CH’BUVEUX D’BIÈRE

I n’ vit qu’por ch’cabaret. Dsitôt qu’i l’y rinte,
I éjette sés ziux dsur élle pompe inmainchée dins ch’comptoèr.
D’ein-ne groche vox grasseyinte i cminde ein-ne grin-ne pinte
Pis fat claquer ésse lan-ne in attindint d’l’avoèr.
 
En l’sert. I saque élle chope conme chi en dévot li érprin-ne.
I souffèlle dsur élle mousse qu’alle éspite in arrousoèr,
I bot. L’bière dégriboule in gargouillant dins s’vinte :
En crot qu’éch verre i va fon-ne dins s’bouque in inton-noèr.
 
L’pinte est vuide. Guife-à-bière i chuche l’érbord d’ésse moustache,
Buque ésse chope ein bon coeup dsur élle tave, aveuc tapache,
Et l’cabartchière alle rapplique à ch’singne d’éch buveux.
 
En rimplit… Nos guerlaffeux, l’ziu milant d’gormindisse,
Éjette élle bière à grinds flouts dins s’gasiot in manche éd cmisse,
Et l’bon jus s’évapore conme ein-ne goutte d’ieu dsur l’fu.
 
Erprisse éd Jules Mousseron, Éclats de Gaillettes (1913)
Michel Fouilley
Promenades littéraires dans le Nord de 1850 à 1914
 
 
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>