Nos vieilles masons

Chi vos voéyagez ein brin, du côtié éd Sint-Quintin,

Disez boujour més parints qu’is habitent éch chinquième raing ;

Vos povez pos zés minquer, prindez ch’cmin qu’est pos pavé,

Preus d’élle mason vos voérrez, n’a ein-ne crox qu’en a plainté ;

In vos voéyaint arrivier, Man tirra sin tabier

Alle dira :  » Mas intrez don, passiez don dins éch salon.  »

Chés plainquers tout frais chirés, qu’en n’ose meume pos marchier,

Ein bouquet éd fleurs d’chés camps sint bon dins ch’l'appartémint.

Conme ch’est vivaint mon nos parints,

Chin qu’cha sint bon, dins nos vielles masons.

D’sitout qu’vos sérez intrés, i feudra vos débiller,

En vos garde por éch souper, pache qu’au nuit n’a ein-ne veillée ;

En vuide élle cambe d’chés garchons, roule éch tapis d’éch salon,

Héreux, ch’père saque ein-ne goulée attindaint chés invitiés.

Chés voésins arrivtent gaiemint aveuc leu douzoain-ne d’éfaints,

En monte in heut zés couquer, chinq pa lit feut zés tassier ;

Quinte qu’is sont tous indourmis, frème élIe porte sins fare éd bruit,

En rdévalle él tchoeur joéyeux, attindaint chés violon-neux;

Oh ! qu’cha est gai dins chés veillées

Chin qu’cha sint bon dins nos vielles masons.

Por cheutes qui prenntent ein tchot coeup, papa sort sin caribeu

Quinte en est bin écauffé, en s’invite por dinsier ;

Tchot-Jean aveuc Joseuphine, éch Grind-Joe pis Caroline,

Théresse aveuc Poléon, et pis chés mâtes d’élle mason ;

Chés violons sont accordiés, chés musichiens is taptent leu pied,

Ch’est Phydime qui va caller ch’prumier set d’élIe veillée ;

Swinguez-là su ch’plainquer-là,chés gigeux sont ein-ne miette las,

Théresse qu’alle étouffot, va inyeuver sin tricot

Dinsons gaiemint, ch’est él bon timps,

Elle vie l’a du bon dins nos vielles masons

Pis ch’est l’timps d’éch révillon, l’mère aIle a fat dés ratons,

D’élIe fricasse d’pattes éd couchon, dés tortières pis du gaimbon ;

Por dessert i n’a su l’tave, nos bon viux chirop d’érabe,

Dés beignes, d’élle creume d’habitaint ; chés chointures i cangetent éd cran :
Apreus avoèr d’troup maqué, qu’en put à poein-ne équ chouffler,

Dés histoères feut raconter, rire cha fat bin digérer.

Édjà chinq heures au matin, élle veillée aIle tire à s’fin,
En réville tous chés éfaints, en s’dit arvoèr in bâillaint.

Au Canada, cha s’passe conme cha,

Elle vie l’a du bon dins nos vielles masons,

Au Canada, cha s’passe conme cha,

Ch’est l’tradichion, dins nos vielles masons.

J.P.S. TERTOUS GADRUS
in l’honneur éd chés Canadiens éd Sint-Quintin
Erprisse éd leu canchon traditchion-nelle

This entry was posted in Chansons et Fables. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>