Canchons éd Routeleux

 

J’ai ein tchot co
Dins min pénier
Qui n’a janmas
Volu canter
Ein jour vera
D’où qu’ch’est qu’i cantera
Alleluïa
Alleluïa Alleluïa
Alleluïa

Ô fils des fils
Soéyez gracieux
Don-nez des us
À chés routeleux
Ein jour viendra
Dieu vous les rendra

Alleluïa
Alleluïa Alleluïa
Alleluïa

Hier Jésus
Est mort en croix
Aujourd’hui
Il est dans son tombeau
Demain
Il ressuscitera
Alleluïa
Alleluïa Alleluïa
Alleluïa

Ch’n'est pos dés us
Équ nos volons
Mains ch’est l’jon-ne file
D’élle mason
Chi n’a pus d’ein-ne
Nos quésirons
Alleluïa
Alleluïa Alleluïa
Alleluïa

Clabeud a mis
Ésse glain-ne à couver
Ch’étot por pos
Nos in don-ner
Ein jour véra
D’où qu’ésse glain-ne creuvera
Alleluïa
Alleluïa Alleluïa
Alleluïa

J.P. Semblat ésmoain-ne éd Pâques 2007

Ch’laignieu et pis ch’leup

 

Elle raison d’éch pus fourt,
i parot qu’ch’est l’mellieure,
En va vos ‘l’amoutrer achteure.

le_loup_et_l_agneau_illustration_granvilleEin blinc aignieu d’l'énée buvot
Dins l’mitan d’ein cours d’ieu.
Ein leup arrive, qui d’fam por seur morot
Et pinsot là treuver dés fos quite boin mourcheu.
 » Qui qu’ch’est qui t’rinds ichi ouchi fourt hardi page,
Dit à l’eute tiu tchottain, éch grind leup verd éd rache.
Te seras puni, por avoèr yeu l’audache
D’avoèr vnu bavioter dins l’mitan d’min bruvache.
- Chire, erpart éch l’aignieu, équ vos grin-ne royeuté
N’ésse mèche pos in grin-ne ire,
Qu’alle veuche putout, chi li plaît, vir
Qu’éj j’én fasos qu’éd boère,
Sins fare d’histoères,
Pus d’vingt pas padzous élle :
Adon, j’én pux, ni janmas én porros
Bourber ichi ein-ne ieu à leup chi bielle !
- Tu l’gadroulles, érprind ch’leup,
Et pis, éj sais, qu’éd mi, t’as mau dit l’eute énée !
- Mais cmint qu’j'airos pu fare, j’n'étos pos core au mon-ne,
Érprind ch’l'aignieu, éj chuche coère, éj catron-ne !
- Chi ch’n'est pos ti, ch’est don tin freure !
- Mais j’én n’ai pos !
- Ch’est don quitezin d’tin tot !
Vos n’avez pos por mi bécoeup d’boins sintimints,
Chés aignieux, chés bergis et pis tus vos grinds quiens.
En m’él l’a dit, i fut don qu’éj m’érvinge.
Cha disaint, au fond d’élle cavée,
Nos leup l’introêne et pis él minge,
Sins pus avint tnir éd procié.

J.P.S. éd TERTOUS GADRUS

Nos vieilles masons

Chi vos voéyagez ein brin, du côtié éd Sint-Quintin,

Disez boujour més parints qu’is habitent éch chinquième raing ;

Vos povez pos zés minquer, prindez ch’cmin qu’est pos pavé,

Preus d’élle mason vos voérrez, n’a ein-ne crox qu’en a plainté ;

In vos voéyaint arrivier, Man tirra sin tabier

Alle dira :  » Mas intrez don, passiez don dins éch salon.  »

Chés plainquers tout frais chirés, qu’en n’ose meume pos marchier,

Ein bouquet éd fleurs d’chés camps sint bon dins ch’l'appartémint.

Conme ch’est vivaint mon nos parints,

Chin qu’cha sint bon, dins nos vielles masons.

D’sitout qu’vos sérez intrés, i feudra vos débiller,

En vos garde por éch souper, pache qu’au nuit n’a ein-ne veillée ;

En vuide élle cambe d’chés garchons, roule éch tapis d’éch salon,

Héreux, ch’père saque ein-ne goulée attindaint chés invitiés.

Chés voésins arrivtent gaiemint aveuc leu douzoain-ne d’éfaints,

En monte in heut zés couquer, chinq pa lit feut zés tassier ;

Quinte qu’is sont tous indourmis, frème élIe porte sins fare éd bruit,

En rdévalle él tchoeur joéyeux, attindaint chés violon-neux;

Oh ! qu’cha est gai dins chés veillées

Chin qu’cha sint bon dins nos vielles masons.

Por cheutes qui prenntent ein tchot coeup, papa sort sin caribeu

Quinte en est bin écauffé, en s’invite por dinsier ;

Tchot-Jean aveuc Joseuphine, éch Grind-Joe pis Caroline,

Théresse aveuc Poléon, et pis chés mâtes d’élle mason ;

Chés violons sont accordiés, chés musichiens is taptent leu pied,

Ch’est Phydime qui va caller ch’prumier set d’élIe veillée ;

Swinguez-là su ch’plainquer-là,chés gigeux sont ein-ne miette las,

Théresse qu’alle étouffot, va inyeuver sin tricot

Dinsons gaiemint, ch’est él bon timps,

Elle vie l’a du bon dins nos vielles masons

Pis ch’est l’timps d’éch révillon, l’mère aIle a fat dés ratons,

D’élIe fricasse d’pattes éd couchon, dés tortières pis du gaimbon ;

Por dessert i n’a su l’tave, nos bon viux chirop d’érabe,

Dés beignes, d’élle creume d’habitaint ; chés chointures i cangetent éd cran :
Apreus avoèr d’troup maqué, qu’en put à poein-ne équ chouffler,

Dés histoères feut raconter, rire cha fat bin digérer.

Édjà chinq heures au matin, élle veillée aIle tire à s’fin,
En réville tous chés éfaints, en s’dit arvoèr in bâillaint.

Au Canada, cha s’passe conme cha,

Elle vie l’a du bon dins nos vielles masons,

Au Canada, cha s’passe conme cha,

Ch’est l’tradichion, dins nos vielles masons.

J.P.S. TERTOUS GADRUS
in l’honneur éd chés Canadiens éd Sint-Quintin
Erprisse éd leu canchon traditchion-nelle

Moral quêne rosieu

………………………………..
Conme i li disot cho
Du fin fond d’élle cavée accoeurt aveuc ein-ne furie pos croéyabe
Él pus terribe d’chés vints
Équ nos Nord euche portié édpis l’cminchmint dés Timps.
Ch’l'abe i tient bon, éch rosieu ploe
Él vint érdoubèle sés forches éd tillache
Et fat éd sorte qu’i dérachin-ne Quênord,
Échti qu’sin coupet i tâtot chés neuaches
Pis équ chés piids is poussaint dins lés tonmes éd chés morts.