fameusse bérouette d’ichi. Marqué dit, marqué fat, bérouette acatée, bérouette écangée.
Por qu’alle seuche pus tchulturelle pis pos seulemint tchulturale, alle a té peinturée in rouche. Chés énées ont passié, alle a viézi, alle a souffert pis alle a yeu ébsoin d’ein-ne tchure éd jon-nesse.
Qu’est-che miux qu’éch ménusier d’achteure (qui n’est pus quérron bin seur, écore équ !) por li érdon-ner ein-ne ésgonde jon-nesse, pis zés vlà, ch’l'honme éd l’art pis l’bérouette.
Ésse sourtie qu’alle vient, chés timps-chi, achteure qu’alle a értreuvé fière fidjure, cha séra élle veilliée éd Neuël éd Péron-ne, alle amoénera chés saintons pis chés cabotans por ein-ne mise in plache d’élle creute dins l’soérée.

« Coses qu’is n’bougetent pos, ez-vus don ein-ne anme… ? »
« Chi tant qu’en édvise éd chés coses, pis qu’en s’ramintuve éd chés gins, cheutes-chi is n’sont mie morts ! »

Il était une fois un menuisier bellovoisien, charron-menuisier à l’ancienne qui a fabriqué une brouette pour Christian ou peut-être son père : brouette en bois, solide, avec une roue elle-même conséquente.
Le temps passa (35 ans !) et, pour des animations de rue, on eut besoin d’une brouette. L’achat de ladite brouette se révélant impossible, un troc fut envisagé : une brouette neuve aussi spacieuse, bois et fer, contre la fameuse brouette indigène. Marché conclu, brouette achetée, brouette échangée.
Pour qu’elle soit plus culturelle et non pas simplement culturale, elle a été peinte en rouge. Les ans passant, elle a vieilli, elle a souffert et a eu besoin d’une cure de jouvence.
Qui mieux que l’actuel menuisier (qui n’est plus charron bien sûr, encore que !) pour lui redonner une seconde jeunesse et les voilà, l’homme de l’art et la bérouette.
Sa prochaine sortie, maintenant qu’elle a retrouvé fière allure, sera la veillée de Noël de Péronne du 14 décembre, elle amènera les santons et les cabotans pour une mise en place de la crèche dans la soirée.

« Objets inanimés avez-vous donc une âme… ? »
« Tant que l’on parle des choses et des gens ces derniers ne sont pas morts ! »

This entry was posted in Articles et textes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>