La Picardie lindjuistique | Aisne Nouvelle

 

Éne pos confon-ne aveuc chés Picardie histourique, juographique, région-nale… Chelle-làlle, ch’est d’où qu’ch’est qu’en pale picard.

Écore qu’éslon lés indrots, i né n’a qui diront qu’leu lan-ne ch’est du patos, patoés, du dialéque, du rouchi, du chti o chtimi, du parlache… Caquun volant s’amoutrer ein tchot molet différint d’ésses eutes. En dit qu’él picard i cminche dins ein viux teste : »Elle cantilène éd Sinte Ulalie », qu’éch live i l’est wardé à l’bibiotheuque éd Valinchien-nes dins chés inchiens lives. En dit itou équ ch’est ilà qu’en treuve él cminchemint du frainchais. Hainaut belge, départémints du Nord, du Pas-d’Calais, d’la Sonme, ein grind mourcheu éd l’Aisn-ne, éd l’Oèse, tchots buts d’la Sein-ne éd mér, dés Arden-nes, ch’est cha él donmaine d’où qu’en pale él picard. Ch’est ein-ne lan-ne d’oïl [oïl ch'étot élle fachon qu'en disot oui dins l'Nord éd la Frainche - dins ch'Midi en disot oc (itou por oui)]. Élle lan-ne d’élle capitale cha n’est adon itou ein-ne d’oïl ! À quo qu’en ércon-not cheutes qui paltent picard ? en a des a équ ch’est mitan des o ; éch picard i l’a bécoeup éd ch, él frainchais des s obin ss : en cache i chasse, en avinche en coeuchures, i chire sés chaussures… Le, la, l’, les, ce, c’… in frainchais, nus-eutes ch’est : éch, élle, l’, le, chés, ch’… La rue du Gué, ch’est élle rue du Wé, Guillaume ch’est Wuillaume… Nos ieu o nos iau sont dés eau… En a fenme, honme, prin-ne don-ne, bon-ne por leus femme, homme, prendre, donne, bonne. Nos imparfeut i l’est cantos, allot, avaint et pis bin seur él sugjontif qu’i peuche, voiche, seuche, diche… En sait-ti combin éd gins dins ch’l'éspache-làl is parlent-ti picard ? Élle forquette qu’alle est souvint don-née ch’est inter 500 000 et 2 miïons éd gins qu’is l’paltent, qu’is l’comprin-nent, i né n’a bécoeup pus ! J’con-nos ein grind-père qui cante :  »Éj sus picard, ch’est cha éme gloère, éme n’éspérinche pis min soutchien ». I né n’a qui gardinent picard, qui mingent picard, qu’is édvisent picard, él litent, pis meume i parot qu’ein-ne poégnie is pinstent picard (pinsez don !).

GLOSSAIRE
lindjuistique : de la langue
parlache : parler
rouchi, drochi : d’ici
chti : celui
chtimi : ce toi, moi
chirer : cirer
forquette : fourchette

Grind dépindeux d’indoulle…

Chés Picards is ont toudis yeu ein ziu critiqueux por vire és eutes : él miloèr éd leus zius i dot défourmer chin qu’is voètent.

Équ cha fuche conmint qu’chés gins is sont atouzelés, quée l’allure qu’is ont o core conmint qu’is palent, is ‘n’ont-ti dés défeuts… ! Au phusique i né n’a dés tchots-nains o core bas-du-tchul. Quinte is n’ont qu’élle pieue dsur leus ous, ch’est dés minguerlots o dés séquehérons. Éch ziu i tient ein-ne grin-ne plache, édpis chés calouches, ziu-d’verre, éd nounoute o core éd tôle. I l’est dossu o core pus, bochu conme porichinelle. Élle fachon équ chés gins is ont d’édviser, souvint tornée in riditchule : i n’a pos moéyin d’fare taire éch baveux pis Marie quatère-lan-nes obin Marie tchia-tchia. En n’él comprind pos quinte i berton-ne, berdoulle et pis mangon-ne pos pus équ chés ronchon-neux pis chés gins d’Elverzies. Is n’y vont pos par quate cmins quinte is paltent d’élle gogotte qu’a n’dégote pos o d’l'eute groche troulle. Chés honmes cha n’est pos souvint miux, qu’is ont pus quére éch l’estaminet qu’leu ouvrache o leu gardin. ch’est dés gobloteux, guerlafeux, ferlapiers, soulots, buvaqueux d’bren-d’vin. Is ont té seuvrés aveuc ein-ne douzoain-ne éd soérets. Is sont conme chés quiens : « Ah, chti qu’i l’a bu aboéra (ah ! boéra) ». Comme

Cafougnette, i l’acate six lites éd vin par jour, mains i l’a tellemint élle tran-niche, qu’i n’in bot qu’él mitan (i rinveurse éch resse in buvaquant !)
Ch’est ein vadrouilleux , élle ein-ne archelle, leu fius i l’est brousé, leu file gassouilleuse. Leu gra-mère ch’étot ein-ne chorchelle, pis grind-père ein cotron-neux. Merle-bren pis maque-bren leu ante pis oncque. Leu tchot cousin d’Attchy ch’est ch’gréffeux d’ortriles. Amusette, naïu, arnie-diu, arsoulle, bec-bos, brisaque, camamette, coureux, grignard, dricheux, innonchint, fier-tchul, flasseux, foustriqueux à cartes, gassouilleux d’és n’argint, laimbineux à l’ouvrache, mouseux, titisse : mon Diu, quée famile ! I ‘né n’a-ti ein qu’i l’est du sins ?

GLOSSAIRE :
atouzeler : vêtir / inguerlot : maigrichon / séquehérons : secs / conme des hérons – dossu : voûté / mangon-ner : parler entre les dents / dégoter : être bien vêtue / bren-d’vin : alcool fort / brousé : sâle / cotronn-neux : coureur de jupon / foustriqueux : tricheur aux cartes / mouseux : boudeur / du sins : normal.

CHES WÈPES DES SPORTS RÉGIONAUX 2008

Ce festival est organisé par : La Confédération des Sports de Paume en collaboration avec les fédérations Françaises de Ballon au Poing et de Longue Paume, l’agence pour le Picard et l’Union Tertous, avec la participation :

- de la Fédération Française de Pelote Basque

- de la Ligue de Picardie de Javelot Tir sur Cible

- de la Ligue de Picardie du jeu de l’Assiette

- de la Fédération de Balle à la Main

- de l’association « TAC TIC Animation » de la Capelle

- du groupe musique et danses « Amuséon »

- des conteurs Jean Pierre Semblat et Laurent Devîsme