Annonce de la soirée Fabliaux et Fables en Picardie Beauvais Dimanche 22 mars

Soirée contes et légendes de Picardie

Dimanche 22 mars 2009 à 17 heures

Salle de VOISINLIEU rue de Paris  60000 BEAUVAIS

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Nous vous invitons à venir découvrir le charme de la Picardie à travers ces contes et fables.

Participation : 10 € par personne

Nombre de personnes : — X 10 € = _____________  Chèque d’inscription à adresser

à Mme Ghislaine DUPUY Boite 6 Cidex 282  60408 GUIGNECOURT    ( 03 44 79 11 28

Bienvenue chez les Picards (Essigny-le-Grand)

essigny-le-grandLi était là, li aussi, il n’avait plus un caillele de libre, ils étaient bin un quarantaine dans l’salle des tchios pour vir l’roi des Picards Jean-Pierre Semblat. Que ch’était biau, ils ont tous brait de rire avec les carabistoules du maître Picard. C’est vrai que cette veillée organisée vendredi soir par Généalogie Aisne, la première manifestation de l’année, était plutôt bien réussie.

Malgré une petite toux irritante, Jean-Pierre Semblat a réussi à faire revivre le patoi Picard dans toute sa splendeur. Un tonnerre d’applaudissements a récompensé ce géant de l’histoire picarde.
Prochaine manifestation, le vendredi 6 mars à 15 h 30 avec le patrimoine dans tous ses états avec l’office de tourisme de Saint-Quentin.
Réunions à Essigny, tous les vendredis de 17 h 30 à 19 heures

Article paru dans le journal l’Aisne-Nouvelle le : 3 février 2009

Chanter, en picard ou en français !

Avec Jean-Pierre Semblat pour guide, la visite en picard du centre-ville historique ne pouvait que débuter par la dégustation du « cugnot ed Neuel ».
Ce gâteau remis au goût du jour par quelques boulangers a permis au chef de file des picardisants d’en décliner les noms, suivant les contrées, de Lille à Maubeuge.
La balade organisée par l’office de tourisme a permis aux participants de réviser quelques-uns des termes enfouis dans leur mémoire.
Chanson au coin de la fontaine « des trois jeunes filles ». « In’a troès files à Sint-Quintin » premier et troisième couplets en picard dans le texte. Le refrain repris tous en chœur devant des passants au regard interrogateur.
Autour de la table
Sur le chemin du retour vers le village de Noël, les curieux de cette langue picarde s’informent, interrogent, répètent quelques termes glanés au fil des échanges que Jean-Pierre Semblat provoque en chemin.
Au chaud dans l’ambiance de la Taverne à l’ancienne, Jean-Pierre Semblat déballe les accessoires. Une marionnette de Lafleur et le groupe chante à nouveau.
Cette fois l’animateur distribue le texte de « Elle canchon éd chès cabotans ». Marionnette et géant, une tradition en terre picarde.
Chés Gayants, comme le quai qui porte ce nom à Saint-Quentin.
Les deux géants de Saint-Quentin, ceux de Ham ou celui de Bohain, une culture qu’il faut maintenir vivante, dans les mémoires, les esprits, les derniers estaminets des campagnes… la Taverne à l’ancienne se prête à cette animation.
Des clients à la table voisine dressent l’oreille, demandent un texte, saluent le groupe en quittant la table.
Picardie administrative, Picardie linguistique… noms des lieux, des gens… proverbes, dictons, rébus, l’homme a plusieurs cordes à son arc et ceux qui l’écoutent apprècient cet échange. « Ma grand-mère disait… » en français, en patois ou en picard. Laissez-vous conter la ville et la vie !
G. Basile
La Taverne à l’ancienne du Village de Noël dégage une ambiance propice à ces échanges informels.

Atélier Tchuisine Picarte à Trefcon Vindérdi 28 éd novinme 2008

 
Atélier Tchuisine Picarte
Aveuc ein érpas qui chira au nut
Émnu : Flamique à poérets, capon d’éch l’abbayie
Flan à l’caston-nade pis à ch’confit d’chicons
Animachion : picarte chuira aveuc
Jean-Pierre SEMBLAT
Vindérdi 28 éd novinme 2008
édpis 2 heures édmie apreus non-ne
TREFCON
Gîte « Le VAL D’OMIGNON
Atélier miton-né avec Danièle WYNANDS
Nos préparons éch l’érpas ensian-ne à 2 heures édmie
pis él miérons à 8 heures au nut
Conterbuchion 20 uros/person-ne

Boéchons in pus

 

cuisine2-28nov 

 

Bière éd Neuél mon l’Brasserie Declerck à Péronne él samedi 15 éd novinme 13 h 30 à 18 heures

 

 bieres_accueil

Visite d’élle brassérie, gustassion pis animachion picarde
dins ch’l’estaminet d’élle brassérie
Fanette, Colvert, Poppy (qu’alle airot peu s’prélonmer
Mahon in picard), Belle Siska…
Et pis coére padzous éch portrait d’ein-ne fenme illusse :
 Hildégarde de Binden.
 
Qu’élle Colvert
Nos warde nos tchoeur ouvère !
Qu’aveuc élle Bielle Siska
En peuche canter alléluïa !
Boère élle Fanette
Et pis érdrécher s’tiête !
Quinte vient chelle éd Neué
En treuve tertous à s’rassian-ner !
Équ chelle éd Mar
Nos fache dés Francs Picards !
Pis qu’chés Brasseux Déclerck[1]
Is crèchtent[2] toudis d’neuves bières ! ! !
Ch’est à l’heure qu’i l’est, fat
Élle tchotte darnière qu’alle a vu l’jur
Ch’est l’Poppy
J’airos yeu pus quér élle Mahon
Ein nom picard….
Cha séra por élle prochain-ne fos[3] !
 
Que la Colvert
Garde notre cœur accueillant !
Qu’avec la Belle Siska
On puisse chanter alléluia !
Boire la Fanette
Et redresser la tête !
Quand arrive celle de Noël
On trouve à se rassembler tous !
Que celle de Mars
Nous fasse Francs Picards !
Que la Brasserie Declerck
Crée encore de nouvelles bières ! ! !

[1] Prononcé à la picarde.
[2] D’éch veurbe créer ou sugjontif.
[3] Chés six darniers vers décrits él 28 mars 2007.

Contes en îles (Iles-de-la-Madeleine CANADA) : Jour 4 Légendes et faits vécus

Assister à Contes en îles, c’est aussi parcourir les Îles de la Madeleine d’un bout à l’autre en l’espace d’une seule journée. Mercredi, donc, petit détour à Étang-du-Nord pour assister au dîner conté au restaurant à la Folie douce, où l’accueil s’est avéré aussi chaleureux que le menu – on m’a convaincu de goûter au loup marin – était bon. Le restaurant étant bondé, j’ai eu l’occasion de partager la table d’une sympathique française, venue aux îles dans le but d’assister au festival. Accompagné à la guitare de Patrice Michaud, Michel Faubert a récité un conte intitulé, La légende des cartes, qu’il avait découvert dans la bouche de Roméo Pérusse. Comme toujours, Michel parvient facilement à retenir notre attention. Puis ça été au tour de Patrice de prendre la parole, pour raconter une histoire de son cru, inspirée d’un rêve qu’il faisait enfant et du désir de vieillir dans sa Gaspésie natale. Il a complété son tour de piste en interprétant de sa belle voix une chanson du poète et journaliste russe Varlam Shamalov. Wow. Puis malgré sa nervosité, Céline Lafrance, des îles, est venue donner vie à l’histoire de son arrière-grand-mère Zélia, une Huronne ayant vécu au bord du lac Rond, en Haute-Gatineau. C’était la première fois que Céline Lafrance récitait une histoire devant public, et on espère que ce ne sera pas la dernière.

 

À 20h, de retour au bar spectacle Les Pas Perdus de Cap-aux-Meules, pour entendre le picardien Jean-Pierre Semblat conter l’histoire de son oncle Maintor, qui a combattu durant la première Guerre mondiale. Son accent coloré, devenu populaire grâce au film Bienvenu chez les Ch’tis de Dany Boon, avait de quoi faire sourire, tandis que Nadine Walsh s’est lancée dans le récit à la fois drôle et touchant de sa mère Rita, qui ne voulait pas passer sa vie chez les sœurs. Grâce à elle, on sait maintenant ce qui se cache sous les jupes des soeurs! Mon coup de cœur de la soirée va sans contredit à André Vigneau, des îles, et à l’histoire du cheval Farmer, qui aimait tellement son maître qu’il a traversé à la nage les dangereux courants qui séparent Havre-Aubert et l’Île d’Entrée. Go Farmer, go!

Tous les articles du festival sur http://www.voir.ca/blogs/contes-en-iles/default.aspx

30 ans de Tertous Gadrus Etreillers

Robert
LAMOURET, maison Joly de Bammeville à Pommery

Ce n’est pas un hasard si la semaine des 30 ans de Tertous Gadrus commence à
Pommery, à la maison Joly de Bammeville ; en effet depuis plusieurs
années, se sont développés une collaboration, des échanges avec Tertous
Gadrus : organisation durant plusieurs années du repas de début d’été de
Tertous  dans le parc, intervention de la bibliothèque des Gadrus auprès des
résidents, mais aussi intervention mensuelle d’un conteur gadrus et co-projet
d’un sentier arboré conté pensé, écrit avec les résidents et illustré par des
peintres de la région et même deux peintres cannadiennes…

L’intervention de Robert si elle est nouveauté à Pommery, n’est pas nouveauté auprès des
Gadrus : intervention avec Dégarouche, il y a plus de 20 ans, plus
récemment balade contée dans la basilique de Saint-Quentin, dans l’église
d’Etreillers, aux journées Saint-Nicolas de Bohain, à la messe en picard de
Vraignes-en-Vermandois et bien d’autres encore, tout cela en lien avec
l’association.

C’était donc maintenant l’occasion pour les résidents de faire connaissance avec
Robert, ses nombreux instruments, ses chansons ou canchons et son
charisme auquel pas un ne résiste.

« Ch’est Bébert aveuc sin viliolon qui fat dainser chés files pis chés garchons »,
pour paraphraser la chanson.

Et encore merci, une énième fois à la direction et à l’animation de
l’établissement qui sait accueillir, de la meilleure façon qui soit, ici le
monde associatif local gadrus.


François
Péry à la maison Euphémie Derche à Etreillers

Le proverbe picard dit « él mardi tout drot », c’est donc
François Péry, musicien avec plusieurs cordes à son… violon qui est allé de
l’avant et a officié ce mardi après-midi. Il n’est pas inconnu, même en
Vermandois, puisqu’on l’a entendu à l’église d’Etreillers à la Noël 2006, à
Vraignes-en-Vermandois cet été, entre autres ; il est par ailleurs
professeur de cornemuse picarde au conservatoire de Beauvais, intervenant
classes-patrimoine et a été partie prenante dans la tournée au Canada en 2005,
organisée par Tertous Gadrus et le groupe Achteure.

Il est donc intervenu, en terrain quasi connu à Euphémie Derche avec ses
instruments, ses airs entrecoupés de commentaires, anecdotes et autres contes. (Tertous
Gadrus est pour sa part déjà intervenu auprès des résidents de la maison en
2007 dans une animation d’après-midi).

Echanges avec les résidents, découvertes des différents instruments : violon,
cornemuse picarde, accordéon diatonique, et autres flûtiaux. Un moment de
détente, de dépaysement, si tant est qu’il est rare de rencontrer et d’entendre
un artiste complet et polyvalent de la trempe de François Péry, qui s’est, par
ailleurs, déplacé aimablement à la demande des Gadrus et que les applaudissements
des résidents ont beaucoup touché. La direction d’Euphémie Derche peut être
elle aussi remerciée d’avoir permis cette rencontre, de même que les
« spectateurs » d’un après-midi qui ont bien apprécié.

La semaine du trentenaire des Gadrus se poursuit donc, dans la diversité, dans
l’amitié, au bénéfice de tous les lieux, de tous les publics.


« Diries, cabotans et kamishibaï »
C’est le cas dit l’avocat, c’est le nœud dit le lancheux

Eh bien là, c’était les trois « k », même si, dans les trois « k », il y avait deux « c » : Kamishibaï, Contes, Cabotans. Et en plus un manipulateur, diseux, passeux anonyme. Diseux d’histoires, de contes, de légendes, de dictons, proverbes et autres rébus qui sont tous du monde de l’oralité, que le conteur a aussi enrichi au départ auprès de sa grand-mère, en Picardie, qu’il évoque souvent ; enrichi aussi d’une grande expérience de radio et de bourlingage. Moutreux de cabotans, si tant est que la Picardie est, elle aussi, une terre de marionnettes avec ses héros : Lafleur, Sandrine, Tchot Gleude, Fleurimont-long-minton, Bécassine (la demi-picarde),… et devient ou redevient depuis quelques dix ans une terre de gayants (les deux bouts de la chaîne !). Théâtre de papier avec le kamishibaï, que le manipulateur a glané au Japon, bien sûr et qu’il a expérimenté au cours de ses séjours-tournées au Canada, au Vietnam, au Mexique, Etats-Unis et donc à Etreillers pour les enfants et quelques adultes avec la bibliothèque de Tertous Gadrus et dans le cadre du trentenaire de l’association. Merci à notre artiste anonyme d’avoir fait le déplacement à Etreillers pour nous parler, dans notre petit pays, des autres pays, de ceux de l’Imaginaire et des histoires du Monde.