Jinvier !

3596150000337_1_300Prumier mos, prumière boche dsur sés dogts pusqu’i l’a 31 jurs ! Ch’est l’mos d’chés Ros d’où qu’élle rallonge éd chés jurs en s’éne aperchot ; à l’Sint-Intoène chés jurs raugmintent d’l'érpas (érpos ?) d’ein moène. Quo d’bieu in jinvier ? En s’cauffe, conme éch cat d’élle canchon picarde (dsur ein air russe) : Min cat i s’cauffe (doube) – Chi i s’cauffe ch’est qu’i l’a frod – Min cat i s’cauffe ! Éd moinse in moinse à l’cuin d’éch fu, pache qu’achteure dés fus, i né n’a pus. Dés fus aveuc édsur dés ronds qu’en inyeuvot por fare cauffer pus rade éch minger. Ein-ne djeule éd poêle qu’en y passiot éch tison-nier por éscouer chés chin-nes, chin-nes qu’is iraint dins l’voéyette d’éch gardin quinte cha débernatot. D’éch rouche tison-nier en férrot élle bière qu’alle moussot dins l’chope. Dins ch’four, par drière, en cuisot, en récauffot sés coeuchons por éne pos avoèr frod à sés harpions, obin, dsus l’porte, en rébeubissot quite tchot poulet o core égnieu ein-ne miette cafus. Ein roubinet don-not ch’ieu coeude. Éch l’édsur i fasot offiche éd grile-pan por chés rotoies aveuc quite resse éd fricasse. Élle lambique alle frichon-not drière éch poêle pis l’marmite alle fasot intin-ne sin cliquotis qu’i l’an-nonchot, conme ein rével, qu’i l’étot l’heure éd dîner.
Chés dzous-pattes éd poêle is sont dévenues dés chindriers. Chés radjateurs, calourifères pis convecteux is ont rimplaché nos peuve poêle Godin ! 

GLOSSAIRE
Boche : bosse
Chindrier : cendrier
Débarnater : dégeler
Doube : bis
Erpas – érpos : repas – repos
Fricasse : fricot
Harpions : orteils
Lambique : cafetière
Rébeubir : ramener à la vie
Rôtoie : rôtie

This entry was posted in Articles et textes. Bookmark the permalink.

One Response to Jinvier !

  1. Chouo says:

    I n’y aveut po core ieu du robinet quante j’éteus tiot. In alleut à l’fontain.ne qu’ale s’appeleut « trou – Tavie ». Pou s’débarbouiller au matin, i falleut mette un broc d’ieu dins l’réserwoir du poêle, rmette des ramuches pou réveiller l’fu, pi attinde… On ravisait pa l’fénète ed no cassine, à travers les « fleurs ed gélé » du carreau, pou woir l’solé s’léver dins chès camps. Quante les fleurs étiont dégélées, i féseut meilleur, amon ! I n’y aveut qu’un poêle pour tout l’mason. Etant tiot, on aveut à faire les ramuches et pi dévnus pu grands, on déveut rmonter du bo dèle grange dins des grosses mandes et pi rimplir l’caisse à bois à msur. Su l’poêle, y’aveut tout l’journée ein.ne bouilloire qui canteut : rin qu’dèle l’intinde, ça nous récoeuffait ! Et pi autour du poêle, y’aveut ein.ne barre chromée pour mette nos ouilles à séquir. No poêle à bo, c’éteut comme ein.ne biète à rafforer pi à nettoyer : il éteut comme vivant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>