PINCHON D’CHÉS ABES

pinchon1El l’érvlà, obin putout en ’l’intind à nouvieu. Dins chés courts-jours en l’voéyot, surtoute li, élle, moinse souvint. I feut dire qu’en érmarque pus ésse gave lie-éd-van à li, qu’élle grisse d’ésse fenme.


El’a don ércminché à canter, dsur ein-ne branque pos trop heute, ni basse non pus. En ’l’intind ésse canchon-ne : « Pirlouït Rintintin, tchot Batisse touït ! » obin core « Sème, sème éj sèmerai bin éme tchotte canchon ! » J’a meume, ein bieu jur, dins l’cade d’éch Goncourt d’élle Nouvielle, à « Bellinglise, biélle églisse… » acouté ein décriveux belge, qui vivot dins l’sud-oues éd la Frainche pis qu’i l’étudiot chés cants régionals d’éch pinchon : pusqu’à caque région, i n’airot ein-ne fachon pinchon-ne éd canter (conme nus eutes !). Elle fémelle a n’cante pos, bin seur ! Chti d’chés Arden-nes i l’est édjà vinvolé à s’mason.

CH’est l’momint d’où qu’i va cmincher à niter, feudra qu’éj tirche él pourtrait d’éch nichot, d’chés us pis d’chés jon-nes quinte chés parints is seront d’allés quére éd quo yeu don-ner à fruquer.

picture-11

This entry was posted in Articles et textes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>