TREFCON (02) La culture picarde sous l’œil des caméras

La marionnette et reporter Lafleur, prêt à questionner le maître d'école patoisant, Jean-Pierre Semblat.

La marionnette et reporter Lafleur, prêt à questionner le maître d’école patoisant, Jean-Pierre Semblat.

Le temps d’un après-midi, le cours de langue picarde de Jean-Pierre Semblat a été suivi par les caméras de France 3 et du conseil régional de Picardie. Il faudra attendre septembre pour le découvrir sur les écrans.

Tables d’écoliers en bois, poêle Godin, maître en veston bleu, bibliothèque vitrée… Meublée et décorée telle une école du temps jadis, la petite salle adjacente de la mairie de Trefcon a connu le feu des projecteurs.

À l’occasion d’une série de reportages sur la culture et la langue picarde commandée par le conseil régional de Picardie et en partenariat avec France 3, l’école où l’on apprend le picard était à l’honneur hier après-midi.

C’est Laurent Devime, conteur et marionnettiste patoisant, qui conçoit les reportages d’une minute et quatorze secondes. « À chaque tournage, nous recherchons des thèmes originaux et insolites », précise-t-il.

Le conteur va donc parcourir la région durant tout le mois d’août (voir ci-contre).

C’est donc la marionnette Lafleur, reporter, qui présentera les anecdotes picardes, dûment actionné par Laurent Devime.

Dès le 6 septembre, les spectateurs découvriront les programmes courts diffusés en début de soirée, quelques instants avant le journal de France 3 mais aussi sur la web TV du conseil régional*. Et si Trefcon fait partie du casting, c’est grâce à ses cours de picard.

Eschole Picarte Perluète

L’eschole Picarte Perluète (pirouette en picard) s’est fait une petite réputation grâce aux cours patoisants.

Chaque dimanche matin, « sauf quand je ne suis pas là », précise le maître et référent picard, Jean-Pierre Semblat, les curieux se massent sur les bancs en bois, derrière leur encrier, pour apprendre la langue picarde à Trefcon.

Ces derniers n’ont, semble-t-il, pas attendu les caméras pour jouir des cours de Jean-Pierre Semblat. Brut de décoffrage, celui-ci avoue ne plus pouvoir répondre entièrement à la demande, victime de son succès. « Ils viennent à tout âge, même des tchiots de maternelle », sourit-il.

Tous espèrent décrocher le sésame régional : le certificat d’études picard. Et pour sa douzième édition, le diplôme a déjà sa date : le 25 juin 2011.

TATIANA VASSELIÈRE  Courrier Picard du Mardi 03 Août 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>